Dieci differenze che fanno la differenza!

Lanciato sulla scia della campagna di prevenzione Suva «Il lavoro temporaneo nelle imprese di produzione», il concorso per scovare le dieci differenze ha riscosso grande successo con oltre 4000 visitatori sul sito Internet Suva.

Le concours des dix différences mis en ligne sur le site Internet de la Suva a souri à un Valaisan de Savièse, Jean-Romain Héritier. L'heureux gagnant reçoit un bon de voyage de 5000 francs. Une autre affiche, basée sur le principe des dix différences, est actuellement placardée sur de nombreux chantiers. Elle met en scène un travailleur temporaire et un travailleur fixe dûment outillés: les deux ouvriers qui y figurent sont, en fait, totalement identiques. Le but est de montrer que tous deux doivent être informés de la même manière sur la sécurité au travail.

Cette campagne de prévention de la Suva s'articule autour de trois axes fondamentaux: les supérieurs sont responsables de la sécurité des temporaires au même titre que de celle de leur propre personnel; les temporaires, doivent être mis au courant comme chaque nouveau collaborateur; enfin, des conventions doivent absolument être conclues avec l'entreprise de prêt pour la définition des profils d'exigence et des équipements de protection requis. Avec sa campagne, la Suva veut faire diminuer la fréquence, le nombre et le coût des accidents des travailleurs temporaires, ce qui, finalement, profite directement aux entreprises assurées sous la forme de réduction de primes.

Information aux médias:
Henri Mathis, communication d'entreprise,
Tél. 026 350 37 80, henri.mathis@suva.ch 


La Suva a été fondée en 1918. Elle emploie près de 2900 personnes au siège de Lucerne, dans ses 19 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public, elle assure près de 110 000 entreprises, soit 2 millions d'actifs et de chômeurs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. La Suva génère un volume de primes d'environ 4,4 milliards de francs. Depuis 2005, elle assume aussi la gestion de l'assurance militaire sur mandat de la Confédération. Ses prestations comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. L'entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux - employeurs et salariés - de même que la Confédération sont représentés au sein de son Conseil d'administration.