Asbest_01.tif

Travaux de rénovation et de transformation: Identifier l’amiante et protéger la santé

L’amiante a été ajouté aux crépis, aux colles de carrelage, au mastic de fenêtre et à de nombreux autres matériaux de construction. C’est pour cela qu’il est aussi difficile d’identifier les produits contenant de l’amiante. Vous devez donc avoir l’œil exercé et disposer de certaines connaissances. Découvrez ici ce à quoi vous devez impérativement faire attention pour votre protection et celle de votre équipe.

Table des matières

En bref

Vanté comme étant un matériau miracle pour l’industrie du bâtiment, l’amiante a été massivement utilisée dans la construction. Comme ses effets dévastateurs sur la santé ne se sont manifestés qu’après plusieurs décennies, l’interdiction de l’amiante a été prononcée beaucoup trop tard. Le mal était fait, et cela prendra encore des décennies jusqu’à ce que l’on puisse refermer le dossier amiante.

L’identification incontestable de ce matériau dangereux n’est possible que dans de rares cas. C’est pourquoi vous devriez constamment observer les règles suivantes:

  • Partez du principe que tous les bâtiments construits avant 1990 sont susceptibles de contenir de l’amiante.
  • Si vous avez des doutes, prélevez un échantillon du matériau en prenant les mesures de protection requises et envoyez-le à un laboratoire.
  • Formez votre personnel qualifié pour qu’il dise «stop» en cas de suspicion d’amiante.

Les fibres mortelles d’amiante

L’infographie représente un ouvrier, perceuse à la main, qui s’apprête à réaliser des travaux dans une maison individuelle ancienne. Le préposé à la sécurité lui interdit l’accès à l’aide d’un panneau stop. Car comme l’indique le titre: On trouve de l’amiante dans les bâtiments construits ou rénovés avant 1990. Par conséquent, avant chaque transformation ou rénovation, il faut vérifier la présence éventuelle d’amiante!
Chaque année en Suisse, plus de 100 personnes décèdent des séquelles à long terme de l’amiante. L’infographie représente un ouvrier qui perce des trous dans le carrelage d’une salle de bains ancienne, dans le cadre de travaux de rénovation. Le perçage génère des poussières nocives pouvant contenir de l’amiante, pourtant l’homme ne porte pas de protection respiratoire. Par conséquent: prudence lors des travaux sur les sols, les murs, les plafonds, les toits, les façades, les fenêtres, les installations électriques, l’isolation, le chauffage... Et dans bien d’autres endroits encore!

Où y a-t-il le plus grand risque de tomber sur de l’amiante?

Pour obtenir une réponse à cette question, faites le tour de la maison de l’amiante interactive. De plus, nous vous soutenons en mettant à votre disposition des informations et des photos tirées de la pratique. Elles vous aideront à identifier la présence d’amiante dans des carrelages ou encore à faire la différence entre des sols contaminés ou  non contaminés. 

Le prélèvement d’un échantillon: pour en avoir le cœur net

Dans certaines situations, les spécialistes du bâtiment bien formés le savent d’emblée: ici, il y a de l’amiante. Mais souvent, un matériau amianté n’est pas reconnaissable à l’œil nu. Dans de tels cas, le prélèvement d’un échantillon permet d’en avoir le cœur net. Pour éviter tout risque pour la santé, les mesures de protection doivent être respectées, même en cas de prélèvement de petits échantillons.

Sur le site du Forum Amiante Suisse (FACH), vous trouverez une liste des laboratoires 

 qui effectuent de telles analyses. Si des investigations plus importantes s’imposent, en cas de travaux de transformation ou de rénovation, adressez-vous à une entreprise spécialisée dans les diagnostics amiante 
.

Téléchargements et commandes

Recherche

Cette page vous a-t-elle été utile?

Thématiques complémentaires

No results available