Les 10 sports d’été générant le plus d’accidents durant les loisirs

Communiqué de presse Suva,

Chaque année, en juin, juillet et août, les assureurs-accidents enregistrent en moyenne plus de 47 000 accidents de sports durant les loisirs, dont quelque 13 100 accidents de football en tête du classement. Viennent ensuite, nettement moins nombreux, les accidents de VTT, suivis des accidents de baignade et de natation. Les hommes ont nettement plus d’accidents que les femmes. Les coûts des accidents de sports d’été s’élèvent à 257 millions de francs par année.

En été, l’envie de bouger est bien plus forte que pendant le reste de l’année, d’où ce regain d’engouement pour les sports de loisirs. Revers de la médaille en cas d’accident: beaucoup de souffrance pour les personnes concernées, mais aussi des coûts élevés.

Les accidents de sports d’été les plus fréquents

Classement

Sport de loisirs

Nombre d’accidents (valeur arrondie)

Coûts moyens en CHF

1

Football

13 100

3 700

2

VTT (vélo tout terrain)

3 600

6 600

3

Baignade, natation

3 400

5 300

4

Jogging, course à pied

3 200

2 700

5

Randonnée en montagne

3000

6 700

6

Équitation, sports équestres

1400

5 600

7

Volley-ball

1300

2 900

8

Gymnastique, fitness

1100

2 600

9

Tennis

900

2 900

10

Aviron, bateau, voile

800

4 000

Période considérée: juin-août 2014-2018; source: SSAA, statistique LAA, AANP et AAC

Accidents de football: les plus nombreux

Le football est le sport d’été préféré des personnes assurées. Avec 13 100 accidents, ce sport représente le plus grand groupe d’accidents de sports d’été et une facture de 61 millions de francs pour les assureurs. Un accident de football moyen en été coûte 3700 francs. Luxations, entorses, claquages et contusions sont les blessures les plus fréquentes chez les assurés qui pratiquent le football, sans parler des fractures. «La jambe, la cheville, le pied et le genou sont les plus touchés», explique Sandra Degen, spécialiste en statistiques à la Suva.

Accidents de randonnée en montagne: les plus chers

Les accidents de randonnée en montagne arrivent en cinquième position. Avec une moyenne de 6700 francs par cas, ils sont ceux qui coûtent le plus cher, suivis des accidents de VTT (6600 francs) et des accidents d’équitation (5600 francs). «Les accidents en relation avec ces disciplines sportives génèrent des coûts plus élevés, car ils entraînent plus souvent des blessures graves. Ils occasionnent des frais de traitement plus élevés et des absences plus longues», déclare Sandra Degen.

Baignade: le plus d’accidents mortels

Triste, mais vrai: avec huit cas en moyenne chaque année, les accidents de baignade et de natation qui se produisent en été totalisent le plus grand nombre de cas de décès parmi les sports d’été recensés. Les coûts annuels courants des accidents de baignade en été représentent 20 millions de francs.

Football, VTT, tennis: plus d’accidents chez les hommes

Il est peu surprenant d’apprendre que 90 % des accidents de football concernent les hommes. En VTT, plus de 80 % des personnes accidentées sont également de sexe masculin. Dans la plupart des cas, les accidents de VTT se produisent dans la nature, à l’écart des circuits routiers. «Il s’agit principalement de chutes entraînant des contusions, des claquages, des entorses et des fractures», précise Sandra Degen. En période estivale, les hommes constituent également la majorité des personnes qui se blessent en pratiquant le tennis (78 %), la baignade et la natation (68 %), le volley-ball (64 %) et le jogging (62 %).

Équitation: plus d’accidents chez les femmes

Au classement des accidents de sports d’été, l’équitation apparaît au sixième rang avec 1400 accidents. Les femmes représentent 90 % des personnes accidentées. Les coûts annuels courants des accidents d’équitation en été atteignent environ 9 millions de francs. Un accident d’équitation moyen en été coûte 5600 francs, ce qui le place au troisième rang du classement des accidents qui coûtent le plus cher. «Les personnes se blessent souvent en tombant de cheval ou reçoivent un coup de pied de l’animal, ou les deux en même temps. Elles présentent avant tout des contusions, mais il peut aussi s’agir de fractures, de blessures à la tête ou au dos», conclut Sandra Degen.

  • Jean-Luc Alt
    Jean-Luc Alt
    Porte-parole
  • Tél.: +41 26 350 37 81

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 4370 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public générant un volume de primes d’environ 4,3 milliards de francs, elle assure près de 130 000 entreprises, soit 2 millions d’actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les bénéficiaires de l’assurance chômage sont assurés automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l’assurance militaire sur mandat de la Confédération. Les prestations de la Suva comprennent la prévention, l’assurance et la réadaptation. La Suva est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux – employeurs et salariés – de même que la Confédération sont représentés au sein du Conseil de la Suva.