EventTribunal: Les inscriptions sont ouvertes

Nadia Gendre,

Un apprenti de 17 ans chute de 4 mètres du haut d’un chariot élévateur parce qu’il n’a pas osé dire «STOP!» à son collègue. Cet accident fictif aurait pu se produire dans la réalité et se terminer devant le tribunal. Qui est coupable? Qui est responsable? Que décideront les juges?

Un apprenti de 17 ans chute de 4 mètres du haut d’un chariot élévateur parce qu’il n’a pas osé dire «STOP!» à son collègue.

Un accident du travail peut avoir des conséquences graves pour la personne accidentée, mais également pour les responsables qui doivent répondre de leurs actes devant un juge. La Suva souhaite sensibiliser les entreprises sur ce sujet avec la mise sur pied d’un nouveau procès, basé sur le cas fictif de l’accident d’un apprenti. Cette manifestation s’inscrit dans le cadre de la campagne «Apprentissage en toute sécurité»   qui vise à réduire le nombre d’accident du travail chez les apprentis. Elle s’adresse en priorité aux chefs d’entreprise, aux ingénieurs de la sécurité, aux spécialistes de la sécurité et aux personnes chargées de la sécurité dans les entreprises.

L’accident

Ce lundi matin, il règne une grande agitation chez Patron & Fils SA, entreprise de ferblanterie-couverture et travaux sanitaires: le beau temps est annoncé pour deux jours, il faut se dépêcher d’entreprendre des travaux extérieurs. Le chef de dépôt transmet à l’employé présent une commande de matériel se trouvant au rayon le plus haut. Les normes de sécurité auraient nécessité de descendre la palette pour y prendre les pièces. Mais dans l’urgence, l’employé saisit le chariot élévateur et ordonne à l’apprenti de monter sur la palette enfourchée pour l’élever jusqu’à la hauteur du matériel. Bien que réticent, Tom Victime, en première année d’apprentissage, s’exécute devant l’insistance du conducteur. Arrivé à la hauteur des pièces, il perd l’équilibre et chute sur le sol.

Cet accident, inspiré de faits réels, permet à la Suva de montrer les conséquences pénales (culpabilité) et civiles (responsabilité) d’un tel drame. Mené par des professionnels – juges, procureur et avocats – dans les règles de l’art d’un tribunal authentique, ce procès aura lieu en français le 31 août 2017 à Fribourg, et en allemand, les 11 septembre 2017 à Berne et 21 septembre 2017 à Regensdorf.

La participation à cet event se monte à 300 francs par personne et a valeur de formation continue.

Les inscriptions sont désormais closes. Il reste toutefois quelques places disponibles. Pour vous inscrire, veuillez s’il vous plaît écrire un mail à Charlotte Chanex.

Plus d'information: www.suva.ch/eventtribunal2017  .

Ne manquez rien de notre communication spéciale concernant #EventTribunal, en vous inscrivant à notre event sur Facebook  .