Plus d'accidents de ski chez les assurés Suva en 2019

Quelque 480 000 accidents et maladies professionnelles ont été annoncés en 2019. L'augmentation massive des accidents de ski, par rapport à l’année précédente, s'explique par un hiver ensoleillé avec de la neige en abondance et un plus grand nombre de skieurs sur les pistes. C'est chez les plus de 60 ans que l'on observe la plus importante augmentation des accidents durant les loisirs. Des mesures de prévention ciblées permettent d'éviter des souffrances et de réduire le coût des accidents.

En 2019, les assurés de la Suva ont déclaré environ 480 000 accidents, soit une augmentation de 0,8 % par rapport à l'année précédente. Le nombre des accidents professionnels s'est accru de 1,3 %, ce qui correspond à la hausse du nombre de personnes occupées, constatée par l'Office fédéral de la statistique OFS. Les accidents non professionnels ont progressé de 0,9 %. Compte tenu du nombre de personnes assurées, les accidents non professionnels s'inscrivent toutefois en légère baisse par rapport à l'année précédente avec un été exceptionnellement ensoleillé. Le nombre des accidents des personnes inscrites au chômage affiche une nouvelle baisse (- 5,8 %), qui s'explique par le recul du nombre de demandeurs d'emploi sur un marché du travail en bonne forme.

 

Accidents enregistrés à la Suva dans le domaine de l'assurance-accidents obligatoire

2019

2018

Différence en %

Nombre total d'accidents et de maladies professionnelles

478 094

474 073

+ 0,8 %

dont accidents professionnels et maladies professionnelles

183 690

181 315

+ 1,3 %

dont accidents non professionnels

278 924

276 317

+ 0,9 %

dont accidents et maladies professionnelles dans l'assurance-accidents des chômeurs

15 480

16 441

- 5,8 %

Davantage d'accidents durant les loisirs et nette augmentation des accidents de ski

En Suisse, depuis le milieu des années 1980, les accidents durant les loisirs sont plus nombreux que les accidents du travail - 60 % d'accidents non professionnels contre 40 % d'accidents professionnels à l'heure actuelle. Cela s'explique par une évolution des comportements de loisirs, une intensification des mesures de prévention de la Suva pour la sécurité au travail et une diminution de certaines activités professionnelles à risque désormais prises en charge par des machines.

Les accidents de ski ont affiché une augmentation marquante en 2019 (14 870 cas au total) (voir graphique), soit une hausse de 6,9 % d'une année à l'autre. La plupart des accidents de ski se sont produits en février (+ 25,5 %). «Cette augmentation des accidents de ski est due au fait qu'il y avait un plus grand nombre de skieurs sur les pistes que l'année précédente à la même époque, explique Peter Andermatt, statisticien à la Suva. Nous avons eu un bel hiver ensoleillé avec de la neige en abondance pendant long-temps. Cela s'est directement répercuté sur le nombre des accidents: quand il fait beau, il y a plus de monde sur les pistes le week-end et donc plus d'accidents potentiels.»
Sur l'année, la plupart des accidents enregistrés par la Suva se sont produits en jouant au football (plus de 27 000), en randonnée ou en promenade (environ 23 000) et à vélo ou en VTT (plus de 18 000) (voir graphiques). La plupart des accidents durant les loisirs se sont produits en période estivale entre le mois de juin et le mois d'août.

Davantage d'accidents durant les loisirs chez les plus de 60 ans

Tous accidents de loisirs confondus, c'est dans la classe d'âge des plus de 60 ans que l'on constate la plus forte progression (+ 4,0 %). Dans toutes les autres, le nombre des accidents n'a que modérément ou à peine changé (de – 0,5 à + 1,7 %, voir graphique). «Les seniors sont plus actifs et entreprenants qu'aupa-ravant et font aussi plus de sport pendant leurs loisirs, commente le statisticien Peter Andermatt. On constate également une augmentation croissante des plus de 60 ans appartenant à la génération du baby boom.» En chiffres absolus, ce sont les classes d'âge des 20 à 29 ans et des 30 à 39 ans qui affichent le plus grand nombre d'accidents durant les loisirs (plus de 65 000 et resp. plus de 63 000).

Le modèle Suva mise sur la prévention

Outre les souffrances qu'ils causent, les accidents coûtent cher. La prévention constitue l'un des piliers du modèle Suva au même titre que l'assurance et la réadaptation. Les différents programmes de prévention menés sur le front de la sécurité au travail et durant les loisirs permettent d'éviter des accidents et des ma-ladies professionnelles, mais aussi de promouvoir la culture de la sécurité dans les entreprises, de sensibiliser aux dangers et d'encourager la responsabilisation individuelle. Toutes les activités de prévention de la Suva ont pour objectif d'empêcher des accidents professionnels et non professionnels, ce qui permet à la fois d'éviter des souffrances et de réduire le coût des accidents.

La Suva assure environ la moitié des personnes exerçant une activité professionnelle en Suisse et un bon cinquième des entreprises (soit env. 2 millions d'assurés et 129 000 entreprises) contre les suites des accidents et des maladies professionnelles.

Infos complémentaires

• Conseils de prévention des accidents de sports de neige   
• Offres de prévention: «Modules de prévention»   et «Offre de conseils en matière de sécurité durant les loisirs et de gestion de la santé  »
«Modèle Suva»  

  • Jean-Luc Alt
    Jean-Luc Alt
    Porte-parole
  • Tél.: +41 26 350 37 81
Rettung, Berg, Rega, Schlitten, Ski, Unfall, Unfallzahlen

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 4200 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public générant un volume de primes d'environ 4,3 milliards de francs, elle assure près de 129 000 entreprises, soit 2 millions d'actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les bénéficiaires de l'assurance chômage sont assurés automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l'assurance militaire sur mandat de la Confédération. Ses prestations comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. L'entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein du Conseil de la Suva