Réinsertion: conseils à l’intention des employeurs

Les chances de guérison et de réinsertion des personnes accidentées augmentent lorsque celles-ci bénéficient d’un accompagnement précoce et compétent après l’accident. Les employeurs peuvent fournir un soutien ciblé dans ce cadre.

«Tout faire comme avant»: telle est la devise de Tatiana Bianchi. Après avoir perdu son bras gauche dans un accident de la route, cette vendeuse est parvenue à se réinsérer professionnellement grâce à une attitude résolument positive. Son employeur ainsi que la Suva l’ont soutenue avec détermination dans sa réadaptation et sa réinsertion.

Un processus de guérison complexe nécessitant un Case Management

Il y a quelques années, Tatiana Bianchi a perdu le contrôle de son véhicule alors qu’elle se rendait au travail à Rivera (TI). Grièvement blessée, elle a été suivie par une case manager de la Suva, qui l’a soutenue non seulement durant son séjour à la clinique de réadaptation, mais aussi par la suite.

Ses séances quotidiennes de gymnastique, de physiothérapie et d’ergothérapie n’ont pas tardé à porter leurs fruits: Tatiana Bianchi a rapidement pu recouvrer une certaine autonomie, p. ex. réapprendre à faire sa toilette seule et à exécuter des tâches simples. Très vite, cette vendeuse n’a plus tenu en place et a souhaité reprendre le travail dès que possible. Alors que sa case manager était encore en train de planifier sa réintégration dans son ancienne entreprise, Tatiana Bianchi travaillait déjà dans les services administratifs de la clinique de réadaptation.

Trois partenaires pour une réinsertion réussie

En tant qu’employeur, vous pouvez influer positivement sur la réinsertion d’une personne accidentée en collaborant à la fois avec celle-ci, avec son médecin et avec la Suva.
1.Personne accidentée
  • Contactez directement et le plus rapidement possible la personne accidentée, et rendez-lui visite.
  • Organisez au plus vite un entretien de préparation à son retour et discutez avec elle des possibilités de réintégration au sein de votre entreprise.
  • Définissez avec elle les différentes étapes de sa réinsertion. Impliquez si nécessaire son entourage. Proposez-lui un travail à temps partiel dans son domaine d’activité ou un poste adapté à son état de santé. Il est important qu’elle soit présente dans l’entreprise.
  • Fixez le jour de la reprise du travail. Il est souvent plus judicieux de choisir un jeudi ou un vendredi.
2.Médecin
  • Etablissez un profil de poste pouvant être remis au médecin traitant.
  • Prenez contact avec le médecin traitant en accord avec l’intéressé.
  • Expliquez au médecin la nature des tâches confiées à l’intéressé et informez-le des possibilités de réintégration ou d’aménagement de poste.
3.Suva
  • Annoncez dans les plus brefs délais l’accident à la Suva.
  • Discutezdes possibilités de réinsertion avec la Suva.
  • Prenez contact avec le case manager de votre agence Suva.

Une réinsertion exemplaire

La motivation de Tatiana Bianchi à sortir au plus vite de la clinique de réadaptation a facilité la tâche de son employeur dans le cadre du processus de réinsertion. Malgré son handicap, elle n’a pas tardé à réintégrer l’équipe du magasin. Aujourd’hui, elle dirige une succursale comptant neuf collaborateurs. En outre, dans la mesure où elle travaille à nouveau à temps plein, elle n’a plus besoin d’une rente d’accident.

Soutien aux employeurs

La Suva vous propose une vaste gamme de prestations dans le domaine de la réinsertion:

  • Informez-vous sur son offre (qui inclut notamment des cours).
  • La Suva met à votre disposition le logiciel Sunet afin de vous permettre de gérer de façon professionnelle les absences de vos collaborateurs.
  • Les case managers de votre agence Suva vous indiqueront volontiers toutes les possibilités de réinsertion et vous aideront à trouver une solution optimale.
  • N’hésitez pas à contacter votre agence Suva.