Pourquoi travailler en sécurité n’est jamais une perte de temps.

Les mesures de sécurité sont souvent considérées comme coûteuses, contre-productives et chronophages. Dans sa campagne «Un long chemin», la Suva va à l’encontre de cette idée reçue en affirmant que travailler en sécurité n’est jamais une perte de temps. André Meier, chef de la division sécurité au travail de la Suva, nous en donne les raisons dans cette interview.

M. Meier, comment expliquer le message «Travailler en sécurité n’est jamais une perte de temps»?

Avec le message «Travailler en sécurité n’est jamais une perte de temps», nous voulons montrer aux employeurs qu’ils perdront surtout du temps si la sécurité au travail n’est pas planifiée et que des accidents se produisent. Il y a en effet un écart considérable entre le temps nécessaire pour prévenir les accidents et celui qu’il faut pour se remettre d’un accident. Travailler en sécurité doit permettre d’éviter des accidents et de réduire à un minimum le temps nécessaire pour effectuer le travail proprement dit.

Ce sont donc les accidents qui font perdre le plus de temps?

Parfois, on peut également perdre beaucoup de temps sans pour autant qu’il y ait d’accident. Par exemple lorsque, juste avant de bétonner une dalle, on constate que la protection latérale manque. Un collaborateur doit alors la monter. Ce n’est qu’après que l’on peut poursuivre les travaux. Si le matériel n’est pas disponible sur le chantier, il faut même aller le chercher à l’entrepôt. Ce temps perdu aurait été évité si les étapes de travail avait été planifiées.

La formation des collaborateurs est également fastidieuse...

Nous sommes convaincus qu’en investissant un tout petit peu de temps, un employeur peut sensibiliser ses collaborateurs aux dangers et leur permettre ainsi d’éviter des accidents. Par exemple, en leur rappelant régulièrement les «règles vitales». Nous recommandons aux employeurs d’investir dix minutes par semaine dans la sécurité au travail. Par rapport au temps perdu en cas d’accident, cet effort s’avère toujours payant. Les employeurs peuvent ainsi éviter des pertes de temps plus importantes et surtout empêcher que leurs collaborateurs se blessent.


La sécurité au travail n’est-elle pas une perte de temps?

Interview d’André Meier, chef de la division sécurité au travail à la Suva (source: Tele 1)

Règles vitales applicables aux différentes branches:

Règles vitales