Les absences dues aux accidents de football représentent l’équivalent de 2000 postes à plein temps par année

45 000 personnes se blessent chaque année en jouant au football. Pour les entreprises, le cumul des absences des personnes accidentées représente environ l’équivalent de 2000 postes à plein temps par année. Les hommes et les femmes âgés de moins de 30 ans constituent la majorité des blessés. Pour limiter le risque de blessure, il est important de savoir évaluer ses capacités et sa condition physique.

Coronavirus ou pas, le football fait toujours partie des sports de loisirs les plus populaires. Le revers de la médaille: les 45 000 accidents enregistrés en moyenne chaque année représentent l’équivalent de 2000 salariés qui resteraient sans travailler pendant un an. Selon la statistique LAA de la Suva, 64% des accidentés sont âgés de moins de 30 ans; 93% d’entre eux sont des hommes et 7% sont des femmes. Ces accidents onéreux représentent non seulement de la souffrance pour les personnes accidentées, mais ils ont également un impact économique pour les entreprises.

En tête: les collisions

Les blessures les plus graves sont occasionnées par des collisions entre des adversaires qui s’affrontent pour prendre possession du ballon. La plupart des accidents se produisent lors de contact. Le tacle arrive en tête des causes d’accident. Il n’est pas rare que le «taclé» ou le «tacleur» soit blessé et quitte le terrain: «Selon les cas, il peut s’agir d’un claquage ou d’une élongation, d’une lésion du tendon ou d’une déchirure musculaire, voire même d’une fracture», explique Samuel Huber, chef de la campagne football à la Suva. Le jeu de tête n’est pas sans danger non plus: selon la statistique LAA de la Suva, il est à l’origine d’environ 450 commotions cérébrales par an. «Une commotion cérébrale due à une tête ou une collision est une blessure qui entraîne souvent une absence de plusieurs semaines et peut laisser des séquelles qui se manifestent par des céphalées et des problèmes de concentration», ajoute Samuel Huber.

Les accidents ont un impact économique et génèrent des souffrances

Dans les entreprises, une personne accidentée est absente pendant deux semaines en moyenne. Chaque année, 34 accidentés se retrouvent en état d’invalidité. Les entreprises doivent se démener pour trouver des remplaçants, mais subissent également l’impact économique des absences engendrées par les accidents. Elles doivent initier le personnel de remplacement ou encore parfois reporter certains délais de livraison.

Trouver le juste milieu entre risque et potentiel

Pour limiter le risque de blessure, il est important de savoir évaluer correctement ses capacités et sa condition physique. La Suva propose un nouveau quiz pour sensibiliser à la prévention des accidents de football: être capable d’éviter un accident, c’est non seulement se faire du bien à soi-même, mais aussi à ses collègues et à son employeur!

Infos complémentaires

  • Nadia Gendre
    Nadia Gendre
    Responsable RP Suisse romande
  • Tél.: +41 26 350 37 83

Les absences dues aux accidents de football représentent l’équivalent de 2000 postes à plein temps par année

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 4200 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public générant un volume de primes d'environ 4,4 milliards de francs, elle assure près de 130 000 entreprises, soit 2 millions d'actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les bénéficiaires de l'assurance chômage sont assurés automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l'assurance militaire sur mandat de la Confédération. Ses prestations comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. L'entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein du Conseil de la Suva.