hautuntersuchung-dermatologin.jpg

Cancer cutané: une identification précoce, un traitement correct

La peau n’oublie aucun rayon UV et ne pardonne aucun coup de soleil. Et cela commence dès l’enfance. Les personnes qui ont été fortement exposées aux rayons UV pendant de longues années ont un risque plus élevé de développer un cancer cutané. Nous vous expliquons comment reconnaître les différentes formes de cancer cutané et s’en protéger.

Table des matières

En bref

Le cancer cutané est une maladie complexe, car les bases de son développement son posées très tôt. Que devez-vous savoir à ce sujet?

  • Un séjour fréquent au soleil abîme la peau. Les rayons UV associés à cette exposition laissent des traces durables. Chaque séjour non protégé au soleil augmente le risque de cancer de la peau.
  • Surveillez régulièrement les changements de votre peau. Vous serez ainsi en mesure de reconnaître précocement le cancer cutané.
  • Le cancer cutané se produit avant tout sur les zones du corps exposées au soleil. Celles-ci doivent être protégées des UV lorsque l’on travaille à l’extérieur et durant les loisirs, surtout durant l’été et lorsqu’il y a de la neige en hiver.
  • Les personnes ayant travaillé en majeure partie à l’extérieur au soleil durant leur carrière peuvent faire reconnaître le cancer cutané non mélanome comme maladie professionnelle.

Protéger les zones particulièrement exposées

Certaines zones du corps sont particulièrement exposées et donc plus à même de subir un coup de soleil. Sont avant tout concernés le visage (nez, front, joues, oreilles et lèvres), la tête en cas de chevelure peu dense ou de calvitie, ainsi que le cou et la nuque, les aisselles, le dos des mains et des pieds. Dans ce cadre de certaines professions exercées à l’extérieur, il faut également protéger les pieds et les cuisses.

Hautkrebs_exponierte_Stellen_Haut_2.ai

Les parties du corps exposées sont représentées en couleur.

Les signes d’une exposition au soleil

Les signes cliniques de lésions UV chroniques de la peau indiquent une exposition aux UV cumulée importante. Les signes de l’action chronique de la lumière sont p. ex.:

  • rides profondes, à l’exception des rides d’expression
  • vaisseaux sanguins et capillaires de la peau visibles, parfois saillants (télangiectasies)
  • perte de cellules pigmentaire ou hyperpigmentation
  • éclaircissement de la peau
  • formation de rides dans le cou
Teleangiektasien-5.jpg
Exemple d’une peau fortement exposée au soleil avec télangiectasies. Les vaisseaux sanguins et capillaires saillants sont des symptômes typiques.
Erythrosis-interfollicularis-colli—Erythromelanosis-follicularis-faciei-et-colli_00001-3.jpg
Une rougeur semblable à un bandeau s’étend autour du coup de la personne représentée, un signe de télangiectasies.
Erythrosis-interfollicularis-colli—Erythromelanosis-follicularis-faciei-et-colli_00001-2.jpg
La peau fortement exposée au soleil se caractérise par une hyperpigmentation et une formation importante de rides sur le cou.

Types de cancer cutanés

Le cancer de la peau se présente sous différentes formes. Toutes sont causées par des modifications malignes des cellules cutanées. Elles ne peuvent pas toujours être distinguées des modifications bénignes de la peau. En cas de doute, il faut demander conseil à une ou un dermatologue.

Épithélioma spinocellulaire

Un épithélioma spinocellulaire, également appelé carcinome spinocellulaire, est une tumeur maligne de la peau. S’il n’est pas traité, le carcinome spinocellulaire de la peau progresse dans le tissu et le détruit.S’il ne forme que rarement (dans env. 5 % des cas) des tumeurs secondaires, ou métastases), une métastase est en principe possible.

Spindelzellcarcinom--spinozelluläres-Karzinom--Spinaliom--weisser-Hautkrebs--spindle-cell-carcinoma--SCC--skin-cancer_00001-0.jpg

Exemple d’un épithélioma spinocellulaire. Généralement, on le trouve sur une partie exposée et sans cheveux de la tête, et il présente une kératinisation brun-rouge.

