Capsulite rétractile et raideurs de l’épaule: mise au point en 2019

Pierre-Alain Buchard1, Cyrille Burrus2, François Luthi2, Nicolas Theumann3, Nicolas Riand4, Michel Konzelmann2

La capsulite rétractile de l’épaule (CRE) est la plus fréquente des limitations fonctionnelles de cette articulation rencontrées en pratique clinique. Cette fréquence ne la rend pas moins fascinante : son origine reste la plupart du temps mystérieuse, son évolution étrangement stéréotypée, et le résultat des traitements aléatoire. Si chacun sait reconnaître une épaule gelée, le meilleur clinicien peut être dérouté par une épaule qui se gèle. Les auteurs du présent article, issus de différentes disciplines médicales, se proposent de faire le point sur une entité qui reste un défi scientifique pour qui veut l’aborder sous l’angle EBM (Evidence Based Medecine). Les étiologies des autres raideurs de l’épaule seront aussi abordées. 
1 Service ambulatoire, CRR, Sion
2 Service de réeadaptation de l’appareil locomoteur, CRR, Sion
3 Insitut de radiologie Bois-Cerf, Lausanne
4 Centre médical le Forum, Sion

Qu’entend-on par capsulite rétractile - CRE ?

La définition de la CRE est avant tout clinique : il s’agit d’une limitation tous azimuts des amplitudes actives et passives de l’articulation gléno-humérale. Cette définition n’est opérationnelle qu’à la condition que les radiographies standards aient exclu une atteinte lésionnelle susceptible d’expliquer ce manque de mobilité (absence d’arthrose et d’arthrite notamment).

En pratique, c’est la douleur qui amène le patient à consulter. Cette douleur touche le moignon deltoïdien et irradie souvent au bras, voire à l’avant-bras jusqu’au poignet. Elle est particulièrement vive la nuit, insomniante et empêche le décubitus ipsi-latéral. Cette phase douloureuse manque rarement ; elle dure de quelques semaines à quelques mois. Durant cette première période, l’épaule reste encore mobile, ce qui égare le médecin vers d’autres diagnostics, le plus souvent un conflit sous-acromial ou une lésion de la coiffe.

Durant la seconde phase, l’articulation se gèle : le diagnostic est alors plus facile. La limitation des rotations se détecte aisément. Pour l’abduction et l’élévation, la précaution indispensable est de fixer l’omoplate de sorte que le mouvement de l’articulation scapulo-thoracique soit neutralisé (figure 1).

 

retraktile Kapsulitis, Suva Medical 2019, Artikel
retraktile Kapsulitis, Suva Medical 2019, Artikel

1a Limitation en rotation externe de l’épaule droite

retraktile Kapsulitis, Suva Medical 2019, Artikel
retraktile Kapsulitis, Suva Medical 2019, Artikel

1b Limitation de mobilité gléno-humérale droite

La phase d’enraidissement prend quelques semaines et, une fois achevée, fait place à une longue période de stabilité où l’épaule est enraidie, comme gelée. C’est alors que la douleur disparaît progressivement.Finalement, au cours de la deuxième année d’évolution, la limitation régresse à son tour jusqu’à la récupération fonctionnelle généralement considérée comme totale par le patient.


Données anatomopathologiques

La première description de la CRE remonte à 1872 (1) et repose sur une série de 10 cas. Dans l’article princeps, Duplay rapporte ses propres observations chez des sujets qu’il examine soit au lit du malade, soit alors qu’ils sont sous chloroforme. Sur la base d’une autopsie, il émet l’hypothèse d’une inflammation initiale de la bourse sous-acromiale suivie d’un épaississement touchant également la capsule articulaire.

Soixante ans plus tard, ces données sont confirmées par Neviaser qui souligne la désorganisation puis la fibrose de la membrane synoviale et de la capsule (2).
Actuellement, on pense que l’intervalle des rotateurs (entre le supra-épineux en haut et le sous-scapulaire en avant) et le ligament coraco-huméral constituent les sites privilégiés des modifications anatomopathologiques.

