Prêt de personnel, entreprise locataire de services et travailleurs temporaires: une relation complexe

Texte: Regula Müller; vidéo: Christian Berner,

Les travailleurs temporaires présentent un risque d’accident plus élevé que les collaborateurs permanents et sont plus longtemps absents après un accident. C’est pourquoi les primes à la charge des entreprises de prêt de personnel sont plus élevées. Pour réduire ces coûts et soulager en même temps les souffrances endurées, une bonne collaboration entre les entreprises de prêt de personnel, les entreprises locataires de services et la Suva est essentielle.

Les travailleurs temporaires sont régulièrement employés dans de nouvelles entreprises et de nouvelles fonctions. Ils présentent par conséquent un risque d’accident 20 % environ plus élevé que les collaborateurs permanents, avec un risque d’absence 40 % environ plus élevé. En tant qu’employeur, l’entreprise de prêt de personnel est responsable de la sécurité au travail des travailleurs temporaires. Si tout semble très clair sur le papier, la réalité du quotidien est plus complexe. 

Nombre élevé d’accidents parmi les travailleurs temporaires

Michel Wirth, propriétaire de la Rhy Personal AG, connaît bien le problème. Depuis 17 ans environ, l’entreprise met à disposition du personnel, notamment dans les secteurs principal et secondaire de la construction. Michel Wirth doit faire face à un nombre d’accidents supérieur à la moyenne parmi ses travailleurs temporaires. 

 

Michel Wirth estime qu’une bonne collaboration avec ses clients, c’est-à-dire les entreprises locataires de services, constitue une des clés pour réduire le nombre d’accidents. C’est pourquoi il essaie d’entretenir des liens étroits avec les préposés à la sécurité de ces entreprises. Il a trouvé, en la personne de Marco Suter du groupe Selmoni, une société d’ingénierie électrique, un partenaire fiable. 

Diversité du bagage culturel des travailleurs temporaires 

Marco Suter voit un grand défi dans la diversité du bagage culturel des travailleurs temporaires: les connaissances techniques et la prise de conscience en matière de sécurité au travail varient énormément d’une personne à l’autre.

 

Marco Suter attend de l’entreprise de prêt de personnel un partenariat basé sur un échange permanent et soutient que «seules les discussions franches permettent d’affronter la question de la sécurité au travail et, ainsi, de chercher et trouver des solutions». En procédant de cette manière, les accidents et les souffrances pourraient être évités. Michel Wirth poursuit le même objectif. 

Investir dans la sécurité au travail dans les entreprises de prêt de personnel

Pour en savoir plus sur la sécurité au travail, la prévention et les conséquences juridiques en cas d’accident, Michel Wirth a suivi un cours sur la sécurité au travail. «J’ai dû admettre qu’il reste encore beaucoup de chemin à faire dans notre entreprise.» 

 

Les conseillers en personnel peuvent sensibiliser les travailleurs temporaires à la sécurité au travail seulement après avoir approfondi leurs connaissances en la matière. La réduction attendue du nombre d’accidents a également des répercussions sur les coûts de l’entreprise. 

Réduire les primes

Michel Wirth affirme que «les primes de la Suva sont élevées, très élevées. Si nous pouvons les réduire, mes conseillers en personnel auront des marges de manœuvre plus importantes.» Pour atteindre cet objectif, Michel Wirth s’est adressé directement à la Suva.

 

Gestion des absences efficace dans les entreprises de prêt de personnel

Si un accident se produit malgré tous les efforts en matière de prévention, une gestion rigoureuse des absences est indispensable. Michel Wirth, en collaboration avec Karl von Gierke, spécialiste en prévention de l’agence Suva Basel, a analysé la gestion des absences de la Rhy Personal AG. Cette analyse a conduit à l’adoption de différentes mesures, comme l’établissement de règles applicables en cas d’arrêt de travail (par exemple, si possible, la remise en personne du certificat médical), auxquelles le travailleur temporaire doit souscrire en signant le contrat de travail. Une autre mesure concerne les conseillers en personnel, qui doivent rester en contact avec la personne accidentée ou malade. Ils seront ainsi plus à même d’évaluer à quel moment une réinsertion professionnelle peut être envisagée, en tenant compte du travail accompli par le travailleur temporaire.
Le cours «Gestion des absences» de la Suva fournit aux participants tous les instruments nécessaires. «L’assistance des collaborateurs absents comporte un énorme potentiel d’économie pour l’entreprise», martèle Karl von Gierke.

 

Prêt de personnel, entreprise locataire de services et Suva: la collaboration est essentielle

La prévention permet de réduire le nombre d’accidents du travail et, par conséquent, le nombre de jours d’absence. Une gestion des absences efficace peut également contribuer à réduire le nombre de jours d’absence. Pour cela, la collaboration entre l’entreprise de prêt de personnel, l’entreprise locataire de services et la Suva est d’une importance capitale. Michel Wirth précise: «Les entreprises et la Suva doivent travailler ensemble et non l’une contre l’autre.»

Plan de mesures pour le prêt de personnel

Pour faire face à ces défis, la Suva et «swissstaffing», l’association professionnelle des entreprises de prêt de personnel, en collaboration avec les entreprises prestataires de personnel, ont défini une série de mesures. La première mesure est d’ores et déjà en vigueur: divers experts de la Suva prennent part aux formations dans les domaines «Care Management» et «Organisation systématique de la sécurité au travail et de la protection de la santé», qui ont lieu à Zurich, Lausanne et Lugano. Ces experts dispensent les cours et, grâce à leur expérience de longue date, garantissent un lien étroit avec la pratique.
Pour plus d’informations sur les formations, suivre ce lien  . 
Des informations relatives à toutes les autres mesures sont fournies dans ce blog  .