La Suva sur le terrain pendant la pandémie de coronavirus

Regina Pinna-Marfurt,

L’entreprise de construction métallique et de construction de machines Kesmon Meccanica SA, à Barbengo, a été confrontée à de vives difficultés à cause de la pandémie. Elle les a surmontées avec l’aide de la Suva.

Kesmon Meccanica SA, comme un grand nombre d’entreprises artisanales et de chantiers tessinois, a été mise à l’arrêt pendant la première vague de la pandémie. Avant sa réouverture, la direction a dû demander l’autorisation de reprise d’activité à l’office cantonal du travail. Il a alors fallu appliquer au mieux les mesures d’hygiène et les règles de distanciation sociale prescrites. La production a repris de manière restreinte, puisqu’il ne pouvait pas y avoir plus de cinq personnes à la fois dans l’atelier.
Le 30 avril 2020, Giorgio Tolone, expert en sécurité à la Suva, s’est rendu dans les locaux de l’entreprise. Kociss Piedigaci, le directeur de Kesmon Meccanica SA, se souvient: «J’ai reçu des conseils pragmatiques de Giorgio Tolone et pu profiter de son expérience. Il m’a suggéré de nombreuses pistes simples et concrètes pour élaborer un plan de protection qui nous permette d’observer les mesures d’hygiène au travail.» De son côté, Giorgio Tolone a senti que l’entreprise souhaitait gérer la situation au mieux, ce qui lui a permis de jouer un rôle de coach en sécurité. Pour lui comme pour Kociss Piedigaci, les circonstances étaient inédites: il fallait agir vite et bien pour endiguer la pandémie. Comme l’explique Kociss Piedigaci: «Nous étions très inquiets au moment de la première vague, car nous ne savions pas exactement ce qui se passait. Nous avions besoin de réponses de la part de notre association professionnelle et de la Suva, et nous en avons eu rapidement».

Coronavirus: masques et règles d’hygiène

S’il n’y a eu aucun cas de Covid-19 dans l’entreprise lors de la première vague, la direction de Kesmon Meccanica SA a, dès le début, pris la pandémie très au sérieux et suivi son évolution avec attention. Dans l’enceinte de l’entreprise, le port du masque était déjà obligatoire.

Mesures concernant les primes en lien avec le coronavirus

La pandémie de coronavirus ayant engendré une baisse du nombre d’accidents dans certaines branches, on s’attend à une réduction du coût des accidents dans les classes de risque correspondantes pour 2020  , et donc à des excédents de primes extraordinaires. Les excédents éventuels vous seront restitués avec la prime 2022.

"benefit" 1_21 Rubrik "Schwerpunkt" Pandemie, Corona, Kontrolle, Giorgio Tolone, Kesmon Mecanica SA, Hygieneregel, Abstandsregeln, Covid 19

«Notre concept de sécurité obligeait les collaborateurs qui présentaient des symptômes à le signaler et à rester chez eux, précise M. Piedigaci. Personne parmi nous n’a alors contracté le Covid-19, sans doute aussi grâce à la taille de notre atelier et au fait que nos postes de travail sont individuels.»

Giorgio Tolone a identifié quelques lacunes lors de son contrôle, notamment le nombre insuffisant de désinfectants. «Ils doivent toujours être à portée de main, explique-t-il. Si plusieurs personnes utilisent le même équipement de travail, il faut un spray désinfectant directement au poste de travail.» En seulement 48 heures, le directeur de l’entreprise avait corrigé les lacunes dont Giorgio Tolone lui avait fait part.

Le coronavirus nécessite un plan de sécurité sur mesure

Chaque entreprise, chaque atelier est unique. Pour les experts en sécurité de la Suva, il s’agit de mettre sur pied un concept de sécurité sur mesure, qui tienne compte de ses spécificités et de son fonctionnement.

«Nous n’avons laissé que quatre chaises à la cantine pour respecter la distanciation sociale lors des repas, poursuit le spécialiste de la Suva. Nous avons aussi enlevé les condiments des tables pour des raisons d’hygiène.» Des mesures simples, mais qui contribuent à prévenir la propagation du coronavirus.

"benefit" 1_21 Rubrik "Schwerpunkt" Pandemie, Corona, Kontrolle, Giorgio Tolone, Kesmon Mecanica SA, Hygieneregel, Abstandsregeln, Covid 19

Kociss Piedigaci ajoute: «Le dialogue constructif mené avec l’expert en sécurité de la Suva nous a permis d’adapter le plan de protection à notre entreprise. L’analyse de nos processus, que nous avons réalisée ensemble lors de sa visite dans nos locaux, nous a aidés à appliquer les mesures d’hygiène.» Désormais, plusieurs personnes peuvent utiliser sans risque le même véhicule ou le même chariot élévateur.

Trois collaborateurs contaminés par le coronavirus

Les terribles images de Bergame ont laissé une trace indélébile dans la mémoire des collaborateurs de l’entreprise, située à deux pas de l’Italie. Qui plus est, au fil des mois, des connaissances et des parents des collaborateurs ont été infectés. Le directeur a donc suivi l’évolution de la pandémie avec beaucoup d’attention et sensibilisé ses équipes aux règles d’hygiène et de distanciation sociale. Toutes les deux semaines, il répétait les mesures à appliquer. «Depuis septembre, je constate que la situation agace nos collaborateurs. J’ai dû intervenir, car ils ne respectaient plus les règles de distance, affirme Kociss Piedigaci. J’estime que c’est un devoir moral pour moi que de protéger mon personnel.»
Lors de la deuxième vague, trois collaborateurs ont contracté le Covid-19 au sein de leur famille, ce qui prouve bien, aux yeux de Kociss Piedigaci, que chacun doit avoir un comportement responsable. «D’autant que ces règles ne sont pas si terribles.» Un constat pleinement partagé par Giorgio Tolone, qui commente: «Les instructions sont bien plus efficaces quand le préposé à la sécurité de l’entreprise ou le supérieur hiérarchique les donne directement au poste de travail».

Coronavirus: quelques règles peu nombreuses, mais efficaces

Depuis déjà un an, la Suva aide et contrôle les entreprises assurées dans le cadre de l’application des mesures de lutte contre la pandémie. «Notre bilan des nombreuses inspections réalisées dans l’industrie et la construction au Tessin est positif», se réjouit Giorgio Tolone. Et Kociss Piedigaci d’ajouter qu’il n’est pas si difficile de respecter ces quelques règles et qu’en cas de doute, on peut toujours demander conseil. «Je donne l’exemple en portant un masque systématiquement.» Pour l’heure, le chef d’entreprise dit n’avoir pas constaté de ralentissement de la production, mais reste très vigilant: «Moins il y a de cas de Covid-19, plus nous sommes productifs».

Informations complémentaires sur la pandémie de coronavirus

Infos   sur les mesures liées au coronavirus dans votre entreprise, l’assurance en cas de chômage partiel et le Covid-19 en tant que maladie professionnelle.