«Le plus dur, c’est la culture!»

Henri Mathis,

Kugler Bimetal SA, implantée à Genève, a mis au point un procédé liant acier et bronze en une seule pièce bimétallique afin d’en réduire l’usure par frottement et d’en augmenter la durabilité. Son CEO, Jérôme Chanton, réagit à la réduction de 15 % des primes Suva pour l’année 2019.

Kugler Bimetal SA, implantée à Genève, a mis au point un procédé liant acier et bronze en une seule pièce bimétallique afin d’en réduire l’usure par frottement et d’en augmenter la durabilité. Son CEO, Jérôme Chanton, réagit à la réduction de 15 % des primes Suva pour l’année 2019. Photo: Keren Bisaz

170 millions pour nos clients

En 2020 aussi, nos entreprises assurées profiteront des bons rendements réalisés sur les placements, qui ont des répercussions positives sur les primes de l’assurance contre les accidents professionnels. Le montant de la réduction extraordinaire sur la prime pour chaque entreprise figure sur la décision de classement pour l’année 2020. Vous trouverez des informations complémentaires ici  

Quelle a été votre réaction à cette baisse de primes?
Nous avons sabré le champagne! Plus sérieusement, toute économie est bonne à prendre. Cette réduction de primes est synonyme de meilleure profitabilité, donc de finances qui nous permettent de toujours nous améliorer.

Comment avez-vous utilisé ces moyens?
Nous avons investi dans la formation, l’amélioration de la sécurité et l’achat d’équipements de protection individuelle. Nous sommes certifiés 9100 (aéronautique), certification hyper exigeante qui implique un rigoureux système de management de qualité et de santé au travail. À titre d’exemple, les collaborateurs de la fonderie sont équipés de vêtements spéciaux qu’ils changent trois fois par semaine, de masques de protection valant près de 1500 francs pièce et de lunettes sur mesure.

Sécurité en enterprise: un défi de tous les jours

Interview de Jérôme Chanton, Kugler Bimetal SA

Vos chiffres accidents sont en baisse. Votre recette?
Nous venons de loin, nous n’étions
pas bon élève. En 2018, nous avons enregistré 147 heures d’absence pour cause d’accidents professionnels et de maladie sur 122 330 heures travaillées… c’est de l’ordre de 1 ‰. La partie investissement, dans l’infrastructure et les équipements, c’est la plus simple. Le plus dur, c’est la culture de la santé et la sécurité. Enseigner, c’est répéter. Et nous ne cessons de marteler les messages!

Et les accidents non professionnels?
Avec 415 heures d’absence, le taux est évidemment plus élevé. Vous savez, notre entreprise maîtrise la technologie liant acier et bronze. Par contre, je n’ai pas encore trouvé la solution pour lier au même bas niveau les accidents professionnels et non professionnels sans être trop intrusif dans la sphère privée. Les psychologues ont peut-être une réponse à ce paradoxe: nous tous connaissons les comportements à risque et pourtant nous continuons d’en prendre.

Pourquoi la prévention est-elle si importante pour vous?
Pour moi, c’est une obligation morale: les gens ne doivent pas mourir au travail. Cela se reflète dans nos deux valeurs clés que sont le service à la clientèle et le respect de la valeur humaine et son environnement. D’ailleurs, à ce propos, nous devons beaucoup à la Suva.

Ah oui, expliquez-nous cela.
Le plus gros problème de notre histoire fut celui de la plombémie, soit l’indice du taux de plomb dans le sang, entendu qu’il peut générer de graves maladies, tant pour nos employés que pour nos riverains. Il en allait de la survie de l’entreprise. Nous avons eu la chance de travailler avec Dominique Pasdeloup, médecin du travail de la Suva. Avec elle, nous avons réalisé toute une série de mesures de prévention, de formation et de contrôle annotées dans le «passeport plomb» de chaque collaborateur.

L’assise financière de la Suva demeure très solide

La Suva fait état pour l'exercice 2018 d'un résultat d'exploitation brut de 60,0 millions de francs. Après restitution de 55,2 millions de francs sur les fonds de compensation, il subsiste un résultat net de 4,8 millions de francs.

Le rapport de gestion   fournit des informations sur l'exercice écoulé.