Les études microscopiques révèlent une inflammation ou une fibrose, l’évolution clinique suggérant un continuum inflammation-cicatrisation (3). Des marqueurs de l’angiogénèse et de la neurogénèse ont également été identifiés (4,5). Les analyses histochimiques retrouvent des cytokines pro-inflammatoires ou fibrosantes dans la capsule, le liquide synovial et la membrane synoviale (6,7). Des processus enzymatiques complexes, faisant intervenir des métalloprotéases, jouent un rôle dans la désorganisation de la matrice extracellulaire ; des phénomènes de glycation comportant une réticulation irréversible du collagène font perdre leur élasticité aux structures concernées.

Ces modifications histochimiques seraient particulièrement marquées chez les diabétiques (8), ce qui expliquerait la fréquence élevée de cette association. Malgré ces connaissances nouvelles, la pathogénie de la capsulite reste pour l’essentiel incomprise.

Variantes et formes de chevauchement

On a coutume de distinguer la capsulite idiopathique des raideurs dites secondaires (cf figure n°2). Le cadre étiologique est large, surtout après chirurgie comme en témoigne la liste des causes associées (tableau 1). Il n’est pas rare que plusieurs facteurs se cumulent.

diagramm_schultersteife-fr.pngSuva Medical

2 Etiologies des raideurs de l’épaule (Adaptée de Bain in shoulder stiffness (9))

Tableau 1
étiologies des raideurs post réparation de la coiffe (Inspiré de (9)). Noter que plusieurs causes peuvent être associées. (En italique les étiologies les plus fréquentes)

La CRE ne récidive pratiquement jamais sur la même articulation. En revanche, si une atteinte bilatérale est possible (10 % des cas), elle est exceptionnellement simultanée ; l’épaule controlatérale est touchée avec un décalage de quelques mois ou au plus quelques années.
Les formes les plus torpides et les plus résistantes se rencontrent dans le diabète et dans le domaine oncologique.

Dans sa forme classique, primaire, la CRE touche principalement la femme de 40 à 60 ans et survient dans un ciel bleu. La notion de fragilité psychique est obsolète ; curieusement, on avait évoqué ce facteur dans l’algodystrophie en un temps où l’on assimilait les deux entités.
Certaines capsulites comportent une déminéralisation pommelée de la tête humérale, mais il semble s’agir de rares formes de chevauchement, desquelles on peut rapprocher le syndrome épaule-main.
La raideur post-opératoire pose un problème diagnostique difficile. Une conférence de consensus récente (9) la définit comme une perte de la mobilité passive dans un ou plusieurs secteurs de mobilité. Son incidence varie de 5 à 32 % et dépend de la définition appliquée (9-12).
Aucune étude prospective ne permet de prédire combien de patients seront raides après chirurgie ni quelle sera la durée de cette raideur. Dans une étude rétrospective sur 201 patients, Manaka a utilisé un score de récupération fonctionnelle de l’épaule (13) : 31% des patients atteignaient ce score en moins de 3 mois, 40 % entre 3 et 6 mois et 28% en plus de 6 mois.
L’existence d’une raideur pré opératoire est associée à une évolution plus longue avec un risque de 50 % de raideur post-opératoire (9). Les autres facteurs associés à la raideur sont nombreux, parfois contradictoires et issus d’études rétrospectives. Deux facteurs sont retrouvés dans plusieurs études : le diabète et l’accident au travail (9).


Les causes des raideurs post-opératoires sont résumées dans le tableau 1.
Une démarche clinique rigoureuse soutenue par l’imagerie est indispensable pour établir un diagnostic étiologique. Celle-ci est résumée dans les tableaux 2 et 3.


Tableau 2
démarche clinique et radiologique devant une raideur dans les suites d’une réparation de la coiffe.

 

 

Tableau 3
éléments d’orientation clinique dans les différents tableaux de raideur post-opératoire de l’épaule

Apport de l’imagerie

On admet classiquement que l’imagerie sert non pas à établir le diagnostic de CRE mais à exclure toute atteinte de l’épaule expliquant mieux la limitation. Il n’existe pas d’imagerie suffisamment sensible et spécifique de la capsulite, quelle que soit la technique qu’on utilise.

La radiographie standard ne permet la plupart du temps pas d’observer la déminéralisation, diffuse ou mouchetée, si typique de l’algodystrophie, mais permet d’éliminer une arthropathie gléno-humérale, arthrose surtout ou bien d’apprécier si la tête humérale est ascensionnée en faveur d’une rupture de coiffe associée.

