Les tiques vont faire leur apparition avec la chaleur

La saison des tiques arrive. Ces bêtes peuvent infecter les humains avec la peste du lièvre. Qu’est-ce que cela signifie? Et comment peut-on se protéger? Médecin du travail à la Suva, Felix Ineichen fournit quelques pistes.

Se protéger contre les piqûres de tiques

  • Eviter les zones où se tiennent les tiques: lisières de forêts, bordures de chemins, fourrés, sous-bois, herbes hautes jusqu’à 1,5 m aux altitudes inférieures à 1500 m.
  • Porter des habits fermés couvrant la plus grande partie possible de la peau, de couleur claire. Les tiques sont plus facilement visibles sur des habits clairs et peuvent être éliminées avant d’avoir piqué.
  • Appliquer un répulsif contre les tiques sur la peau et les habits.
  • Ablation de la tique: saisir la tique le plus près possible de la peau avec une pince à épiler ou une pincette spéciale et l’extraire verticalement. Désinfecter ensuite la plaie.

La Suva enregistre environ 9500 cas de piqûres de tiques par an. Ces acariens assoiffés de sang sont spécialement nombreux en mai et juin. Felix Ineichen, médecin du travail à la Suva, explique comment se protéger contre les tiques et ce qu'est la tularémie.

Felix Ineichen, les tiques sont particulièrement actives au printemps. Comment peut-on s'en protéger?
Felix Ineichen: Après une balade en forêt, dans les sous-bois ou dans les champs, il faut toujours examiner sa peau. Les tiques se fixent volontiers au creux du genou, dans l'aine et sous les aisselles. De manière générale, on recommande de porter des vêtements de couleur claire et bien fermés. Sur un fond clair, les tiques se voient mieux et s'enlèvent facilement avant d'avoir eu le temps de piquer leur hôte. Il est également conseillé de vaporiser un spray anti-tiques sur la peau et les vêtements.

Pourquoi les tiques sont-elles si dangereuses?
Les tiques peuvent transmettre des agents pathogènes aux êtres humains. En Suisse, il s'agit avant tout de la méningo-encéphalite verno-estivale   (MEVE), ou encéphalite à tiques, d'origine virale, et de la borréliose  , également appelée maladie de Lyme, d'ori-gine bactérienne. Chez l'homme, l'infection virale peut provoquer des méningites, mais aussi, dans certains cas rares, de graves maladies touchant le cerveau et la moelle épinière. Contrairement à la méningo-encéphalite verno-estivale, la maladie de Lyme est relativement fréqulüthente et cause des inflammations cutanées, articulaires, car-diaques et (ou) neurologiques. La Suva enregistre environ 9500 cas de piqûres de tiques chaque année. La tularémie ou peste du lièvre est une maladie peu connue qui peut aussi se transmettre à l'homme par une piqûre de tique.

Qu'est-ce que la tularémie?
C’est une maladie qui touche surtout les lièvres ainsi que les souris et autres rongeurs, d’où son autre nom, peste du lièvre. En médecine, elle est connue sous le nom de tularémie  . Ces dix dernières années, en moyenne, une vingtaine de cas touchant des êtres humains ont été déclarés à la Suva. Les malades présentent différents symptômes selon la voie de transmission et les organes atteints. Toutes les formes de la maladie se manifestent d'abord par des symptômes grippaux. En cas de contamination par une tique, on peut voir apparaître ensuite une ulcération cutanée et un gonflement des gan-glions lymphatiques.

Quand le risque de tularémie est-il le plus marqué?
L'agent pathogène, une bactérie nommée Francisella tularensis, ou bacille de Francis, peut aussi pénétrer dans le corps par voie buccale ou nasale. Les chasseurs et les garde-faune en contact direct avec des animaux sauvages sont particulièrement expo-sés. Mais les ouvriers forestiers sont également sujets à contamination en cas d'inhala-tion de poussières d'excréments ou de cadavres d'animaux malades. Il est donc re-commandé de faire preuve de prudence en cas de travaux dans les champs, les talus et les sous-bois. Le risque de contamination est particulièrement élevé en cas d'utilisa-tion de souffleurs ou de débroussailleuses. Pour ce genre d'activités, il est conseillé de se protéger au moyen d'un masque anti-poussière.

Quelle est la fiabilité des tique-tests permettant d'estimer le risque de borré-liose après une piqûre de tique?
Seuls 5 à 50 % des tiques sont porteuses de borrélies, c'est-à-dire des bactéries qui peuvent rendre malade. Et les tiques, même infectées, ne transmettent la borréliose que lorsqu'elles restent fixées sur la peau pendant un laps de temps relativement long et vraisemblablement plus de 24 heures. Dans de nombreux cas, ce genre d'examen ne sert donc strictement à rien. Mais il ne faut pas oublier non plus que, même si l'on ne peut pas prouver qu'une tique était porteuse de borrélies, le risque d'infection par une autre piqûre de tique, qui n'a pas été détectée, demeure possible. Le Centre natio-nal de référence pour les maladies transmises par les tiques CNRT de l'Université de Neuchâtel s'est exprimé dans ce sens. Les tique-tests ne sont pas conseillés.

Quelles mesures de protection existe-t-il en Suisse mis à part le tique-test?
L'une des mesures appliquées dans le monde de l'exploitation forestière en Suisse con-siste à porter des vêtements de protection imprégnés d'un produit répulsif contre les tiques. La substance active, dénommée perméthrine, s'utilise depuis longtemps dans de nombreux domaines et se retrouve notamment dans les sprays anti-insectes. Elle est absorbée par la peau et certains estiment qu'elle peut avoir un effet cancérogène. Il est donc important de soupeser la part des avantages entre ce type de protection contre les tiques et les risques liés à la substance active utilisée.

Accident ou maladie: qui paie en cas de piqûre de tique?

Aux termes de la loi «est réputé accident toute atteinte dommageable, soudaine et in-volontaire, portée au corps humain par une cause extérieure extraordinaire». La piqûre de tique répond à ces critères et les assureurs-accidents la considèrent comme un ac-cident (lésion cutanée avec risque d'infection). Les coûts sont pris en charge par l'assu-reur-accidents.

S’inscrire à la Newsletter

Restez au fait de l’actualité grâce à notre Newsletter! Inscrivez-vous ici: