Logo Suva à l'entrée principale de Fluhmatt
1 février 2022 | Communiqué de presse

Les accidents déclarés à la Suva repartent à la hausse

Quelque 450 000 accidents et maladies professionnelles ont été déclarés à la Suva l’an dernier. Le nombre de cas est supérieur à celui enregistré en 2020 pendant la première année de Covid-19, mais toujours nettement inférieur par rapport à 2019 avant la pandémie. Les accidents professionnels affichent une hausse plus marquée que celle des accidents non professionnels. Cela s’explique par une restriction massive de nombreuses activités sportives durant les cinq premiers mois de l’année 2021.

Table des matières

En 2021, les assurés de la Suva ont déclaré environ 450 000 accidents. Cela représente une hausse de 4,2 % par rapport à l’année précédente. Les accidents et les maladies professionnelles ont augmenté de 6,1 % dans l’assurance contre les accidents professionnels, la hausse des accidents non professionnels s’établit à 2,4 %. Les accidents des personnes inscrites au chômage affichent une nouvelle hausse significative de 13,2 %, principalement due à l’augmentation du nombre de demandeurs d’emploi en 2021.

Cas enregistrés par la Suva dans l’assurance-accidents obligatoire

  2021 Variation sur un an 2020 Variation sur un an 2019
Total accidents et maladies professionnelles (AP/ANP/MP) 448 462 + 4,2 % 430 268 - 10,0 % 478 094
dont AP/MP 175 768 + 6,1 % 165 609 - 9,8 % 183 690
dont ANP 254 300 + 2,4 % 248 415 - 10,9 % 278 924
dont AP/ANP/MP dans l'AAC 18 394 +13,2 % 16 244 + 4,9 % 15 480

 

Net recul des accidents jusqu’à fin mai 2021

Jusqu’à fin mai 2021 - comme ce fut le cas pendant le confinement à partir de mi-mars 2020 et de nouveau à partir d’octobre 2020 - les accidents ont été nettement moins nombreux qu’avant la pandémie. Ce n’est qu’à partir du deuxième semestre 2021, avec la levée des mesures, qu’ils sont repartis à la hausse pour retrouver le niveau atteint en 2019. Et, dès octobre 2021, les accidents ont été nettement plus fréquents qu’à la même période de l’année précédente durant la deuxième vague de coronavirus.

Nouvelle hausse des accidents professionnels et maladies professionnelles supplémentaires

Du côté des accidents professionnels, le nombre de personnes exerçant une activité lucrative est reparti à la hausse en 2021. Cela s’est traduit par une augmentation du nombre d’accidents par rapport à la première année de pandémie en 2020 (6,1 %). En comparaison de l’année 2019, avant la pandémie, les accidents professionnels ont néanmoins diminué d’environ 4 %. En 2021, par ailleurs, la Suva a enregistré un plus grand nombre de déclarations de maladies professionnelles de la part de personnes exposées au coronavirus dans le secteur des soins. Les chiffres exacts sont en cours d’analyse et seront vraisemblablement disponibles en 2023.

Accidents non professionnels en hausse malgré une baisse des activités sportives

Les accidents non professionnels ont également augmenté en 2021 (2,4 %), mais moins fortement que les accidents professionnels. Cela s’explique par une restriction de nombreuses activités sportives pendant les cinq premiers mois de l’année.

  • Accidents de ski: les domaines skiables sont restés ouverts en grande partie malgré la pandémie de coronavirus au cours de l’hiver 2020/21. Le ski y a été cependant moins pratiqué qu’avant la crise sanitaire. En comparaison de l’année précédente, les accidents de ski ont donc été moins nombreux au début de l’année. Sur l’ensemble de l’année 2021, les accidents de ski ont toutefois augmenté de 2,4 %, car les domaines skiables avaient été fermés à partir du mois de mars 2020 en raison du confinement au cours de la première vague de pandémie. Par rapport à 2019, alors que le coronavirus n’avait pas encore d’influence, les accidents de ski demeurent cependant nettement moins nombreux (-16,8 %).
  • Accidents de football: les restrictions anti-Covid en vigueur jusqu’à fin mai 2021 se sont traduites par une nette diminution des accidents de sports de ballon en général par rapport aux courbes saisonnières habituelles, football en tête. Il a fallu attendre la fin des vacances d’été pour voir la courbe des accidents retrouver un niveau comparable à celui d’avant la pandémie. Sur l’ensemble de l’année 2021, la Suva a enregistré une hausse de 17,9 % des accidents de football et de 2,0 % des autres sports de ballon. Cela provient du fait que les mesures anti-Covid avaient duré plus longtemps l’année précédente et ainsi entraîné un plus net recul des accidents. Par rapport à 2019, les accidents de football ont diminué de 24,9 %, les autres sports de ballon affichant une baisse de 28,0 %.
  • Accidents de vélo: les accidents de vélo ont diminué par rapport à l’année précédente. Au cours du premier confinement au printemps et à l’été 2020, le vélo a connu un boom qui s’est directement traduit par une hausse marquée des accidents. En 2020 toujours, la pratique du vélo a également été favorisée par un temps le plus souvent chaud et ensoleillé, contrairement à un été frais et pluvieux en 2021. Les cyclistes ont ainsi moins circulé en 2021 et le nombre d’accidents a reculé de 10,6 % par rapport à l’année précédente. En comparaison des chiffres de 2019, l’engouement persistant pour le cyclisme s’est cependant traduit par une augmentation des accidents de vélo, en hausse de 6,4 %.
null
null
null

Portrait de la Suva

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 4400 personnes au siège de Lucerne, sur les 18 sites des agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public, elle assure près de 130 000 entreprises, soit 2 millions d’actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les bénéficiaires de l’assurance-chômage sont assurés automatiquement à la Suva. La Suva assume aussi la gestion de l’assurance militaire sur mandat de la Confédération, ainsi que l'assurance-accidents des personnes bénéficiant de mesures de l’AI. Les prestations de la Suva comprennent la prévention, l’assurance et la réadaptation. La Suva est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux – employeurs et salariés – de même que la Confédération sont représentés au sein du Conseil de la Suva.

Autres communiqués de presse