13041_0_Cover_01.ai

Accident: chute de 21 mètres dans une gaine technique

Lors de travaux de gros œuvre, un auxiliaire tombe dans une gaine technique et fait une chute dans le vide de 21 mètres. L’exemple de cas montre les conséquences possibles de l’absence de mesures de sécurité. Utilisez-le pour sensibiliser votre personnel à l’importance du respect des règles vitales.

Table des matières

En bref

Un auxiliaire est chargé de supprimer au marteau des bavures de béton au plafond. À proximité immédiate se trouve une ouverture dans le mur donnant accès à une gaine technique. Les panneaux de coffrage condamnant l’ouverture ont été enlevés pour des raisons techniques. L’auxiliaire se retrouve dans la gaine, fait une chute de 21 mètres dans le vide et passe à travers plusieurs éléments coupe-feu.

Plusieurs causes ont été à l’origine de cet accident:

  • La protection empêchant d’accéder à l’ouverture dans le mur est retirée sans être remplacée.
  • L’ouvrier travaille sans protection à proximité de l’ouverture dans le mur.
  • Les éléments coupe-feu horizontaux à l’intérieur de la gaine technique ne sont pas résistants à la rupture.

Déterminez avec vos collaboratrices et collaborateurs lesquelles des «Neuf règles vitales pour les peintres et plâtriers» n’ont pas été respectées ici.

Que s’est-il passé?

Ernesto C. est chargé de supprimerau marteau des bavures de béton au plafond d’un bâtiment en construction. Il travaille sur une plateforme qui est proche d’une ouverture dans le mur. Les panneaux de coffrage qui condamnaient cette ouverture ont été enlevés afin de permettre d’enduire son pourtour. L’ouverture dans le mur donne accès à une gaine technique.

Pour une raison inconnue, Ernesto C. se retrouve dans la gaine technique et marche sur un élément coupe-feu. Cet élément n’étant pas résistant à la rupture, Ernesto C. fait une chute de 21 mètres et traverse alors un deuxième élément coupe-feu. Il se blesse grièvement en tombant. Après plusieurs opérations, il se remet partiellement des graves séquelles de son accident. Il est lourdement handicapé pour le restant de ses jours et nécessite une assistance permanente.

Règles vitales pour les peintres et plâtriers
Règles vitales pour les peintres et plâtriers
Quelques mesures de sécurité simples permettent d’éviter de nombreux accidents du travail. Les règles vitales de la Suva reposent sur des expériences faites lors d’accidents qui se sont réellement produits.
Règles vitales

Analyse de la chaîne d’erreurs

En regardant de plus près le cas d’Ernesto C. avec votre personnel, vous vous rendrez compte rapidement que plusieurs causes ont été à l’origine de cet accident de travail.

Comment l’accident s’est-il produit?

Les panneaux condamnant l’ouverture dans le mur, qui servaient de protection contre les chutes, ont été enlevés avant le début des travaux de plâtrerie. Dans cette situation, toutes les personnes présentes auraient immédiatement dû dire STOP.

Sur une plateforme de travail, un ouvrier effectue des travaux de piquage au plafond. Deux panneaux sont appuyés au mur, et dans le fond, on voit l’ouverture vers le puits.

Ernesto C. supprime des bavures de béton au plafond. Les deux panneaux contre le mur devaient en fait servir à condamner l’ouverture dans le puits située dans le fonds.

Travaux à côté d’une zone à risque de chute non sécurisée

Ernesto C. travaille à proximité d’une zone à risque de chute non sécurisée. L’enquête réalisée après l’accident n’a pas permis de déterminer pourquoi la victime s’est retrouvée dans la gaine technique.

Vue transversale du local où travaille Ernesto C. et de la gaine technique. Les deux cloisons coupe-feu à l’intérieur de la gaine.

Ernesto C. travaille à proximité immédiate de l’ouverture vers le puits non sécurisée. Pour travailler au plafond, il doit reculer quelque peu. L’enquête réalisée après l’accident n’a pas permis de déterminer pourquoi il s’est retrouvé dans la gaine technique.

Cloisons coupe-feu non résistantes à la rupture

La gaine technique est équipée de deux éléments coupe-feu horizontaux. Aucun d’eux n’est toutefois renforcé au moyen d’une protection résistante à la rupture, comme un caillebottis, des barres métalliques ou des tôles striées. Cela peut donner l’impression qu’un plancher intermédiaire solide se trouve dans la gaine. Nul ne peut savoir qu’il s’agit d’un piège mortel, car aucun symbole de mise en garde n’a été placé.

La même vue transversale du bâtiment, mais cette fois-ci, les cloisons coupe-feu sont sécurisées par des grilles en métal qui protègent contre les chutes. De plus, un panneau d’interdiction met en garde toute personne ayant l’intention de pénétrer dans la gaine.

Si les cloisons coupe-feu avaient été renforcées par des grilles en métal, elles auraient évité la chute d’Ernesto C. De plus, un panneau d’interdiction l’aurait peut-être empêché de pénétrer dans la gaine technique.

Bases légales

Plusieurs ordonnances réglementent les points déterminants de ce cas, notamment la gestion des ouvertures dans les sols et des surfaces ne résistant pas à la rupture.

Téléchargements et commandes

Cette page vous a-t-elle été utile?

Cela pourrait aussi vous intéresser