Deux milliards de francs: alléger la charge permet d’économiser de l’argent

Communiqué de presse Suva,

Soulever, porter, tirer ou pousser de lourdes charges peut occasionner non seulement des troubles de l’appareil locomoteur et des souffrances physiques, mais aussi des jours d’absence et par conséquent, des coûts élevés.

La pandémie de coronavirus a entraîné une forte augmentation des envois de colis. En effet, la fermeture des commerces physiques durant une longue période a manifestement incité de nombreuses personnes à effectuer davantage d’achats en ligne: la Poste Suisse a ainsi enregistré en 2020 un record historique de plus de 180 millions de colis livrés, auxquels s’ajoutent les commandes traitées par les divers transporteurs privés.

Le bonheur du destinataire à la réception de son colis peut toutefois faire le malheur du livreur: le fait de transporter des charges lourdes de façon inadéquate et sans moyens auxiliaires peut en effet avoir un impact sur la santé. «Les contraintes physiques excessives peuvent provoquer des tendinites, des phénomènes d’usure de l’appareil locomoteur tels que l’arthrose, ou encore des maux de dos, voire, dans les cas les plus graves, une hernie discale», précise Christian Müller, expert en ergonomie à la Suva.

Des jours d’absence très coûteux

Il en résulte non seulement des souffrances physiques, mais aussi des coûts élevés, car les collaborateurs blessés ne peuvent plus travailler. Les statistiques montrent que 670 000 salariés souffrent de troubles de l’appareil locomoteur d’origine professionnelle et doivent donc s’absenter en moyenne trois jours par an. La Suva estime qu’un jour d’absence coûte environ 1000 francs. Il en résulte donc une charge totale de deux milliards de francs pour le système de santé, les entreprises et l’ensemble de la place économique helvétique.

Gagner du temps grâce à des moyens auxiliaires

Le recours à des moyens auxiliaires permet de réduire durablement le nombre d’accidents, les contraintes excessives et les troubles physiques, mais aussi de gagner du temps. «Les livreurs économisent ainsi leurs forces et peuvent donc rester productifs tout au long de leur journée de travail», explique Christian Müller.

Il existe de nombreux types de moyens auxiliaires, qui dépendent des objets à transporter ainsi que de la configuration des lieux. Le transport de colis au quotidien peut être facilité par divers équipements: si les colis sont empilés sur des palettes lors de la préparation des livraisons, l’utilisation d’un chariot élévateur à ciseaux permet de les placer à hauteur des hanches, et ainsi de soulager considérablement le dos. Dans le cas de colis particulièrement lourds, on peut utiliser des aides au levage telles qu’un palonnier à ventouses. Si l’accès au domicile du client peut se faire par des surfaces planes, il est possible d’utiliser un chariot ou un diable. En présence de marches, un diable monte-escaliers s’avère très utile. Par ailleurs, utiliser une bretelle peut être judicieux pour transporter les petits colis.

Parallèlement au recours à des moyens auxiliaires, il est essentiel d’organiser sa tournée et le chargement du véhicule de manière à ce que chaque colis soit déplacé de façon minimale et optimale lors de la livraison. Cette méthode permet aussi bien de gagner du temps et d’économiser ses forces.

Une meilleure image grâce à un plus grand professionnalisme

Une gestion professionnelle des charges a également un impact sur la réputation de l’entreprise. En effet, qui se réjouit de trouver devant sa porte un livreur stressé et en sueur? En outre, en faisant appel à une entreprise mettant des équipements professionnels à la disposition de ses collaborateurs, les clients ont l’assurance que la marchandise commandée leur parviendra sans incidents ni dommages liés au transport.

  • Jean-Luc Alt
    Jean-Luc Alt
    Porte-parole
  • Tél.: +41 26 350 37 81

Deux milliards de francs: alléger la charge permet d’économiser de l’argent

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 4200 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public générant un volume de primes d’environ 4,4 milliards de francs, elle assure près de 130 000 entreprises, soit 2 millions d’actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les bénéficiaires de l’assurance chômage sont assurés automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l’assurance militaire sur mandat de la Confédération. Les prestations de la Suva comprennent la prévention, l’assurance et la réadaptation. La Suva est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein du Conseil de la Suva.