Nouvelle publication à l'usage des pros

Les serpentinites peuvent contenir de l'amiante. Lorsque c'est le cas, ces belles pierres sont alors interdites sur le marché suisse. Les opérations effectuées sur des œuvres d'art ou des parties d'ouvrages existants nécessitent des mesures de protection particulières. Stefan Scherer, hygiéniste du travail à la Suva, nous propose un petit passage en revue.

Stefan Scherer, qu'est-ce que les serpentinites?

Ce sont des roches. Ces pierres d'un vert ou d'un rouge profond après polissage, encore prisées dans l'artisanat et le bâtiment, s'utilisaient autrefois pour les revêtements de façades, carreaux de sol, pierres tombales ou sculptures. Le danger: elles peuvent contenir de l'amiante.

A quoi les reconnaît-on?

Pour le profane, c'est mission impossible, car il en existe de multiples variétés. Souvent gris-vert à l'état brut, le polissage leur confère un vert ou un rouge homogène, parfois entrecoupé de veinures ou de marbrures. S'y ajoute que leurs noms commerciaux ne permettent pas forcément un rapprochement avec les serpentinites. En cas de doute, il suffit d'écrire à l'Association suisse des pierres naturelles NVS (serpentinit@nvs.ch).

Pourquoi l'amiante est-il dangereux?

L'amiante est un minéral composé de fibres nocives lorsqu'elles se disséminent dans l'air ambiant et sont inhalées. Il suffit d'une faible concentration de poussière amiantée dans l'air ambiant pour provoquer une asbestose ou un cancer du poumon ou de la plèvre. Ces pathologies se déclarent entre 15 et 45 ans après inhalation de la substance. Le risque de maladie augmente en fonction de la durée d'exposition et de son intensité.