Les signes échographiques sont trop inconstants pour être valorisés en pratique courante.
La scintigraphie peut montrer une hyperfixation « 3 points » (tête humérale – acromion – coracoïde), mais il s’agit là d’un signe peu spécifique.
Lors d’une arthrographie, pratiquée à titre de repérage avant infiltration d’un glucocorticoïde ou couplée à l’IRM, la perte d’élasticité de la capsule donne la sensation d’une résistance : seule une faible quantité de liquide peut être injectée (moins de 8 cc), le relâchement de la pression s’accompagnant généralement d’un reflux.


3 Image IRM T2FS sagittal oblique démontrant une inflammation de l’intervalle des rotateurs et du récessus axillaire.

L’IRM est de loin la méthode la plus performante en cas de doute diagnostique. C’est la seule méthode d’imagerie qui présente une concordance significative entre les anomalies IRM et l’examen clinique (14). L’image peut varier en fonction de la phase de la capsulite : au plus fort de la douleur et de la rétraction, on observe en général des signes inflammatoires dans l’intervalle des rotateurs. L’injection de Gadolinium revêt un intérêt particulier : on assiste alors à une prise de contraste capsulo-synoviale intense, parfois associée à une bursite. En réalité, si la tête humérale et toutes les structures l’entourant peuvent être renforcées par le contraste, c’est le rehaussement de l’intervalle de coiffe et du récessus axillaire (figure 3) qui paraît le plus spécifique (15). D’autres signes ont été décrits mais manquent de sensibilité : épaississement de la capsule et du ligament coraco-huméral, oblitération du triangle graisseux sous-coracoïdien.
Dans la raideur post-opératoire, l’IRM joue un rôle capital pour le diagnostic différentiel.

La controverse des traitements

Le traitement de la capsulite suscite une abondante littérature (16-22). L’évolution capricieuse de la CRE, sa durée très variable, ne permet pas de recruter des populations homogènes, ce qui limite la portée des résultats. Les bénéfices des différents traitements ne sont généralement que transitoires et peu significatifs.

Cela permet d’opter souvent pour une stratégie thérapeutique minimaliste, la « négligence surveillée ». Cette approche consiste à donner au patient des informations visant à le rassurer sur la durée de la CRE toujours limitée dans le temps et sur la restitution fonctionnelle dans l’écrasante majorité des cas. On lui proposera simplement d’adapter ses activités et de pratiquer des exercices à domicile (pendulaires et auto-mobilisation) en respectant le seuil douloureux (figure 4).

A notre connaissance, une seule étude (23) a montré la supériorité de cette attitude sur un programme de physiothérapie (à 2 ans 89% des patients dans le groupe « négligence » avec bon résultat contre 63 % dans le groupe physiothérapie). Cette étude n’était pas randomisée (comparaison dans le temps) et le groupe intervention avait reçu la consigne de forcer au-delà du seuil douloureux. Elle entérine toutefois l’inefficacité d’une rééducation agressive, en particulier dans les phases précoces et douloureuses !


retraktile Kapsulitis, Suva Medical 2019, Artikel

Auto-mobilisation en flexion passive en position couchée

retraktile Kapsulitis, Suva Medical 2019, Artikel

Auto-mobilisation en rotation latérale passive avec un manche à balai

retraktile Kapsulitis, Suva Medical 2019, Artikel

Auto-mobilisation en flexion passive avec une sangle sur une porte

retraktile Kapsulitis, Suva Medical 2019, Artikel

Mobilisation active dite pendulaire avec rotation du membre supérieur

retraktile Kapsulitis, Suva Medical 2019, Artikel

Mobilisation active - Exercice de l’araignée contre un mur, montée progressive en flexion

4 auto-exercices à proposer aux patients (épaule gauche atteinte)

Pour les traitements conservateurs durant la phase précoce, incluant les injections sans distension, les meilleurs niveaux de preuve sont obtenus par les corticoïdes oraux (17) et les injections de glucocorticoïdes (16). Peu importe la précision du site d’injection : il s’agit surtout d’apporter le médicament dans l’environnement des structures touchées par l’inflammation (24). Il semble donc peu utile de réaliser les infiltrations sous guidage échographique (gléno-humérale ou de la bourse sous-acromiale (16,19,22). Au-delà de 3 injections, le bénéfice semble s’estomper. Pour ce qui est de la mobilité, les injections de glucocorticoïdes sont plus efficaces à court terme lorsqu’elles sont couplées à une thérapie manuelle respectant l’irritabilité des tissus. (25) (cf. tableau 4). La thérapie manuelle seule ne semble en revanche pas utile (19).

