Une nouvelle appli pour limiter le risque d'accident sur les pistes

La Suva enregistre environ 33 000 accidents de ski et de snowboard chaque année. Ces accidents génèrent des coûts de 291 millions de francs. Beaucoup sont dus à la fatigue accumulée au cours de la journée. La nouvelle appli Slope Track permet de mesurer la résistance à l'effort et fournit des conseils pour limiter le risque d'accident sur les pistes.

L'appli Slope Track est équipée d'un GPS et de capteurs qui lui permettent de mesurer et d'enregistrer une descente. Elle analyse ces données et montre les forces exercées sur le corps lorsqu'on fait du ski ou du snowboard. Elle contient également un programme de fitness pour une bonne condition physique et des conseils pour une meilleure résistance à l'effort. Deux facteurs importants pour limiter le risque d'accident des skieurs et des snowboardeurs. «La fonction première de cette application est une véritable nouveauté dans le domaine des sports de neige. Slope Track est une appli conviviale à la pointe de la technologie, elle vous permet de connaître votre résistance à l'effort, mais c'est aussi un outil de sensibilisation qui peut inciter à changer de comportement», souligne Samuli Aegerter, spécialiste des sports de neige à la Suva.

Wendy Holdener est l'ambassadrice de l'appli Slope Track

Le concept de l'appli Slope Track est de vous permettre de comparer votre résistance à l'effort avec la championne de ski Wendy Holdener, ambassadrice des mesures de prévention de la Suva: «Je suis une skieuse professionnelle, mais la fatigue représente un risque d'accident pour moi au même titre que pour tout le monde. Connaître ma résistance à l'effort est un facteur important pour optimiser mon entraînement et ma technique de glisse. L'idée de l'appli Slope Track m'a tout de suite convaincue. J'espère que beaucoup de skieurs et de snowboardeurs l'apprécieront tout autant que moi, qu'elle leur permettra de mieux connaître leur résistance à l'effort sur les pistes et qu'ils prendront les conseils au sérieux».

Une bonne condition physique est importante également pour les sportifs qui pratiquent le ski ou le snowboard pendant leur loisirs. «Des efforts excessifs entraînent une accélération de la fatigue. Et la fatigue augmente le risque d'accident», confirme Walter O. Frey, médecin de l'équipe de Swiss Ski et médecin-chef de la Clinique Balgrist Move-Med.

Beaucoup d'accidents le matin et en fin de journée

À la fatigue physique peuvent s'ajouter d'autres facteurs d'accident comme une baisse de la concentration et le manque de pratique sportive. C'est peu avant midi et en fin de journée que ces deux aspects jouent un rôle particulièrement important. «La fatigue entraîne aussi une baisse de la concentration et le risque d'accident augmente. Pour une bonne préparation aux sports de neige, il faut prévoir un entraînement centré sur la musculature dorsale et jambière», confirme Samuli Aegerter. Les exercices proposés dans l'appli sont adaptés en fonction de la résistance à l'effort de chaque utilisateur.

Infos complémentaires sur le sujet et téléchargez l'appli:
www.suva.ch/slopetrack  

  • Jean-Luc Alt
    Jean-Luc Alt
    Porte-parole
  • Tél.: +41 26 350 37 81

Wendy Holdener teste l'appli

(version clean feed disponible sur demande pour les médias)

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 4200 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public générant un volume de primes d’environ 4,3 milliards de francs, elle assure près de 129 000 entreprises, soit 2,0 millions d’actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les bénéficiaires de l’assurance chômage sont assurés automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l’assurance militaire sur mandat de la Confédération. Les prestations de la Suva comprennent la prévention, l’assurance et la réadaptation. La Suva est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux – employeurs et salariés – de même que la Confédération sont représentés au sein du Conseil de la Suva.