Primes Suva historiquement basses en 2022

Communiqué de presse Suva,

La Suva affiche un résultat d’exploitation positif de 241 millions de francs pour l’exercice 2020. Le reversement de produits excédentaires des placements et la restitution de l’excédent résultant de la pandémie se traduiront par des primes historiquement basses pour les assurés de la Suva en 2022.

La Suva affiche un résultat d’exploitation positif de 241 millions de francs pour l’exercice écoulé. L’assureur-accidents a également conservé sa solidité en cette année marquée par le coronavirus. L’équilibre financier est atteint dans toutes les branches d’assurance. Les provisions nécessaires à la couverture des futures prestations de la totalité des accidents et des maladies professionnelles déjà survenus sont entièrement constituées. En 2022, les assurés de la Suva bénéficieront de primes historiquement basses en raison d’effets exceptionnels.

Résultat positif des placements

En 2020, la Suva a réalisé un bon résultat sur ses placements, malgré un environnement exigeant et la persistance de la pandémie de coronavirus. La performance des placements s’est établie à 5,3 %. Les placements en actions ont fourni la contribution la plus importante à ce résultat. Après les turbulences du premier trimestre, les marchés des actions ont affiché une forte reprise en 2020. Pratiquant une stratégie de placement axée sur le long terme, la Suva investit une part substantielle de son patrimoine dans des actions, l'immobilier et des placements alternatifs. C’est ce qui lui a permis de réaliser un résultat positif, bien que les placements sur le marché monétaire aient continué à souffrir des taux d’intérêt négatifs. Le bon résultat des placements permet un reversement de produits excédentaires d’un volume de 526 millions de francs en 2022, soit 15 % des primes nettes dans l’assurance contre les accidents professionnels et non professionnels pour toutes les entreprises assurées auprès de la Suva. Le quotient de solvabilité a augmenté de 171 % à 182 %. La Suva dispose ainsi d’une solvabilité suffisante pour satisfaire aux exigences légales, y compris en temps de crise. Le patrimoine de la Suva est intégralement affecté à un but précis. Il sert à couvrir les engagements de la Suva pour quelque 82 000 rentes ainsi que les frais de traitement et indemnités journalières futurs des accidents déjà survenus.

Effet COVID-19: excédent extraordinaire

Le nombre d’accidents a considérablement diminué, notamment durant le confinement à partir de la mi-mars 2020. La deuxième vague a également entraîné un nouveau recul à partir d’octobre. Au total, la Suva a enregistré 431 827 accidents et maladies professionnelles, soit 10,0 % de moins qu’en 2019. En ce qui concerne les accidents professionnels, les mesures anti-coronavirus n’ont pas affecté toutes les branches de la même manière: dans certaines branches, le travail a pu se poursuivre malgré les restrictions, alors que l’activité s’est trouvée fortement réduite dans d’autres. C’est dans le transport aérien que la baisse des accidents professionnels a été la plus forte, soit -54 %. Au total, la Suva a enregistré 161 468 accidents professionnels, c’est-à-dire 10,8 % de moins que l’année précédente. La restriction des activités de loisirs a également entraîné une baisse des cas déclarés dans l’assurance contre les accidents non professionnels. Le nombre d’accidents de sports d’équipe, en particulier, a fortement diminué. La Suva a ainsi enregistré une baisse de 37 % des accidents de football. Les accidents durant les loisirs ont diminué de 10,9 % au total.

Les coûts des accidents, en revanche, n’ont pas diminué dans les mêmes proportions que le nombre de ceux-ci, car les coûts moyens par cas ont augmenté: les frais de traitement par cas s’inscrivent en hausse de 3,6 % en moyenne et les coûts des indemnités journalières par cas ont progressé de 6,3 %.

L’augmentation des coûts par cas s’explique par une baisse disproportionnée des accidents bénins avec des absences courtes et une durée de perception des indemnités journalières courte elle aussi. Les principaux moteurs résident dans l’évolution du genre d’accident (p. ex. moins d’accidents de football qui entraînent plutôt des absences plus courtes, mais plus d’accidents de vélo avec des assurés plus âgés et des absences plus longues) et une restriction des possibilités de traitement. La tendance à la baisse des nouvelles rentes se poursuit en outre avec 1141 nouvelles rentes d’invalidité octroyées. À la suite de l’abaissement du taux d’intérêt technique, les coûts par cas des nouvelles rentes ont toutefois augmenté de manière significative.