L’épithélioma spinocellulaire se développe généralement à partir d’une kératose actinique et comme celle-ci, survient sur des zones cutanées très exposées aux rayons UV.

Une kératose actinique (du latin aktis = rayon [solaire] et kera = corne) est une lésion permanente de l’épiderme causée par le rayonnement UV. Signes typiques: tâches brun-rouge, rugueuses et squameuse et kératinisation sur des zones souvent exposées aux rayonnements solaires.

Aktinische-Keratose--Praecancerose--Hautkrebsvorstufe- -actinic-keratosis_00002.jpg

Exemple d’une kératose actinique. Elle est considérée comme une première étape de l’épithélioma spinocellulaire. Les tâches brun-rouge typiques et la kératinisation sont caractéristiques.

Les kératoses actiniques sont largement répandues et considérées comme des étapes préliminaires du carcinome spinocellulaire. Elles doivent être traitées précocement afin de les empêcher d’évoluer en un épithélioma spinocellulaire complet.

Basaliome

Le basaliome est un cancer malin de la peau qui se développe dans le domaine des follicule pileux et dans les couches basales de l’épiderme. Le basaliome survient principalement chez les personnes ayant entre 60 et 70 ans. Il représente la plus grande proportion (65 %) des tumeurs de la peau malignes et est environ dix fois plus fréquent que les carcinomes spinocellulaires. Le basaliome forment rarement des métastases dans d’autres organes. Les tumeurs peuvent cependant se développer de manière agressive dans les tissus environnants, en affectant également le cartilage et les os, c’est pourquoi elles doivent être retirées à un stade précoce.

Basalzellcarcinom--Basaliom--basal-cell-carcinoma--bcc-weisser-Hautkrebs--skin-cancer_00001.jpg
Carcinome basocellulaire en forme de point. Source de l'image: Dr. med. Andreas Peter Müller, médecin spécialiste en dermatologie
Oberflächliches-Basalzellcarcinom--Oberflächliches-Basaliom--bcc--weisser-Hautkrebs_00001-2.jpg
Carcinome basocellulaire superficiel. Source de l'image: Dr. med. Andreas Peter Müller, médecin spécialiste en dermatologie

Il existe en outre de nombreuses lésions cutanées bénignes, partiellement liées aux UV, qui sont difficiles à distinguer des diagnostics malins. C’est pourquoi en cas de modification du bilan dermatologique, il est conseillé de consulter un médecin.

Mélanome

Le mélanome malin se développe à partir des cellules pigmentaires de la peau ou des muqueuses, appelées mélanocytes. C’est pourquoi on appelle souvent ce mélanome «cancer de la peau noir». L’une des principales causes de ce cancer sont des coups de soleil intenses et répétés, sachant que le rayonnement solaire joue principalement un rôle chez les enfants et les adolescents. Une exposition intense aux UV durant l’enfance entraîne - même en l’absence de coups de soleil - une augmentation des taches pigmentaires.

Par ailleurs, la prédisposition génétique semble jouer un rôle important. Ainsi, les personnes qui présentent plusieurs facteurs de risques individuels - comme une peau claire (type de peau I et II), des cheveux blonds ou roux, une tendance aux tâches de rousseurs, aux marques de brûlures par le soleil, ou qui ont un parent du 1er degré atteint d’un mélanome malin - ont jusqu’à 120 fois plus de risque de développer un mélanome malin. Dans ce contexte, les facteurs de risque extra-professionnels jouent principalement un rôle dans l’apparition du mélanome, c’est pourquoi il ne peut pas être reconnu comme maladie professionnelle.

Cancer cutané non mélanome et mélanome malin

Quelles sont les différences entre le cancer cutané non mélanome et le mélanome malin?

