Dangers de l'hiver au travail: bon à savoir

Erika Rogger,

Froid, neige, clarté ou visibilité réduites: l'hiver présente des dangers particuliers pour les personnes travaillant à l'extérieur. Adrian Bloch, chef du secteur bâtiment et génie civil à la Suva, rappelle quelques précautions essentielles pour éviter les accidents professionnels en hiver.

Gsund und fit im ForstForstarbeiter im Winter zerschneidet Baumstamm

Adrian Bloch*, quels sont les dangers lorsqu’on travaille à l’extérieur en hiver?
Il s’agit, d’une part, du verglas, à cause du risque de chute. Il faut déblayer la neige et saler ou bloquer les zones concernées pour éviter des accidents aux postes de travail et sur les voies de circulation. Il est important de disposer pour cela de sable, de sel et de pelles à neige. Les surfaces qui ne sont pas résistantes à la rupture doivent pouvoir être identifiées malgré la météo et, à proximité de postes de travail et de voies de circulation, l’accès à celles-ci doit être barré ou sécurisé au moyen d’un dispositif suffisamment solide. Les véhicules et machines doivent être équipés de pneus adaptés, de chaînes à neige, de liquides antigel et d’un système d’éclairage.

D’autre part, le nombre d’heures de clarté étant réduit, il est important d’avoir un éclairage suffisant en début et en fin de journée. On recommande aussi aux personnes travaillant à l’extérieur de porter des vêtements de couleur vive à bandes rétroréfléchissantes afin de rester parfaitement visibles malgré l’obscurité. 

Le froid est-il un facteur de risque d’accident?
Absolument. D’autant plus qu’au froid peuvent s’ajouter l’humidité et le vent. En plus de demander plus d’énergie au corps, le froid peut engourdir les membres, affecter la capacité de travail et limiter la dextérité. Heureusement, il existe des moyens de se protéger. Il faut porter des vêtements de travail, des chaussures, des gants et un couvre-chef (par exemple une cagoule sous le casque) adaptés au froid. Les baraques de chantier ou les containers doivent être équipés d’un système de chauffage, et des boissons chaudes sans alcool distribuées. L’adaptation des horaires de travail et des pauses aux conditions extérieures permet aussi de mieux résister au froid.

Que conseillez-vous aux employeurs et au personnel d’encadrement?
La sensibilisation des travailleurs exposés au froid en hiver joue un rôle capital pour prévenir les accidents. Le personnel doit être informé des dangers spécifiques à l’hiver. Autre point important: désigner un responsable chargé de saler et de dégager la neige et le verglas. Le personnel d’encadrement doit aussi contrôler la mise en œuvre des mesures prévues. En cas de danger grave, il faut dire STOP et appliquer immédiatement les mesures de sécurité nécessaires avant de reprendre le travail. En hiver, comme le reste de l’année, la sécurité au travail est une tâche qui incombe en priorité aux employeurs et au personnel d’encadrement.

Quels sont les métiers les plus exposés en hiver?
N’importe quelle personne travaillant à l’extérieur peut voir sa santé menacée durant la saison froide, ce non seulement en raison des risques d’accident, mais aussi, tout simplement, à cause du froid et de l’humidité. Cela vaut notamment pour les travailleurs des secteurs de la construction, du génie civil, de l’exploitation forestière, des transports, des remontées mécaniques, de l’entretien des routes et de l’agriculture, ainsi que pour les personnes travaillant sur l’eau ou dans l’eau (pêcheurs, police des lacs, plongeurs professionnels, etc.) et le personnel communal. Le risque de lésions liées à l’exposition au froid augmente avec l’âge et en cas de consommation de certains médicaments, d’alcool ou de cigarettes. 

* Adrian Bloch est un spécialiste de la sécurité au travail et le chef du secteur bâtiment et génie civil à la Suva.

Gelures et engelures

Des troubles peuvent survenir même par des températures positives, si le vent et l’humidité font baisser encore la température cutanée. Les joues, le nez, les pavillons auriculaires, les doigts, les orteils, les mains et les pieds, notamment, sont très sensibles aux atteintes dues au froid. Dès lors que la température cutanée passe sous les 25° C, le métabolisme local est ralenti. Notre corps a en outre besoin de davantage d’oxygène pour être opérationnel. Par -3° C déjà, le tissu cutané peut geler à certains endroits. Des engelures peuvent aussi survenir: en raison d’une inflammation du tissu cutané, la peau présente alors des rougeurs provoquant douleurs et démangeaisons. 

Quelques conseils pour rester en bonne santé en hiver: 

  • Gardez votre peau sèche.
  • Assurez-vous que des abris pourvus d’un système de chauffage (baraques de chantier, containers, etc.) sont à disposition pour se réchauffer.
  • Portez des vêtements qui évacuent l’humidité, un couvre-chef, des cache-oreilles, des gants, des chaussettes chaudes, une écharpe et des chaussures d’hiver.
  • Changez-vous immédiatement si vos (sous-)vêtements sont mouillés, humides ou entravent vos mouvements.
  • Ayez toujours avec vous des chauffe-mains.
 

Informations complémentaires

La Suva vous propose une liste de contrôle pour vous aider à mieux maîtriser ces dangers: Risques hivernaux   .

Pour en savoir plus sur les effets du froid sur le corps: Travail au froid