«Signer la Charte, c’est s’obliger à suivre les recommandations»

Julie Seydoux,

Younès Bibote est le responsable santé sécurité de l’entreprise Colas Suisse. Possédant déjà des règles de sécurité en interne, l’entreprise a signé la Charte de la sécurité élaborée par la Suva.

Défis

Colas Suisse fait partie de Colas SA qui est active dans la construction génie civil et la production de bitume. Pour cette entreprise, la signature de la Charte de la sécurité symbolise une suite logique en matière de sécurité. C’est une manière de confirmer les bonnes pratiques déjà existantes. Par exemple, le port des manches longues en tout temps est déjà obligatoire chez Colas Suisse depuis dix ans et le port du short est proscrit depuis vingt ans. Ces pratiques sont déjà bien ancrées dans la culture de prévention de l’entreprise dont le taux d’accidents est d’ailleurs actuellement très bas. Colas Suisse compte cinq «règles de vie» qui sont des codes de conduite et dix «règles qui sauvent». La règle de la Charte de la sécurité «Stop en cas de danger» offre des supports explicatifs très complets qui ajoutent une plus-value aux règles internes de l’entreprise.

Cette signature correspond à se fixer une obligation: celle de suivre au maximum les recommandations de la Suva.

Younès Bibote, responsable santé sécurité de l’entreprise Colas Suisse

Des avantages pour l’image

La signature de la Charte a également amélioré et renforcé l’image concernant la prise en compte de la sécurité par l’entreprise vis-à-vis des clients et des tiers. Les règles prescrites s’inscrivent dans la vie de l’entreprise; elles renforcent non seulement le niveau d’excellence, mais aussi la qualité de ses travaux de construction.

3 conseils de Younès Bibote

  1. Signer la Charte est un engagement symbolique fort de communication interne et externe.
  2. Utiliser les règles vitales de la Suva pour faire ses propres règles internes est très utile. Elles sont simples, vulgarisées et applicables rapidement.
  3. Respecter la réglementation de sécurité contribue à atténuer les responsabilités de chacun.

Une signification forte

Pour Younès Bibote, cette signature correspond à se fixer une obligation: celle de suivre au maximum les recommandations de la Suva. Ainsi, le jour où celles-ci deviennent des directives, l’entreprise est prête et ne fait pas face à une révolution en interne. Finalement, cet engagement de protéger la vie et la santé des employés n’a demandé que peu d’efforts et de temps. Pour Colas Suisse, le souhait futur serait de formaliser ce genre d’action, telle que la signature de la Charte. Cela pourrait devenir une sorte d’évènement majeur pour l’entreprise et surtout une piqûre de rappel à l’attention des collaborateurs.

Adhérer à la Charte de la sécurité

L’objectif de la Charte est de promouvoir la sécurité au travail. Celle-ci a été élaborée par la Suva avec le concours des associations des employeurs, des planificateurs et des syndicats. Les membres de la Charte   s’engagent à ce que les règles de sécurité soient respectées sur le lieu de travail. Chacun devrait pouvoir rentrer chez soi en bonne santé après le travail.