«Nous faisons tout pour ancrer les règles vitales dans les esprits.»

Regula Müller,

Fabienne Schaub entend reprendre la direction de l’entreprise de plâtrerie et de peinture de son père. En perpétuel changement, les conditions sur les chantiers représentent un défi de taille pour la sécurité au travail.

Les défis à relever

«Sur les chantiers, les conditions changent sans arrêt: notre personnel peut risquer de tomber dans un trou ou de trébucher sur un obstacle qui n’était pas là la veille. De plus, nous travaillons chaque fois avec des personnes différentes exerçant tous types de métiers, et sommes souvent soumis à la pression des délais, le peintre étant généralement le dernier artisan à intervenir.»

La préparation de l’intervention par les responsables de projet est capitale.

Fabienne Schaub, maître-peintre

Notre façon de travailler

«Nous appliquons systématiquement les neuf règles vitales pour les peintres et plâtriers. Une fois par an, l’ensemble de notre personnel doit suivre le didacticiel pour les peintres et plâtriers de la Suva: il commence par une vidéo impressionnante montrant un accident par chute, se poursuit par la présentation d’un chantier sur lequel il faut reconnaître et nommer les situations dangereuses, et s’achève par un test. En cas de réussite, les collaborateurs et collaboratrices reçoivent un certificat à envoyer à leurs supérieurs après l’avoir signé pour attester qu’ils ont passé eux-mêmes le test.
Nous fournissons aussi à toutes nos équipes une carte d’appels d’urgence avec, au recto, les principaux numéros à composer en cas de problème et, au verso, les neuf règles vitales de la Suva. Ainsi, elles peuvent les consulter à tout instant. Enfin, nos responsables de projet interrogent régulièrement nos équipes sur les règles vitales.
Par ailleurs, la préparation de l’intervention par le chef ou la cheffe de projet est capitale. Elle permet d’analyser et d’éliminer les dangers en amont pour minimiser le risque d’improvisation une fois sur place.»

Nos réussites

«Nous n’avons déploré quasiment aucun accident grave au cours des trente dernières années. L’événement le plus malheureux a été la chute d’un collaborateur: il est tombé d’un échafaudage par une trappe qui n’avait pas été fermée. Il s’en est sorti avec un genou cassé. Une fois rétabli, il aurait pu reprendre son activité de peintre, mais son genou le faisait toujours souffrir. Il a donc suivi une formation et dirige désormais notre secrétariat à Wetzikon. Depuis, nous passons notre temps à rappeler à chacun l’importance de fermer cette trappe.

Trois conseils de Fabienne Schaub

  1. L’ensemble du personnel doit suivre le didacticiel pour les peintres et plâtriers de la Suva  .
  2. La sécurité au travail fait partie intégrante de la préparation du travail par les responsables de projet.
  3. Le personnel a une carte sur laquelle figurent les règles vitales et est régulièrement interrogé à ce sujet.