Vacances de neige: comment limiter le risque d’accident de ski et de snowboard?

Information aux médias Suva,

Les vacances d’hiver approchent à grands pas et de nombreux adeptes des sports de neige se réjouissent de profiter de la poudreuse. Avec les répercussions durables du coronavirus sur notre vie et la surcharge des hôpitaux, il est d’autant plus important de faire preuve de prudence lorsque l’on pratique des sports de neige. Le Guide de vacances pour les sports de neige de la Suva fournit des conseils pour limiter le risque d’accident.

Adaptez vos activités et votre programme à votre condition physique


Que vous optiez pour le ski alpin, le snowboard, le ski fond ou le ski de randonnée, planifiez soigneusement vos activités en tenant compte de votre forme du jour, de votre condition physique, des conditions météo et du risque d’avalanche. Faites régulièrement des pauses et ménagez vos forces. La fatigue est en effet l’une des principales causes d’accident de sports de neige.

Échauffez-vous et démarrez en douceur

Les statistiques démontrent qu’environ neuf personnes sur dix sont responsables de leur propre accident de ski ou de snowboard. S’échauffer avant la première descente et après chaque pause ou remontée prolongée permet de réduire activement le risque de blessure. Par ailleurs, une vitesse élevée et des virages serrés font augmenter les forces exercées sur le corps des skieurs et des snowboardeurs. Il est donc important de réduire volontairement sa vitesse pour préserver sa propre santé et celle des autres usagers des pistes.

Restez concentré

Il suffit d’une seconde d’inattention pour que tout bascule. Vous devez donc être aussi concentré sur les pistes que lorsque vous conduisez votre voiture ou votre vélo. En ouvrant l’œil et en anticipant les dangers, vous pourrez réagir plus rapidement en cas d’obstacle.

Faites entretenir votre matériel

Cette année, vous allez probablement ressortir de la cave votre équipement de ski de fond ou vos patins à glace. Dans tous les cas, nous vous conseillons de faire contrôler votre matériel avant de vous en servir. Des fixations correctement réglées, des carres bien affûtées, des semelles propres et fraîchement affûtées vous permettront de limiter votre risque d’accident sur les pistes. «Un casque, une protection dorsale et des protège-poignets offrent une sécurité supplémentaire contre les blessures graves», confirme Samuli Aegerter, expert en sports de neige à la Suva.

Trucs et astuces de pro

Vous souhaitez vous initier à une nouvelle discipline ou vous manquez un peu d’exercice? Un cours pour débutants ou un cours de rafraîchissement avec un pro vous permettra d’améliorer rapidement votre technique et la maîtrise du matériel de glisse. Deux points essentiels pour limiter le risque d’accident.

Vous trouverez des infos complémentaires et des conseils dans le Guide de vacances pour les sports de neige   de la Suva.

Ensemble contre le COVID-19

Respectez les plans de protection COVID-19 pour les domaines skiables. Les mesures suivantes s’appliquent partout: le port d’une protection bucco-nasale est obligatoire sur toutes les installations de remontées mécaniques, les télésièges et les téléskis. Les usagers doivent se munir de leur propre protection bucco-nasale. Le port d’une protection bucco-nasale est également obligatoire dans toutes les zones d’attente (à l’intérieur et à l’extérieur) et les lieux très fréquentés comme les parkings. Infos complémentaires: www.seilbahnen.org  

  • Jean-Luc Alt
    Jean-Luc Alt
    Porte-parole
  • Tél.: +41 26 350 37 81

Vacances de neige: comment limiter le risque d’accident de ski et de snowboard?

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 4200 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion.  Entreprise indépendante de droit public générant un volume de primes d’environ 4,4 milliards de francs, elle assure près de 130 000 entreprises, soit 2 millions d’actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les bénéficiaires de l’assurance chômage sont assurés automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l’assurance militaire sur mandat de la Confédération. Ses prestations comprennent la prévention, l’assurance et la réadaptation. L’entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein du Conseil de la Suva.