Dans l’ensemble, le COVID-19 a eu pour effet de produire un excédent exceptionnel de 253 millions de francs, lequel sera reversé aux assurés sous la forme de primes plus basses en 2022. Le montant de la réduction sur la prime sera défini en fonction du recul des coûts effectivement observé pour la classe de risque correspondante. En moyenne, les reversements prévus dans l’assurance contre les accidents professionnels et l’assurance contre les accidents non professionnels représenteront respectivement 7,3 % et 6,8 % de la prime nette.

Évolution des primes en 2022

Alors que les taux de prime nets moyens augmenteront légèrement en 2022 dans l’assurance contre les accidents non professionnels en raison de l’évolution des accidents, les taux de prime nets moyens pourront être maintenus à un niveau stable dans l’assurance contre les accidents professionnels. Selon l’évolution des accidents, il y aura toutefois de très nettes différences entre les classes de risque, concernant tant l’adaptation des primes nettes que les reversements liés au COVID-19.

À la suite du reversement des excédents liés à la pandémie de COVID-19 et découlant des produits des placements pour un montant total de 779 millions de francs, soit 22 % des primes nettes, la charge moyenne des primes sera historiquement basse pour les assurés en 2022 dans l’assurance contre les accidents professionnels et l’assurance contre les accidents non professionnels.

Renforcer encore l’optique client

La stratégie avance, qui place la prévention au premier plan, est en bonne voie. Les domaines des accidents du travail et des accidents durant les loisirs sont plus étroitement associés, afin d’accroître l’avantage client et de renforcer l’impact de la prévention. Dans le cadre du programme de prévention 2020+, la Suva oriente durablement son travail de prévention sur l’horizon 2020–2030. Son objectif: intensifier le travail de prévention axé sur le risque et l’efficacité pour continuer à réduire le nombre d’accidents du travail et de maladies professionnelles. L’une des autres priorités de la stratégie avance concerne la personnalisation et la numérisation de la gestion des cas avec le programme smartCare, dont la progression se poursuit comme prévu. Ce programme, actuellement en phase pilote, sera pleinement déployé d’ici à 2027. À l’avenir, le pilotage des cas sera pris en charge par des moteurs de règles basés sur l’intelligence artificielle. Les tâches répétitives sont effectuées par un logiciel. Les spécialistes et les case managers de la Suva se chargeront des cas complexes. Des self-services (portails et applications mobiles) vont encore accroître la rapidité d’accès aux informations. Enfin, avec le projet Structuro, la Suva adapte ses structures et ses processus à l’évolution des exigences. Les nouvelles structures entreront en vigueur début 2022. La proximité client demeure également un élément central: toutes les agences Suva sont conservées, mais elles se focaliseront encore davantage sur le suivi des clients et partenaires, afin d’apporter le soutien le mieux adapté aux besoins de chacun.

Infos complémentaires

  • Des photos de la conférence de presse bilan tenue à Lucerne pourront être téléchargées dès 12h à l’adresse pr.keystone-sda   (reproduction autorisée).
  • Dans la présentation  de la conférence de presse bilan, vous trouverez un condensé d’autres thèmes abordés en conférence de presse.
  • Les détails concernant l’exercice 2020 figurent dans le rapport de gestion  
  • L’évolution des primes est décrite dans le factsheet primes  . Dans ce document, vous trouverez également un tableau des reversements COVID-19 par classe de risque.
  • Jean-Luc Alt
    Jean-Luc Alt
    Porte-parole
  • Tél.: +41 26 350 37 81

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 4370 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public générant un volume de primes d’environ 4,3 milliards de francs, elle assure près de 130 000 entreprises, soit 2 millions d’actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les bénéficiaires de l’assurance chômage sont assurés automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l’assurance militaire sur mandat de la Confédération. Les prestations de la Suva comprennent la prévention, l’assurance et la réadaptation. La Suva est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux – employeurs et salariés – de même que la Confédération sont représentés au sein du Conseil de la Suva.