Neige artificielle: un danger?

La neige se faisant actuellement rare sur les pistes, les domaines skiables ont recours à des canons à neige. Samuli Aegerter, responsable de la campagne sports d’hiver à la Suva, explique en quoi la neige artificielle influence le déroulement d’un accident.

Samuli Aegerter, la neige artificielle entraîne-t-elle davantage d’accidents sur les pistes?

Samuli Aegerter: ce serait vraiment intéressant de le savoir, pour la prévention. Malheureusement, nous ne connaissons ni le pourcentage de neige artificielle utilisée sur les pistes, ni sur quel type de neige les sportifs chutent. Mais nous savons que la neige artificielle est plus dure que la neige naturelle et que cela peut avoir des conséquences néfastes en cas de chute. Les blessures qui en résultent sont plus graves.

Que recommandez-vous?

Moins il y a de neige, plus le défi est de taille. C’est pourquoi je recommande aux amateurs de glisse de partir lentement pour la première descente afin de se faire une idée de la situation actuelle sur la piste. Ils peuvent ensuite adapter leur manière de skier. De plus, des carres bien affûtées seront avantageuses, notamment sur neige artificielle: il sera alors plus facile d’éviter les obstacles et de freiner.

Y a-t-il d’autres points auxquels les skieurs et surfeurs doivent veiller actuellement?

S’il y a peu de neige, le sol est plus accidenté et les rares pistes ouvertes sont un peu moins larges que d’habitude. Si un très grand nombre d’amateurs de glisse doivent se les partager, le risque de collision est plus grand. Les collisions entraînent des blessures plus graves que les accidents par perte de maîtrise. C’est pourquoi chacun devrait adapter sa manière de skier à ses aptitudes et aux conditions.

Souhaitez-vous découvrir d’autres conseils pour réduire au minimum votre risque d’accident? Alors faites le test pour les sports de neige   de la Suva.