Dans les situations résistant aux options ci-dessus, peu douloureuses, une thérapie manuelle de haute intensité peut être proposée pendant 3 mois (19) si elle est tolérée, pour autant que les gains soient conservés d’une séance à l’autre et que la douleur ne soit pas réactivée. En revanche, la mobilisation sous anesthésie n‘apporte pas de bénéfice (19).
La capsulodistension (injection de xylocaïne, corticoïde et 20-40 ml d’une solution saline) ne semble intéressante qu’à court terme et ne serait pas supérieure à l’infiltration de corticoïdes (18). L’arthrolyse par arthroscopie donne des résultats décevants et ne devrait, selon nous, être appliquée que dans des cas exceptionnels (26). Le tableau 5 résume les possibilités thérapeutiques.


Tableau 4
Evaluation du niveau d’irritabilité tissulaire et stratégies thérapeutiques adaptées (thérapie manuelle, mobilisation), adapté de Kelley MJ (25)

Pour les autres raideurs post-opératoires, le traitement dépend de l’étiologie et repose sur les mêmes outils thérapeutiques (rééducation, infiltrations) mais le recours à une nouvelle chirurgie est parfois indispensable. Il faut savoir que l’évolution de ces formes secondaires n’est pas aussi favorable que dans la CRE idiopathique, avec souvent une raideur séquellaire (9) mais peu de données évolutives sont disponibles dans la littérature.

Tableau 5
Récapitulatif des options thérapeutiques dans la capsulite de l’épaule
Tous patients: information/éducation + exercices à domicile + antalgie/AINS et/ou corticoïdes per os (≤ 0.5 mg/kg pendant 2 – 4 semaines, dégressif)

Conclusions

Ainsi, même si l’intérêt des médecins pour la CRE n’a jamais tari, l’affection garde ses mystères. En 2019, il reste impossible de prédire qui, dans la population générale, en sera un jour atteint, quel en est le traitement, qui répondra au traitement et en combien de temps.  L’expérience accumulée prouve toutefois que la capsulite guérit (presque) toujours.
On peut donc rassurer nos patients, viser l’antalgie en admettant que les traitements invasifs n’ont pas suffisamment fait la preuve de leur efficacité.
L’évolution des raideurs post-opératoires est plus difficile avec souvent une raideur séquellaire.

Résumé

Un siècle et demi après sa première description, la capsulite rétractile de l’épaule n’a dévoilé qu’une partie de ses secrets. Sa définition reste clinique puisque l’on ne dispose d’aucune méthode d’imagerie suffisamment sensible et spécifique. A côté de la forme idiopathique, la plus fréquente et la mieux caractérisée, il existe une multitude de situations induisant une limitation fonctionnelle de l’articulation gléno-humérale et de son environnement. L’évolution se déroule inexorablement sur un à deux ans et comporte 3 phases où dominent successivement la douleur, la rétraction puis la récupération en principe complète. Aucun traitement n’est susceptible de l’écourter. En l’absence de preuve clairement établie, l’approche thérapeutique doit être prudente et conservatrice.
Les auteurs ne déclarent pas de conflit d’intérêt en lien avec cet article.

L’article original a été publié dans la revue médicale Suisse : référence Rev Med Suisse 2017 ; 13 : 1704-9. La publication dans le Suva médical se fait avec l’autorisation expresse de l’éditeur.


Adresse de correspondance

 

Michel Konzelmann
Clinique romande de réadaptation Suva Service de réadaptation de l’appareil locomoteur

Grand-Champsec 90 1950 Sion
Michel.Konzelmann@crr-suva.ch   
 

Bibliographie

1 Duplay ES. De la péri-arthrite scapulohumérale et des raideurs de l’épaule qui en sont la conséquence. Archives générales de médecine 1872;20:513-542.

2 Neviaser J. Adhesive capsulitis of the shoulder. J Bone Joint Surg 1945;27:1- 22.

3 Neviaser AS, Hannafin JA. Adhesive capsulitis: a review of current treatment. Am J Sports Med 2010;38:2346-2356.

4 Hand GC, Athanasou NA, Matthews T, et al. The pathology of frozen shoulder. J Bone Joint Surg Br 2007;89:928-932.

5 Xu Y, Bonar F, Murrell GA. Enhanced expression of neuronal proteins in idiopathic frozen shoulder. J Shoulder Elbow Surg 2012;21:1391-1397.

