La Suva maîtrise les frais de traitement

Regula Müller,

Les frais de traitement augmentent chaque année. Pour endiguer leur hausse, la Suva compte sur le travail quotidien de collaborateurs spécialisés, tels que Jasmin Zimmermann, employée depuis cinq ans au sein de l’agence Suva Winterthur.

Les frais de traitement englobent les coûts occasionnés par les traitements médicaux et thérapeutiques des personnes accidentées, et ceux relatifs à leur réinsertion. En raison des progrès constants de la médecine et de l’allongement de l’espérance de vie, ils ne cessent de croître.
Pour maîtriser leur évolution, la Suva emploie quelque 90 spécialistes à travers le pays. «Nous contrôlons les factures envoyées par les fournisseurs de prestations», explique Jasmin Zimmermann. Dans un premier temps, les irrégularités, environ 50 % des 2 millions de factures reçues, sont détectées de manière électronique. Ensuite, la jeune femme de 33 ans vérifie si le tarif appliqué pour le décompte des médecins, des hôpitaux, etc., est correct et si la durée du traitement correspond à la gravité de l’accident. «Lorsque nous mettons le doigt sur une erreur, celle-ci est souvent commise par ignorance ou par inattention.»
Benefit 4/17Jasmin ZimmermannHeilkostenHeilkostenmanagementPrämienLeistungserbringer

Echanger avec les fournisseurs de prestations

En cas d’accident, la Suva prend en charge les frais d’un traitement approprié, dont le montant est défini par un système tarifaire. Si offrir un traitement optimal à l’assuré est important pour la Suva et les fournisseurs de prestations, cela ne signifie pas recourir aux solutions les plus coûteuses. Cependant, il arrive que certains fournisseurs de prestations prescrivent notamment des bandages très onéreux. «Lorsque nous refusons une telle facture, nous économisons jusqu’à 200 francs. Cumulés, ces petits montants engendrent d’importantes économies.» Le contrôle des factures n’est pas l’unique mesure permettant d’endiguer la hausse des coûts. «Echanger avec les fournisseurs de prestations améliore considérablement la collaboration et la communication», explique Jasmin Zimmermann. Ces rencontres sont aussi l’occasion de répondre à des questions relatives au système tarifaire.

Les frais de traitement comprennent:

  • Les coûts relatifs aux traitements médicaux et thérapeutiques des personnes accidentées (prestations médicales de l’hôpital ou du médecin de famille, physiothérapie, technique orthopédique, transports en ambulance, etc.);
  • Les coûts liés à la réinsertion des personnes accidentées (p. ex. prestations d’agences de placement ou de conseillers professionnels).
  • Grâce à ces mesures, la Suva réalise chaque année des économies de 200 millions de francs. Cet argent est restitué aux entreprises assurées à la Suva sous la forme de primes plus basses.

    Que fait la Suva pour endiguer la hausse des coût?

    Endiguer la hausse des coûts grâce au contrôle 

    Près d'un tiers des quelque 1,2 milliard de francs que la Suva verse chaque année pour des prestations médicales et thérapeutiques (frais de traitement) concerne des prestations hospitalières. En 2016, la Suva a refusé environ 4500 factures de séjours stationnaires dans des hôpitaux, évitant ainsi de payer quelque 19 millions de francs qui n’étaient pas à sa charge. Cela équivaut à une économie de 4150 francs par facture refusée, soit 4,2 % du total des coûts des prestations indemnisées dans le domaine stationnaire. Les premiers chiffres-indices laissent supposer que les économies réalisées en 2017, estimées à 21 millions de francs, seront nettement supérieures à l'année précédente. Cette année, la Suva a déjà contrôlé plus de 45 000 factures de prestations hospitalières stationnaires. 

    www.suva.ch/frais-de-traitement