Cancer cutané non mélanome

  • En Suisse, quelque 25000 personnes développent un cancer cutané non mélanome chaque année. Environ un millier de ces cas sont liés au travail et peuvent être reconnus comme maladies professionnelles.
  • Le cancer cutané non mélanome apparaît sur des zones cutanées exposées au soleil sans protection: front et cuir chevelu (notamment en cas d’alopécie), nez, lèvres, oreilles, nuque, dos de la main.
  • Il se manifeste par des altérations cutanées persistantes: nodules, taches rougeâtres et rugueuses, éventuellement accompagnées de saignements.
  • Il se développe généralement sur de nombreuses années ou décennies. Faute de prise en charge, il évolue vers les couches profondes de la peau et – même si c’est rarement le cas – il peut s’étendre, rendant le traitement extrêmement long et difficile. Même s’il est possible d’en guérir, cette maladie peut avoir une issue mortelle.

Mélanome malin

  • En Suisse, environ 2700 personnes développent un mélanome malin chaque année. Il n’est généralement pas reconnu comme maladie professionnelle, car il peut aussi avoir une origine génétique.
  • Il apparaît souvent sur des zones cutanées qui ne sont pas exposées constamment au soleil sans protection, p. ex. le dos, les bras ou les jambes.
  • Il se manifeste par une modification pigmentée de la peau (zones cutanées qui s’assombrissent) ou un grain de beauté qui se modifie.
  • Il peut se développer en peu de temps et de manière très agressive. Si le cancer de la peau évolue et se propage dans le corps, il devient très difficile à traiter ou guérir.
  • Chaque année, environ 500 personnes décèdent d’un mélanome malin en Suisse.

Notre tableau résume les principales caractéristiques du cancer de la peau:

Aspect / type de cancer Basaliome (cancer cutané non mélanome) Épithélioma spinocellulaire (cancer cutané non mélanome) Mélanome (mélanome malin)
Surface de la peau lisse rugueuse, squameuse, cornée lisse ou irrégulière
Propriétés de la peau bosses lisses qui forment une croûte ou se fissurent comme un ulcère taches rouges avec une desquamation adhérente, qui ne guérit pas taches pigmentée plus intensément sur la peau, souvent avec une délimitation irrégulière avec la peau saine
Classification comme maladie professionnelle possible possible impossible

Dans le cas du cancer cutané non mélanome, il convient de guetter particulièrement les signes de lésions UV chroniques ou de nouvelles modifications de la peau sur les zones particulièrement exposées au soleil.

Pour classer le mélanome malin, les règles ABCD de la Ligue suisse contre le cancer s’avèrent utiles - voir graphique.

ABCD-Regel_f.eps

Les grains de beauté suspects se distinguent des formes inoffensives par des bords irréguliers et des enflures ainsi que des colorations ressemblant à des taches.

On soupçonne un cancer de la peau?

Si vous subissez ou vous avez subi une exposition aux rayons solaires pendant de longues années dans le cadre de votre travail, il se peut que votre cancer soit une maladie professionnelle, en particulier s’il s’agit d’un cancer cutané non mélanome. Parlez-en à votre médecin afin qu’il ou elle vous conseille sur la marche à suivre.

En cas de résultats peu clairs, n’hésitez pas à demander un contrôle à votre médecin. Une identification précoce permet de traiter pus facilement toutes les formes de cancer. Une biopsie cutanée permet de clarifier si la modification de la peau correspond effectivement à un cancer cutané.

Signalez un cancer cutané non mélanome au même titre d’un accident à votre assurance-accidents afin de déterminer s’il s’agit d’une maladie professionnelle. S’il est reconnu comme une maladie professionnelle, les coûts seront pris en charge sans quote-part.

Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet auprès de la Ligue contre le cancer:

Vous n’exercez plus d’activité professionnelle

Si vous souffrez aujourd’hui de problèmes cutanés (p. ex. cancer cutané) dus à une exposition à des rayons UV nocifs dans le cadre de votre ancienne profession et que votre employeur de l’époque était assuré à la Suva, contactez votre agence Suva la plus proche.

Cette page vous a-t-elle été utile?

Cela pourrait aussi vous intéresser