6 Kabbabe B, Ramkumar S, Richardson M. Cytogenetic analysis of the pathology of frozen shoulder. Int J Shoulder Surg 2010;4:75-78.

7 Lho YM, Ha E, Cho CH, et al. Inflammatory
cytokines are overexpressed in
the subacromial bursa of frozen shoulder.
J Shoulder Elbow Surg 2013;22:666-
672.

8 Brownlee M. Biochemistry and molecular
cell biology of diabetic complications.
Nature 2001;414:813-820.
9 Itoi E, Arce G, Bain GI, et al. Shoulder
stiffness – Current Concepts and Concerns.
Berlin Heidelberg: Springer-
Verlag GmbH. 2015.

10 Audige L, Blum R, Muller AM, et al.
Complications Following Arthroscopic
Rotator Cuff Tear Repair: A Systematic
Review of Terms and Definitions With
Focus on Shoulder Stiffness. Orthop
J Sports Med 2015;3.

11 Papalia R, Franceschi F, Vasta S, et
al. Shoulder stiffness and rotator cuff
repair. Br Med Bull 2012;104:163-174.

12 Trenerry K, Walton JR, Murrell GA.
Prevention of shoulder stiffness after
rotator cuff repair. Clin Orthop Relat
Res 2005:94-99.

13 Manaka T, Ito Y, Matsumoto I, et al.
Functional recovery period after arthroscopic
rotator cuff repair: is it predictable
before surgery? Clin Orthop Relat Res
2011;469:1660-1666.

14 Ahn KS, Kang CH, Oh YW, et al. Correlation
between magnetic resonance
imaging and clinical impairment in patients
with adhesive capsulitis.
Skeletal Radiol 2012;41:1301-1308.

15 Morag Y, Bedi A, Jamadar DA. The
rotator interval and long head biceps
tendon: anatomy, function, pathology,
and magnetic resonance imaging. Magn
Reson Imaging Clin N Am 2012;20:229-
259.

16 Buchbinder R, Green S, Youd JM.
Corticosteroid injections for shoulder
pain. Cochrane Database Syst Rev
2003:Cd004016.

17 Buchbinder R, Green S, Youd JM, et
al. Oral steroids for adhesive capsulitis.
Cochrane Database Syst Rev
2006:Cd006189.

18 Buchbinder R, Green S, Youd JM, et
al. Arthrographic distension for adhesive
capsulitis (frozen shoulder). Cochrane
Database Syst Rev 2008:Cd007005.

19 Maund E, Craig D, Suekarran S, et al.
Management of frozen shoulder:
a systematic review and cost-effectiveness
analysis. Health Technol Assess
2012;16:1-264.

20 Page MJ, Green S, Kramer S, et al.
Electrotherapy modalities for adhesive
capsulitis (frozen shoulder). Cochrane
Database Syst Rev 2014:Cd011324.

21 Page MJ, Green S, Kramer S, et al.
Manual therapy and exercise for
adhesive capsulitis (frozen shoulder).
Cochrane Database Syst Rev
2014:Cd011275.

22 Song A, Higgins LD, Newman J, et al.
Glenohumeral corticosteroid injections
in adhesive capsulitis: a systematic
search and review. Pm r 2014;6:1143-
1156.

23 Diercks RL, Stevens M. Gentle thawing
of the frozen shoulder: a prospective
study of supervised neglect
versus intensive physical therapy in
seventy-seven patients with frozen
shoulder syndrome followed up for
two years. J Shoulder Elbow Surg
2004;13:499-502.

24 Oh JH, Oh CH, Choi JA, et al. Comparison
of glenohumeral and subacromial
steroid injection in primary frozen
shoulder: a prospective, randomized
short-term comparison study. J Shoulder
Elbow Surg 2011;20:1034-1040.

25 Kelley MJ, McLure PW, Leggin BG.
Frozen shoulder: evidence and a proposed
model guiding rehabilitation.
J Orthop Sports Phys Ther
2009;39(2):135-148

26 Lawrence TM, Steinmann SP Arthroscopic
and Open Management of the
Stiff Shoulder In: Ianotti JP, Williams GR,
editors. Disorders of the shoulder:
Diagnosis and Management: Lippincott
Williams & Williams. 2014;211-229.