Le prix de la prévention confirme l’évolution positive du nombre d’accidents

Adrian Vonlanthen,

Le film de prévention de la Suva sur les quasi-accidents professionnels a remporté un prix lors d’un festival international des médias de la prévention.

L’essentiel en bref

  • Prévention plutôt que publicité: la Suva a remporté un prix pour son film «La vie est plus belle sans accident» au Festival international des médias de la prévention à Toronto, au Canada.
  • Les activités de prévention de la Suva portent leurs fruits. De 2010 à 2019, il s’est produit 14 % d’accidents professionnels de moins que pendant la décennie précédente.
  • De la théorie à la pratique: au cours des années à venir, la Suva veut aider les entreprises à développer une culture de la prévention dont les biens les plus précieux sont la sécurité et la santé des collaborateurs.

En s’abattant, un arbre manque de justesse un travailleur forestier, un chariot élévateur fauche presque une planificatrice et une structure en bois s’écrase au sol derrière deux menuisiers. Le spot «La vie est plus belle sans accident» présente des quasi-accidents professionnels et montre de manière impressionnante qu’un accident est très vite arrivé lorsque l’on ne tient pas compte des règles vitales.

Film de prévention

La vie est plus belle sans accident

Règles vitales applicables aux différentes branches:

Règles vitales

Prévention plutôt que publicité

Ce spot TV sur la prévention a remporté le prix du meilleur court-métrage au Festival international des médias de la prévention de Toronto, au Canada. Ce n’est certes pas la première fois qu’un film de prévention de la Suva reçoit une distinction. Mais la première, c’est que l’effet préventif d’un tel film soit reconnu. Olivier Favre, chef de la division sécurité au travail et protection de la santé de la Suva en Suisse romande, explique pourquoi il se réjouit de ce prix et pourquoi les efforts de prévention de la Suva conservent toute leur importance malgré l’évolution positive du nombre des accidents.

Olivier Favre, la Suva a déjà remporté plusieurs prix pour ses films consacrés à la prévention. Pourquoi accordez-vous tellement d’importance à celui-ci?
Ce prix nous a été décerné parce que des experts et expertes confirmés de la prévention sont d’avis qu’avec ce film, nous pouvons éviter des accidents. Et c’est justement pour cette raison que nous réalisons des spots TV. Avec ces contenus, nous voulons attirer l’attention sur les dangers encourus au travail et pendant les loisirs. Il ne s’agit pas de faire de la publicité pour la Suva. Ce faisant, nous mettons au premier plan les règles vitales en tant qu’instrument efficace de prévention.

Le prix atteste de l’efficacité des efforts de la Suva en matière de prévention. Est-ce que cela est reflété par l’évolution du nombre d’accidents?
Au cours des dernières années, nous avons constaté une tendance positive en ce qui concerne l’évolution du nombre d’accidents. Lorsque l’on compare les années 2010 à 2019 avec la décennie précédente, le bilan est positif. Si l’on considère toutes les branches assurées auprès de la Suva, le risque d’accident du travail a baissé de 14 % au cours de la période indiquée. De plus, la Suva a enregistré un recul de 208 accidents mortels, ce qui correspond à une diminution de presque 35 %.

À vous entendre, on penserait que la Suva peut se reposer sur ses lauriers pendant les années à venir.
Un fait positif est que toutes les branches connaissent et acceptent entre-temps les règles vitales. Et pourtant, 800 accidents professionnels se produisent encore chaque jour en Suisse.

À quoi cela est-il dû?
Connaître les règles ne suffit pas. Il faut aussi passer de la théorie à la pratique. Les règles vitales doivent devenir partie intégrante du travail quotidien, c’est pourquoi nous voulons aider les entreprises à développer une culture de prévention au cours des années à venir.

Comment les entreprises peuvent-elles s’attaquer à ce projet?
Un aspect important est que la direction de l’entreprise défende l’idée de la culture de la prévention et fasse avancer les choses dans ce sens. Une première étape potentielle consiste à signer la Charte de la sécurité  . Ce document a été élaboré par la Suva avec le concours de plusieurs associations d’employeurs ainsi que des planificateurs et des syndicats. Les associations et entreprises qui signent la Charte de la sécurité s’engagent à faire respecter les règles vitales aux postes de travail.