Risque d’accident lors d’exercices pour éliminer les kilos pris pendant les fêtes

Dans les salles de fitness, 10 % des accidents surviennent en janvier, en particulier lors d’exercices pour éliminer les kilos pris pendant les fêtes. Le risque de blessure diminue si l’on s’en tient à des exercices appropriés et bien adaptés à sa condition physique.

Avez-vous, comme beaucoup d'autres, pris la résolution de vous débarrasser des kilos pris pendant les fêtes? Selon la dernière statistique des accidents de la Suva, près de 10 % des accidents survenant chaque année dans les salles de fitness se produisent en janvier. En principe, le risque d’accident dans le domaine du fitness n’est pas plus élevé en janvier qu’au cours des autres mois. Mais les personnes qui suivent cette résolution sont nombreuses. «Le risque d’accident peut augmenter lorsqu’on se met au fitness sans connaître le matériel et si on se fixe des objectifs trop ambitieux à court terme», explique Corinne Decurtins, spécialiste de la prévention à la Suva.

Les jeunes ont souvent des accidents en raison de sollicitations excessives

Environ un tiers des accidents concernent des sportifs âgés de 25 à 34 ans. Dans près de 40 % des cas, la cause de l’accident est une sollicitation excessive ou inappropriée du corps. La sollicitation est notamment excessive lorsqu’on soulève des poids trop lourds, qu’un exercice est répété trop souvent ou que la préparation musculaire est insuffisante. Elle est inappropriée lorsque les exercices ne sont pas exécutés correctement. Il en résulte des foulures et des déchirures musculaires ainsi que des entorses, par exemple en cas de glissade. Les parties du corps concernées sont principalement les jambes, les pieds ou les épaules.

Le fitness, c'est bien, un entraînement approprié, c'est mieux

Selon Marion Grögli, médecin du sport à la Suva, le fitness aide les personnes présentant un faible risque de blessure à rester en bonne santé. Malgré tout, 4200 accidents surviennent en moyenne chaque année durant des exercices de fitness. Au lieu de prendre des résolutions à court terme comme au Nouvel An, elle recommande d’établir un plan d’entraînement adéquat à long terme. Marion Grögli est convaincue que, de cette manière et avec quelques conseils, beaucoup d'accidents peuvent être évités. Conseils pour réduire le risque de blessure:

  • Inscrire ses entraînements et récupérations dans son programme de la semaine de manière définitive afin d’éviter les longues interruptions.
  • Préparer son corps et son esprit avec des exercices de mobilisation, puis s’entraîner de manière vigilante et concentrée.
  • Écouter son corps: la sollicitation excessive est souvent due à un contexte de compétition ou à la pression que l’on s’impose à soi-même.
  • Choisir une bonne salle de fitness certifiée avec du personnel qualifié.
  • En cas de reprise après une interruption, consulter un médecin du sport expérimenté et se faire éventuellement suivre par un physiothérapeute.
  • Adopter une alimentation saine, dormir suffisamment et éviter le stress dans sa vie quotidienne. Cela réduit le risque d’accident.

Test de fitness   de la Suva pour tester sa propre condition physique

fitness, hanteln, training, festtagsspeck, Unfall, Junge Leute, Stockphoto, Frau, picture alliance

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 4200 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public générant un volume de primes d’environ 4,3 milliards de francs, elle assure près de 129 000 entreprises, soit 2,0 millions d’actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les bénéficiaires de l’assurance chômage sont assurés automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l’assurance militaire sur mandat de la Confédération. Les prestations de la Suva comprennent la prévention, l’assurance et la réadaptation. La Suva est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux – employeurs et salariés – de même que la Confédération sont représentés au sein du Conseil de la Suva.