Football: le fair-play récompensé

Les assureurs-accidents suisses enregistrent chaque année quelque 45 000 accidents de football, dont un tiers est provoqué par une faute. Afin d’inciter encore davantage les joueurs à faire preuve de fair-play, la Suva et l’Association Suisse de Football récompensent désormais, par le biais d’un montant de 15 000 francs, les équipes dont les rencontres de Helvetia Coupe Suisse et de Coupe Suisse féminine se seront déroulées dans le meilleur esprit.

Un quart des accidents de sport se produisent en pratiquant le football. Même si le nombre d’accidents recensés dans ce cadre est en baisse, chaque blessure engendre non seulement des souffrances, mais aussi des coûts. Actuellement, ceux occasionnés par les accidents de football s’élèvent chaque année à quelque 195 millions de francs au total. Une étude réalisée à la demande de la Suva par la société Lamprecht & Stamm SFB AG révèle que le fair-play permet d’éviter bien des blessures. «D’après les résultats de l’étude, plus de 40 % des blessures sont provoquées par une faute», explique Samuel Huber, chef de la campagne football à la Suva. 

Créer de nouvelles incitations et récompenser le fair-play

Parce que le fair-play et le respect sont essentiels dans le football, la Suva et l’Association Suisse de Football (ASF) s’engagent ensemble pour garantir un bon esprit durant les rencontres et promouvoir ces valeurs, tant sur les terrains qu’en dehors. Les deux organisations proposent donc dès cette saison un montant total de 15 000 francs pour les matchs de Helvetia Coupe Suisse et de Coupe Suisse féminine qui se seront disputés dans la plus grande correction. Cette somme sera distribuée entre les équipes ayant disputé le match le plus fair-play de chacun des trois premiers tours de coupe. Chaque club récompensé recevra par conséquent 1250 francs. Réalisée par les arbitres, l’évaluation des rencontres tiendra compte du nombre de cartons jaunes et rouges reçus par les deux équipes ainsi que du comportement des joueurs, des officiels et du public.

Une poignée de main pour plus de respect

Dès cette saison, les joueurs des deux équipes devront se serrer la main après le coup de sifflet final des matchs de coupe, et donc faire une nouvelle fois preuve du respect requis, au-delà de la dimension émotionnelle et de l’enjeu inhérent à l’événement. Le fait que cette poignée de main ait lieu ou non sera également pris en compte lors de la désignation du match le plus fair-play. «Nous espérons sincèrement qu’elle deviendra une habitude. Ce serait un signal fort de la part du football suisse, qui donnerait encore plus d’importance à notre message de fair-play», souligne Samuel Huber.
Dans le cadre du 1er tour, la récompense de 1250 francs par équipe attribuée pour le match le plus fair-play a été décernée aux clubs suivants:

Hommes: FC Seefeld Zürich – Grasshopper Club Zürich
Femmes: FC Sarine-Ouest – Servette FC Chênois Féminin

Les classements peuvent être consultés à l’adresse suivante: www.football.ch/fairplay  

Le Trophée Fair-Play de la Suva reste inchangé

Autre mesure de prévention, le Trophée Fair-Play, décerné depuis 2004 par la Suva et l’ASF, récompense chaque année les clubs les plus fair-play (dix chez les hommes et trois chez les femmes) dans le cadre d’une cérémonie officielle. Toutes les formations suisses ayant disputé un certain nombre de matchs dans un championnat régional (actifs, seniors ou vétérans) y participent automatiquement. «Le Trophée Fair-Play est très apprécié des clubs de football. Par ailleurs, la remise des prix organisée chaque année permet de mettre en lumière le fair-play», précise Samuel Huber. Les lauréats décrochent une place pour le 1er tour de la Helvetia Coupe Suisse ou de la Coupe Suisse féminine. La saison dernière, il a été décerné à  l’équipe masculine du FC Escholzmatt-Marbach ainsi qu’à l’équipe féminine du FC Coeuve.

Vous trouverez sur www.suva.ch/football   de plus amples informations sur la prévention des accidents de football.

 
  • Jean-Luc Alt
    Jean-Luc Alt
    Porte-parole
  • Tél.: +41 26 350 37 81

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 4200 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public générant un volume de primes d'environ 4,3 milliards de francs, elle assure près de 129 000 entreprises, soit 2 millions d'actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les bénéficiaires de l'assurance chômage sont assurés automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l'assurance militaire sur mandat de la Confédération. Ses prestations comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. L'entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein du Conseil de la Suva.