E8_Original_23737_1260x275px, Tunnelbau, Katzenbergtunnel, Tunnelbohrmaschinen, Nachtarbeit, Schichtarbeit

Risque d’accident dans le cadre du travail par équipe: que faire pour prévenir ce danger?

Esther Galliker,

Qu’on travaille pour un géant pharmaceutique ou dans la construction de voies ferrées, le travail par équipe augmente le risque d’accident. Que peut-on faire pour prévenir ce danger?

Le travail de nuit et le travail par équipe augmentent fortement le risque d’erreur et d’accident: celui qui travaille par équipe en horaires irréguliers et parfois également de nuit est souvent très fatigué. En effet, le changement permanent des heures de travail diurnes et nocturnes provoque de petits décalages horaires. «Celui qui est très fatigué présente, au travail et durant les loisirs, un risque d’accident deux fois plus élevé que celui qui est bien reposé», dit Reto Etterli, spécialiste de la prévention à la Suva. Ce risque est en particulier important lors du retour à la maison. «Lorsque l’on rentre par exemple en voiture chez soi après un travail de nuit, le risque est multiplié par sept ou huit». 

Il arrive souvent que la fatigue excessive soit liée au stress. En savoir plus: Stress au travail  .

Pourquoi le travail par équipe est-il fatigant?

Diverses raisons expliquent la fatigue excessive en cas de travail par équipe. Le travail de nuit dérègle l’«horloge interne» du collaborateur et entraîne des troubles du rythme circadien. Cela signifie que le cycle veille-sommeil est perturbé. Le collaborateur doit travailler alors que ses hormones mettent son corps au repos et inversement. De plus, le sommeil est de mauvaise qualité lorsqu’il est décalé par rapport à la nuit ou lorsqu’il est soumis à un rythme irrégulier.
En outre, le collaborateur mange souvent moins sainement: il ne mange pas à heures fixes, a tendance à grignoter pendant la nuit et consomme des boissons énergisantes ou du café. Cela affecte également la qualité de son sommeil.

Lorsque le sommeil est mauvais, cela augmente le risque d’accident. Le module de prévention de la Suva «Bien dormir – vivre plus sûr et plus sain» explique ce qu’il faut faire pour prévenir ce danger.

Module de prévention «Bien dormir – vivre plus sûr et plus sain»

Comment les collaborateurs travaillant par équipe peuvent-ils réduire le risque d’accident?

De simples changements de comportement peuvent avoir un effet positif sur la santé et prévenir le risque d’accident. Voici les conseils du spécialiste de la prévention:

Comment optimiser le travail par équipe des collaborateurs de son entreprise?

Le risque d’erreur et d’accident peut être réduit grâce à de petits changements dans la planification du travail et dans l’environnement de travail. Reto Etterli donne ci-dessous quelques conseils pour planifier le travail par équipe de manière pertinente:

  • Empêcher les nombreux changements entre les équipes (p. ex. succession logique des équipes du matin, de l’après-midi et du soir).
  • Empêcher le travail par équipe pendant plus de cinq jours d'affilée et accorder au moins deux jours de congé consécutifs après le travail par équipe.
  • Plus le travail de nuit se termine tôt, mieux c’est. On dort mieux lorsqu’on se couche quand fait encore nuit.
  • Limiter la durée du travail de nuit à huit heures.
  • Accorder des pauses régulières à ses collaborateurs et leur permettre de manger chaud.
  • Suivre et accompagner ses collaborateurs. Introduire p. ex. des mesures préventives et des examens médicaux périodiques.  

Demandez des conseils à la Suva et optimisez les conditions de travail par équipe avec vos collaborateurs dans ce module de prévention: 

Module de prévention «Travail par équipe − en sécurité et en bonne santé»

Exemple de cas tiré de la pratique: travail de nuit chez un géant pharmaceutique

Les collaborateurs portent des vêtements de protection blancs et fabriquent des médicaments high-tech. Ils doivent franchir pas moins de quatre sas d’hygiène avant d’arriver à leur poste de travail. Il est interdit de boire et de manger et aller aux toilettes prend du temps car il faut enlever et remettre la combinaison de protection. Les collaborateurs sont donc soumis à des exigences strictes en matière d’hygiène. En outre, ils travaillent par équipe et de nuit  car la production ne s’arrête jamais. 
Cependant, la performance n’est pas la même dans toutes les équipes. Les collaborateurs des équipes de nuit commettent beaucoup plus d’erreurs bien qu’ils travaillent également selon des processus et des listes de contrôle clairement définis. Pour changer cela, l’entreprise pharmaceutique a fait appel à la Suva.
Pour les spécialistes de la Suva, le problème est évident: c’est le travail par équipe nocturne qui a un effet négatif sur la concentration des collaborateurs. À cela s’ajoute la déshydratation: les collaborateurs ne boivent pas assez car pour cela, il faut se rendre à la salle de repos, ce qui est chronophage à cause des sas. Aller aux toilettes est également compliqué à cause du vêtement de protection. Moins on a d’eau dans l’organisme, plus on est fatigué et déconcentré. 
Ce cas est un exemple parmi tant d’autres. Selon le Secrétariat d’État à l’économie, près de 20 % de tous les actifs travaillent par équipe et 16 % travaillent de nuit.