88825_3.tif

Formation: accident professionnel «décès dans la cage d’ascenseur»

Parce que certaines règles de sécurité n’avaient pas été observées sur un chantier, un couvreur a fait une chute mortelle. Si tout le monde avait agi dans le respect des prescriptions, cet homme ne serait pas mort. Montrez à vos collaboratrices et collaborateurs les conséquences fatales que peuvent avoir certaines erreurs de conduite et le non-respect des règles de sécurité.

Table des matières

En bref

Afin de se protéger et de protéger les autres sur un chantier, tout le monde doit prendre au sérieux les dangers et effectuer son travail consciencieusement. Cela vaut aussi pour le platelage de l’échafaudage. Pour éviter les accidents tragiques comme celui du couvreur, le platelage de l’échafaudage doit être présent partout et avoir été posé selon les prescriptions.

Dans le cas du couvreur, deux erreurs se sont cumulées:

  • Alors que l’éclairage est mauvais, un couvreur entre par mégarde dans une cage d’ascenseur à l’intérieur de laquelle le platelage de l’échafaudage est incomplet. Il fait une chute dans le vide d’une hauteur de quatre mètres.
  • Comme une partie du platelage de l’échafaudage pour cage d’ascenseur a été retirée, une ouverture s’est formée entre le platelage et la paroi, qui a été fatale pour le collaborateur.

Si toutes les parties prenantes avaient respecté les prescriptions de sécurité, cet accident professionnel ne se serait jamais produit.

Reconstitution de l’accident

Cette description se fonde sur des faits réels, et seuls les détails ont été modifiés.

Nous nous trouvons sur un chantier. Un couvreur a terminé sa journée de travail et se réjouit de profiter de sa soirée. Quand il cherche l’escalier menant au parking souterrain où il a garé son véhicule, le système d’éclairage du chantier est déjà éteint. Dans la pénombre, arrivé au rez-de-chaussée, l’homme pénètre par erreur dans la cage d’ascenseur en pensant accéder au parking, qui se trouve juste à côté.

Comme le platelage de l’échafaudage installé à l’intérieur de la cage d’ascenseur n’est plus complet, l’homme fait une chute dans le vide de quatre mètres à travers l’ouverture de 55 cm. Il s’écrase sur le sol, grièvement blessé à la tête, et décède sur les lieux de l’accident.

Éviter les accidents grâce aux règles vitales
Éviter les accidents grâce aux règles vitales
Les «Huit règles vitales pour la branche du bâtiment» améliorent la sécurité au travail. Les règles vitales de la Suva reposent sur des expériences pratiques observées lors d’accidents qui se sont réellement produits. Elles permettent d’éviter une grande partie des accidents professionnels graves. Si vous formez vos collaborateurs et collaboratrices aux règles vitales élaborées pour la branche du bâtiment et que vous contrôlez qu’ils les respectent, vous les protégez contre les accidents et les atteintes à la santé.
Règles vitales

Analyse de la chaîne d’erreurs

Quand on regarde de plus près le cas «Décès dans la cage d’ascenseur», on trouve la principale cause à l’origine de cet accident professionnel.

Lors de l’analyse de l’accident, il s’avère qu’avant cet événement tragique, le monteur de l’ascenseur avait retiré une partie du platelage de l’échafaudage afin de déposer les rails de guidage pour le montage de l’ascenseur. De ce fait, il s’est formé une ouverture de 55 cm entre le platelage et la paroi.

Comme la lumière avait déjà été éteinte au moment où le couvreur quittait le chantier, il n’a pas vu qu’il mettait le pied dans le vide et que cela l’entraînerait dans une chute mortelle.

Quelques conseils pour éviter ce type d’accident

Employeurs et cadres

  • Les travaux effectués dans une cage d’ascenseur ou aux abords de celle-ci doivent être coordonnés par les différents intervenants, de sorte que le dispositif de protection collective utilisé ne puisse être ni enlevé, ni modifié.
  • Faites en sorte que l’accès aux cages d’ascenseur soit protégé en permanence, conformément aux prescriptions.
  • Veillez à ce que les échafaudages installés dans les cages d’ascenseur ne soient ni modifiés, ni utilisés à d’autres fins que celles prévues.
  • La livraison de la cage d’ascenseur par l’entreprise de construction à la direction des travaux et par la direction des travaux au monteur de l’ascenseur doit être consignée dans un procès-verbal.

Collaboratrices et collaborateurs

  • Les ouvertures dans le sol doivent être recouvertes d’un platelage inamovible et résistant à la rupture.À partir d’une largeur de 30 cm, les ouvertures dans le sol présentent un risque de chute.
  • Les accès aux cages d’ascenseur abritant des échafaudages incomplets doivent être bloqués au moyen d’un garde-corps en trois parties.

Quelques conseils pour éviter ce type d’accident

Employeurs et cadres

  • Les travaux effectués dans une cage d’ascenseur ou aux abords de celle-ci doivent être coordonnés par les différents intervenants, de sorte que le dispositif de protection collective utilisé ne puisse être ni enlevé, ni modifié.
  • Faites en sorte que l’accès aux cages d’ascenseur soit protégé en permanence, conformément aux prescriptions.
  • Veillez à ce que les échafaudages installés dans les cages d’ascenseur ne soient ni modifiés, ni utilisés à d’autres fins que celles prévues.
  • La livraison de la cage d’ascenseur par l’entreprise de construction à la direction des travaux et par la direction des travaux au monteur de l’ascenseur doit être consignée dans un procès-verbal.

Collaboratrices et collaborateurs

  • Les ouvertures dans le sol doivent être recouvertes d’un platelage inamovible et résistant à la rupture.À partir d’une largeur de 30 cm, les ouvertures dans le sol présentent un risque de chute.
  • Les accès aux cages d’ascenseur abritant des échafaudages incomplets doivent être bloqués au moyen d’un garde-corps en trois parties.

Téléchargements et commandes

Bases légales

Vous trouverez ici les ordonnances se rapportant à cet exemple de formation.

  • Ordonnance sur les travaux de construction section 4
    : échafaudages
  • Ordonnance sur les travaux de construction art. 22 et 23
    : exigences concernant le garde-corps périphérique et utilisation de ce dernier
  • Ordonnance sur les travaux de construction Art. 24
    : différence de niveau des sols
  • Ordonnance sur les travaux de construction art. 25
    : ouvertures dans les sols

Cette page vous a-t-elle été utile?

Cela pourrait aussi vous intéresser