Prix Suva des Médias 2020: reportage et data journalisme à l’honneur

Communiqué de presse Suva,

Le jury de la 27ème édition du Prix Suva des Médias a remis ses distinctions. Myriam Gazut et Olga Baillif décrochent la palme dans la catégorie Audiovisuel. Le Prix Presse revient à Caroline Zuercher, Titus Plattner et Mathieu Rudaz et le Prix Coup de cœur est décerné à Paul Ronga.

Les directives anticipées: une étape difficile

Cette œuvre émouvante relève la difficulté pour les patients de remplir leurs directives anticipées. Les situations captées par les journalistes montrent toute la complexité qui entoure ce fameux document. La journaliste Myriam Gazut et la réalisatrice Olga Baillif nous livrent un reportage émouvant intitulé «Entre la vie et la mort : que votre volonté soit faite» diffusé sur la RTS dans l’émission 36,9°, le 4 mars 2020. Ce travail a valu à ses autrices le Prix Suva des Médias 2020, catégorie Audiovisuel.

Comment agir en période de pandémie: 151 réponses à vos questions

Au début de l’année 2020, le coronavirus s’est répandu dans le monde entier, causant des dégâts sanitaires importants. "151 réponses sur la nouvelle normalité avec le coronavirus" est le titre de la page interactive diffusée sur le site internet du 24 Heures et de la Tribune de Genève pour la première fois le 12 mars 2020. Celle-ci a été réalisée par Caroline Zuercher, Titus Plattner et Mathieu Rudaz. Le jury a relevé la qualité de cette opération de questions-réponses sur le coronavirus ayant pour objectif de répondre aux nombreuses interrogations des lecteurs à propos de la pandémie.

Evolution en temps réel des chiffres de la pandémie du Covid-19

«L’expansion du nouveau coronavirus», page d’infographie diffusée en continu sur le site internet du Temps depuis le 27 janvier 2020 a permis à son auteur Paul Ronga de décrocher le Prix Suva des Médias 2020, catégorie Coup de coeur. Le jury a été conquis par l’aspect didactique et la clarté des données présentées permettant d’interpréter facilement les résultats liés à l’évolution du coronavirus.

Cette année, l’accent est mis sur la thématique du journalisme de données, appelé aussi le data journalisme, utilisé dans deux des sujets récompensés. L’année 2020 a été marquée par la pandémie du coronavirus et a bouleversé le monde journalistique. Reconnaissant le data journalisme comme un réel outil pour la population, le jury a souhaité saluer cette nouvelle démarche journalistique qui révolutionne le journalisme d’investigation. 

La prévention par l’information

Créé en 1993, le Prix Suva des Médias a pour but de promouvoir les travaux journalistiques en langue française se rapportant à la prévention des accidents dans les activités professionnelles et privées ainsi qu’à celle des troubles de la santé d’une manière générale. Pour le jury, composé de professionnels reconnus, les œuvres doivent être «originales» par le choix et le traitement du sujet, «attrayantes» par l’enquête et les témoignages, «convaincantes» par une approche perspicace et compréhensible pour tous. De plus, une attention particulière est portée à la maîtrise journalistique, à savoir la structure du sujet et l'utilisation adéquate du canal de diffusion. Parmi les 35 œuvres soumises cette année, le jury a distingué trois travaux journalistiques correspondant à tous leurs critères, récompensés chacun d’un montant de CHF 5'000.--.

  • Nadia Gendre
    Nadia Gendre
    Responsable RP Suisse romande
  • Tél.: +41 26 350 37 83
Lauréats du Prix Suva des Médias 2020 : Paul Ronga, Myriam Gazut, Olga Baillif, Mathieu Rudaz, Caroline Zuercher et Titus Plattner.

Lauréats du Prix Suva des Médias 2020 : Paul Ronga, Myriam Gazut, Olga Baillif, Mathieu Rudaz, Caroline Zuercher et Titus Plattner.

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 4200 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion.  Entreprise indépendante de droit public générant un volume de primes d’environ 4,4 milliards de francs, elle assure près de 130 000 entreprises, soit 2 millions d’actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les bénéficiaires de l’assurance chômage sont assurés automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l’assurance militaire sur mandat de la Confédération. Ses prestations comprennent la prévention, l’assurance et la réadaptation. L’entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein du Conseil de la Suva.