Wintersturzunfaelle_Teaser 1260x450px.jpg
19 janvier 2024 | de Caspar Türler

Risque de chute: redoublez de prudence en hiver!

Entre décembre et février, les chutes entraînent une fois sur deux des arrêts de travail de plus de trois jours en raison de la gravité des blessures. Voilà nos conseils pour éviter les risques et les chutes.

Table des matières

L’essentiel en bref

  • Un accident de trébuchement sur deux en hiver entraîne une absence au travail.
  • Sur les 20 300 chutes en hiver, 10 100 se produisent sur neige/verglas et 10 200 sur d’autres surfaces.
  • En semaine, c’est entre 6 h et 8 h du matin que se produisent la plupart des chutes sur la neige ou le verglas.
  • Pour mieux éviter la chute et des blessures douloureuses, il faut être prudent, prévoir plus de temps pour ses déplacements et s’habiller convenablement.

La neige et le verglas sont les ennemis naturels du piéton. Les rues et les trottoirs se transforment en patinoires. La neige et la boue rendent les déplacements mal aisés et risqués. Ignorer ces aspects négatifs au cœur de la féerie hivernale, c’est risquer sa santé. Par exemple en courant comme d’habitude pour se rendre à l’arrêt de bus, alors que le trottoir est verglacé.

En cas de chute, on aura peut-être la chance d’atterrir sur un tas de neige, mais ce sera plus probablement sur le sol gelé de la dure réalité et bien souvent avec des blessures nécessitant une prise en charge médicale. Les assureurs-accidents enregistrent environ 20 300 accidents de ce genre chaque hiver.

Wintersturzunfaelle_1_Unfallzeit_fr.jpg

Durant la journée (entre 6 h et 18 h), le risque de chute sur la neige ou le verglas est particulièrement élevé aux heures de pointe matinales. Pendant les jours de repos, ces accidents se concentrent en fin de matinée et en début d’après-midi. La plupart des chutes sur terrain enneigé ou verglacé se produisent en janvier.

 

Neige et verglas? Ralentissez le rythme!

Il peut y avoir plusieurs raisons: un très grand nombre de gens se déplacent à pied tôt le matin dans des rues et sur des parcours parfois mal éclairés, ils sont souvent pressés. À cette période de la journée, souvent la plus froide, le risque de verglas est particulièrement élevé. Il arrive également que des sols enneigés ou verglacés n’aient pas encore été salés, gravillonnés ou déblayés. Ou qu’il y ait de la neige boueuse qui augmente aussi le risque de glissade.

Prévenir plutôt que guérir

Être prudent, cela veut dire s’adapter le mieux possible aux conditions météo. Ne pas se surestimer et marcher plus lentement que d’habitude peut éviter des chutes douloureuses et plusieurs semaines d’absence.

En plein hiver, une chute peut mal tomber, souvent avec des blessures superficielles et des contusions au tronc, au dos et surtout au postérieur. Ou également des entorses et des foulures, comme dans près d’un cas sur trois. Les déchirures de tendons représentent un tiers des accidents et une chute sur cinq occasionne des fractures. Sur les 10 100 chutes dues à la neige ou au verglas en hiver, 31 rentes d’invalidité sont octroyées chaque année en raison de la gravité des blessures.

Wintersturzunfaelle_2_Verletzungen_fr.jpg

Régions du corps touchées et schémas des lésions en cas de chute sur la neige ou le verglas. Des vêtements d’hiver – des chaussures robustes, un pull, une veste, un bonnet, des gants – peuvent amortir l’impact en cas de chute.

Priorité à la stabilité: méthode pingouin

Le verglas est à l’origine de 85 % des chutes en hiver. Si vous ne portez pas de chaussures munies de crampons ou si vous n’avez pas la possibilité de prendre appui, essayez la méthode pingouin.

Avancez à tout petits pas, genoux détendus, pointe des pieds légèrement orientée vers l’extérieur, presque en traînant les pieds, en appuyant bien sur la plante de vos pieds. Le centre de gravité du corps est aligné au-dessus de la jambe qui avance et se trouve à angle droit par rapport au sol.

Wintersturzunfaelle_3_Pinguingang_fr.jpg

Part des chutes sur les différentes surfaces enneigées ou verglacées en hiver et influence de la démarche: sur la glace, les forces obliques entraînent une chute. Se dandiner en faisant des petits pas, comme un pingouin, peut sembler ridicule, mais la force verticale exercée de cette façon empêche de tomber.

Conseils pour éviter une chute en hiver

  • Renseignez-vous sur les conditions météorologiques et équipez-vous convenablement avant de sortir.
  • Faites particulièrement attention pendant les heures de la journée où le risque de chute est le plus élevé.
  • Prévoyez plus de temps que d’habitude pour vos déplacements à pied. L’urgence et le stress réduisent les facultés de perception et de concentration: le risque de chute augmente.
  • Portez des chaussures robustes à semelles crantées antidérapantes et ajoutez-y des crampons si nécessaire.
  • Évitez les trottoirs et les passages verglacés ou enneigés (non déblayés).
  • Les escaliers enneigés ou verglacés présentent un risque d’accident particulièrement élevé. Utilisez la main courante dans les escaliers, afin de pouvoir rattraper votre équilibre en cas de glissade.
  • Bougez le plus possible pendant la journée: une bonne condition physique améliore l’équilibre, ce qui permet d’éviter de se blesser en glissant ou en tombant.
  • Vous trouverez d’autres informations utiles sur www.trebucher.ch
  • Conseil pour les préposés à la sécurité: commandez notre module de prévention .

Base statistique
Ces données comprennent la totalité des accidents non professionnels dus à une chute en extérieur nouvellement enregistrés et reconnus (sans les accidents de sport) qui se sont produits au cours des mois d’hiver en décembre, janvier et février (Ø 2015-2019). Tous ces chiffres sont basés sur la statistique LAA. Infos complémentaires: www.unfallstatistik.ch .

Cette page vous a-t-elle été utile?

Cela pourrait aussi vous intéresser