Un cadre explique à un collaborateur comment utiliser le chariot élévateur de l’entreprise.

Chariots de manutention (chariots élévateurs)

  • La conduite de chariots de manutention (chariots élévateurs) comporte des dangers particuliers.
  • Les chariots élévateurs de catégorie R (p. ex. chariots élévateurs à contrepoids) ne doivent être manipulés que par des caristes spécialement formés. La formation doit être dispensée par des formateurs qualifiés.
  • Pour les chariots élévateurs de catégorie S (p. ex. chariots à timon), une instruction des opérateurs par un expert spécialement désigné de l'entreprise s'avère suffisante.
  • Seuls des chariots élévateurs sûrs et entretenus conformément aux instructions du fabricant doivent être utilisés.

Les statistiques  sont éloquentes: au cours des dix dernières années, trente personnes ont perdu la vie à la suite d’un accident impliquant un chariot élévateur. 247 sont devenues invalides.

La majorité des accidents avec des chariots élévateurs sont dus

  • à une sous-estimation des dangers: lorsqu’on travaille quotidiennement avec des chariots élévateurs, la routine s’installe et les règles apprises passent à l’arrière-plan
  • à la méconnaissance des règles de sécurité par les supérieurs, l'absence de contrôle du respect de ces règles ou la non-intervention en cas de manquement

Cas d'accidents

Formation et instruction

Les caristes doivent disposer de connaissances et d’aptitudes spécifiques. Ils doivent faire l’objet d’une sélection minutieuse ainsi que d’une formation et d'une instruction ciblée. La responsabilité de la sélection et de la formation des opérateurs incombe à l'employeur. 

Plusieurs possibilités s'offrent à lui: 

  • L'employeur peut mandater un centre de formation  pour caristes.
    Remarque: les attestations de formation sont valables sans limitation de durée ni de lieu sur le territoire suisse.
  • L'employeur peut confier la mission de formation à des formateurs ou des experts au sein de l'entreprise s'ils bénéficient d'une qualification suffisante.
    Remarque: les attestations de formation sont uniquement valables pour l’entreprise (site) correspondante.

La directive CFST 6518  décrit les conditions à respecter lors de la formation et de l'instruction des opérateurs de chariots de manutention (chariots élévateurs). 

Tous les détails sur l'attribution aux sous-catégories et la règlementation spéciale s'appliquant aux chariots télescopiques figurent dans l'annexe 1 de la directive CFST 6518 .

Les chariots de manutention (chariots élévateurs) se répartissent en deux grandes catégories en fonction de leur potentiel de danger:

Catégorie R: chariots de manutention présentant des dangers particuliers

Font partie de la catégorie R les chariots de manutention (chariots élévateurs) qui sont équipés d'un siège conducteur ou d'un poste de conduite et peuvent soulever des charges au-dessus de la tête ainsi que les chariots que l'opérateur conduit avec le poste de commande à une hauteur élevée (supérieure à 5 m).

La catégorie R comprend les sous-catégories suivantes:

Catégorie S: chariots de manutention sans dangers particuliers

Font partie de la catégorie S les chariots de manutention (chariots élévateurs) motorisés sans siège conducteur et les chariots de manutention uniquement conçus pour le transbordement horizontal de matériaux (avec siège conducteur).

La catégorie S comprend les sous-catégories suivantes:

Tous les détails sur l'attribution aux sous-catégories figurent dans l'annexe 2 de la directive CFST 6518  

Toutes les exigences requises sont décrites aux chapitres 5.2 et 6.2 de la directive CFST 6518  

Les exigences posées aux caristes varient en fonction de la catégorie de chariots de manutention utilisés:

Catégorie R
  • Etre âgé d’au moins 18 ans
  • Formation assurée par des formateurs de l'entreprise même ou par des formateurs de centre de formation  
  • Instruction complémentaire dispensée sur le lieu de travail par des experts de l'entreprise même ou par des formateurs d'un centre de formation  
Catégorie S
  • Etre âgé d’au moins 15 ans
  • Instruction dispensée sur le lieu de travail par des experts de l'entreprise même ou par des formateurs d'un centre de formation  

Toutes les exigences requises sont décrites aux chapitres 7 et 8 de la directive CFST 6518  

Formateurs

Pour pouvoir former des caristes, les formateurs doivent satisfaire aux exigences suivantes:

  • Etre âgé d’au moins 23 ans
  • Trois ans d'expérience dans l'utilisation de chariots de manutention
  • Formation de formateur de caristes (instructeur de caristes)
  • Formation et perfectionnement dans le domaine spécialisé
Experts

Pour pouvoir surveiller et instruire les futurs caristes lors des courses d’apprentissage, les experts doivent satisfaire aux exigences suivantes:

  • Etre âgé d’au moins 23 ans
  • Trois ans d’expérience dans l’utilisation de chariots de manutention
  • Formation de cariste (Catégorie R)

La Suva gère une liste des centres de formation qui satisfont aux critères requis selon la directive CFST 6518 .

Liste des centres de formation reconnus par la Suva  

Les informations concernant l'audit des centres de formation ainsi que son déroulement sont présentées ici . L'audit des centres de formation s'effectue sur la base d'un questionnaire .

Toutes les exigences requises sont décrites aux chapitres 5 et 6 de la directive CFST 6518 .

Les caristes doivent pouvoir justifier d'une formation et d'une instruction suffisantes.

Catégorie R
  • Attestation de formation
  • Justificatif d'instruction

Remarque: certains caristes disposent d'une attestation de formation de l'étranger ou d'une formation interne à l'entreprise, mais il n'est pas certain que leur niveau de formation soit suffisant. Ces personnes peuvent passer un examen directement dans un centre de formation. Le cas échéant, une formation de répétition ou de rafraîchissement s’avère nécessaire.

Catégorie S
  • Justificatif d'instruction

Sécurité des chariots de manutention

Seuls des chariots de manutention en parfait état de fonctionnement doivent être utilisés. Il est impératif d’éliminer tout défaut de sécurité avant de continuer à utiliser l’engin.

Checkliste "Gabelstapler mit Fahrersitz"Sicherheitscheck, Prüfplakette

La maintenance a une influence déterminante sur la sécurité des chariots élévateurs. Châssis, freins, direction, mécanisme de levage, dispositifs de sécurité et autres équipements doivent être en parfait état de marche. Tout dysfonctionnement peut entraîner de graves accidents.

Les chariots élévateurs doivent être entretenus régulièrement et selon les consignes du fabricant (notices d’instructions et de maintenance). Ces travaux doivent impérativement être réalisés par un technicien (p. ex. un collaborateur du fournisseur de l’engin).

La Suva conseille de faire réaliser régulièrement le contrôle de sécurité recommandé par les fournisseurs de chariots élévateurs et comprenant la vérification des fonctions de sécurité des engins. La vignette (voir illustration) apposée au terme du contrôle de sécurité atteste de l’état de marche du chariot élévateur.

Plus d’informations 

En cas de basculement d'un chariot latéral ou à contrepoids non équipé de système de retenue, le cariste risque d’être projeté hors du véhicule et coincé sous le toit de protection.
Il est par conséquent impératif de toujours utiliser un système de retenue – même pour les trajets de courte distance!

Les systèmes de retenue (p. ex. ceinture de sécurité, cabine avec portes ou étriers latéraux) revêtent une importance capitale et sont par conséquent obligatoires sur les chariots latéraux et à contrepoids présentant une capacité de levage jusqu'à 10 t. Les modèles plus anciens non munis de tels systèmes doivent également en être équipés.

Plus d’informations 

Entreposage et transport à l’intérieur de l’entreprise

L'utilisation en toute sécurité des chariots de manutention dépend largement de la qualité des voies de circulation et des entrepôts de matériel.

Prévenir les accidents liés au stockage et au transport de marchandises dans l’entreprise:

Stockage et transport à l’intérieur de l’entreprise

Plus de sécurité grâce aux règles vitales

Les règles vitales de la Suva visent à aider les employeurs et les cadres à renforcer la sécurité au sein de leur entreprise.

  • Déterminez quelles règles vitales s’appliquent à votre entreprise.
  •  Formez régulièrement votre personnel au respect de celles-ci.
  • Autorisez vos collaborateurs à dire STOP dès que l’une de ces règles n’est pas respectée.

Travailleurs: 

  • Informez-vous des règles vitales. 
  • Dites STOP dès que l’une de ces règles n’est pas respectée.

Règles vitales


Outils