13031_01.jpg

Exemple de cas: chute du toit d’une locomotive

Des accidents graves surviennent régulièrement lors des travaux sur les véhicules ferroviaires. Ils sont souvent causés par des mesures de sécurité insuffisantes ou par le non-respect de celles-ci. Dans notre exemple d’accident, un mécanicien a fait une chute du toit de la locomotive parce qu’il ne disposait d’aucun équipement de travail sûr pour effectuer sa tâche.

Table des matières

En bref

Le travail sur les trains peut être très dangereux et entraîner des accidents tragiques en l’absence de mesures de sécurité suffisantes ou si les règles de sécurité ne sont pas respectées. Le mécanicien Thomas S. a perdu la vie dans un tel accident professionnel.

Voice ce qui a conduit à l’accident professionnel:

  • L’employeur n’a pas fourni d’équipement de travail approprié, comme une plateforme élévatrice adaptée aux travaux prévus.
  • Thomas S. ne respecte pas les prescriptions applicables aux travaux par encordement.
  • Il fait une chute du toit de la locomotive et succombera à ses blessures quelques jours plus tard.

Reconstitution de l’accident

Thomas S. est ouvrier spécialisé dans le centre d’entretien des véhicules. Il est chargé de remplacer une pièce lourde et encombrante sur une locomotive. Pour y parvenir, il doit déposer le toit de la locomotive à l’aide d’une grue. Pour cela, il doit d’abord fixer solidement le toit de la locomotive au crochet de la grue. Pour ce faire, Thomas S. grimpe alors sur le toit en passant par la trappe d’accès située dans le plafond de la locomotive. Mais cela lui sera fatal.

Pendant qu’il est en train d’effectuer des manipulations sur le toit de la locomotive, Thomas S. fait une chute. Personne ne peut expliquer comment celle-ci s’est produite, car aucun témoin n’a assisté à l’accident de Thomas S. On suppose qu’il voulait s’assurer contre les chutes en accrochant son harnais de protection à la ligne de vie située au-dessus de la locomotive en utilisant une perche. Mais ce qui aurait dû être une mesure de sécurité a occasionné la chute de Thomas S. Il décède des suites de ses blessures quelques jours plus tard à l’hôpital.

Règles vitales pour la maintenance: les bonnes choses vont par huit
Règles vitales pour la maintenance: les bonnes choses vont par huit
Quand vos collaborateurs participent à des opérations de maintenance, ils doivent obligatoirement respecter les règles vitales. Elles sont faciles à appliquer, préviennent les accidents et évitent à votre entreprise d’être confrontée aux absences de longue durée de collaborateurs importants.
Règles vitales

Analyse de la chaîne d’erreurs

Quand on regarde de plus près le cas «Thomas S.», on trouve plusieurs causes ayant entraîné l’accident professionnel.

Équipements insuffisants de prévention des accidents

Thomas S. n’a pas pu travailler dans des conditions favorables, car son employeur ne lui avait fourni aucun équipement de travail sûr. La plateforme élévatrice à disposition pour effectuer des travaux sur les véhicules dans le centre d’entretien est trop basse pour cette locomotive. Malheureusement, le centre d’entretien ne dispose pas d’équipements de protection appropriés contre les chutes. Pour s’assurer contre les chutes, Thomas S. se sert ainsi de son équipement de protection individuelle contre les chutes.

Thomas S. doit déposer le toit de la locomotive avec une grue. Pour cela, il grimpe sur la locomotive en passant par la trappe d’accès. Il porte simplement un équipement de protection individuelle, mais celui-ci n’est pas accroché à la ligne de vie située au-dessus de la locomotive. Thomas S. est entouré en rouge.

Thomas S. doit déposer le toit de la locomotive avec une grue. Pour cela, il grimpe sur la locomotive en passant par la trappe d’accès. Pour s’assurer contre les chutes, il porte simplement son équipement de protection individuelle, mais celui-ci n’est pas accroché à la ligne de vie située au-dessus de la locomotive. Thomas S. est entouré en rouge.

Fixation du harnais de protection en position debout

Thomas S. commet une grave erreur avec son équipement de protection individuelle: Il fixe son harnais de protection à la ligne de vie alors qu’il est debout. Pour exclure tout risque de chute, Thomas S. aurait toutefois dû rester assis au bord de la trappe d’accès pour accrocher son harnais de protection à la ligne de vie. La méthode prévue pour s’assurer contre les chutes est cependant difficile et requiert un peu d’exercice. Une telle situation initiale conduit donc précisément à des comportements inadéquats.

Thomas S. se tient debout sur le toit du train et il essaie de fixer son harnais de protection à la ligne de vie située au-dessus du toit de la locomotive. Il est entouré en rouge.

Thomas S. se tient debout sur le toit du train et il essaie de fixer son harnais de protection à la ligne de vie située au-dessus du toit de la locomotive. Il est entouré en rouge.

Téléchargements et commandes

Bases légales

Cette page vous a-t-elle été utile?

Cela pourrait aussi vous intéresser