Des ouvriers d’une fonderie de métal sont équipés de combinaisons de protection contre la chaleur, de gants et de casques.

Vêtements de protection

  • En cas de travaux dangereux, les employeurs sont tenus de mettre des vêtements de protection adaptés à la disposition de leurs collaborateurs.
  • Les vêtements de protection doivent non seulement être conformes aux normes en vigueur, mais également répondre aux besoins spécifiques des travaux à réaliser.
  • Les vêtements de travail ne sont pas considérés comme des vêtements de protection.

Enseignements tirés de la pratique

Certains travaux impliquent de nombreux risques pour le corps humain. Les employeurs sont par conséquent tenus de mettre à la disposition des travailleurs des vêtements appropriés, de qualité et parfaitement adaptés sur le plan physiologique. Le choix de vêtements de protection adéquats contribue à prévenir les accidents et les maladies professionnelles.

Dans la pratique, on constate souvent que les vêtements de protection utilisés répondent aux normes en vigueur, mais ne sont pas adaptés à la morphologie des utilisateurs et ne garantissent pas le confort nécessaire. Dans ce contexte, de nombreuses entreprises présentent un important potentiel d'optimisation.

De manière générale, les vêtements de travail ne sont pas considérés comme des vêtements de protection. Ils sont portés à la place des habits personnels, en complément ou pour protéger ces derniers.

Contre quels types de risques les vêtements de protection permettent-ils de se prémunir?
  • risques mécaniques (objets pointus ou tranchants, éléments de machine en mouvement, etc.)
  • risques chimiques (acides, bases, solvants, poussières, huiles, etc.)
  • risques biologiques (bactéries, virus, champignons, etc.)
  • risques thermiques (rayonnement thermique, chaleur de contact, éléments incandescents, projections de métal en fusion, flammes, arcs électriques, froid, etc.)
  • risques physiques (rayonnements, humidité, poussières, etc.)
  • risques électriques (tension de contact, formation d’étincelles, y compris sous l’effet de décharges électriques, etc.)
  • mauvaise visibilité de personnes (p. ex. en cas de travaux sur la voie publique)
  • effets de l’humidité et des intempéries (p. ex. en cas de travaux en plein air)

Quels sont les différents types de vêtements de protection?

Ils offrent une protection contre les produits chimiques liquides et, pour certains, contre les gaz et poussières.

Les normes harmonisées relatives aux vêtements de protection contre les produits chimiques formulent des exigences concernant les matériaux, les coutures et les jointures ainsi que les vêtements dans leur ensemble. Tous les vêtements de protection contre les produits chimiques dangereux, les rayonnements ionisants, etc. entrent dans la catégorie CE III, qui comprend six niveaux de protection (types).

Ces niveaux expriment le degré d’étanchéité d’une combinaison dans le cadre de certaines formes d’exposition (gaz, liquide ou poussière).
Les combinaisons de protection intégrale possèdent toujours une cagoule ou un capuchon.

Les vêtements de classe inférieure (protection plus élevée) incluent toujours les propriétés de ceux de classe supérieure. En d’autres termes, les caractéristiques des vêtements de protection de type 5 et 6 sont automatiquement présentées par ceux de type 4.

Un ouvrier vêtu d’une combinaison de protection et d’un masque à gaz travaille à proximité d’une machine.
Exemple de combinaison de protection intégrale
Type 1: combinaisons de protection chimique étanches aux gaz

Normes EN 943-1 et EN 943-2

  • 1a. Combinaisons de protection chimique étanches aux gaz avec alimentation en air respirable portée à l’intérieur de la combinaison et indépendante de l’air ambiant
  • 1b. Combinaisons de protection chimique étanches aux gaz avec alimentation en air respirable située à l’extérieur de la combinaison et indépendante de l’air ambiant
  • 1c. Combinaisons de protection chimique étanches aux gaz avec alimentation en air respirable avec surpression (p. ex. à partir d’une conduite externe)
Type 2: combinaisons de protection chimique non étanches aux gaz

Norme EN 943-1

  • Combinaisons de protection chimique avec alimentation en air respirable avec surpression
Type 3: vêtements de protection contre les produits chimiques liquides (étanches aux liquides)

Norme EN 14605

  • Combinaisons de protection du corps entier ou combinaison de protection intégrale avec jointures étanches aux liquides entre les différentes parties du vêtement (entre la combinaison et, le cas échéant, les bottes, les gants, la cagoule et la protection des voies respiratoires). Exemple: combinaison avec ou sans gants, bottes, etc.
Type 4: vêtements de protection contre les produits chimiques liquides (étanches aux pulvérisations)

Norme EN 14605

  • Combinaisons de protection du corps entier ou combinaisons de protection intégrale avec jointures étanches aux pulvérisations entre les différentes parties du vêtement (entre la combinaison et, le cas échéant, les bottes, les gants, la cagoule et la protection des voies respiratoires). Exemple: combinaison avec ou sans gants, bottes, etc.
Type 5: vêtements de protection à utiliser contre les particules solides

Norme EN ISO 13982-1

  • Combinaisons de protection du corps entier contre les particules solides et les aérosols. La combinaison doit satisfaire aux valeurs minimales en matière de «fuite vers l’intérieur».
Type 6: vêtements de protection chimique offrant une protection limitée contre les produits chimiques liquides

Norme EN 13034

  • Combinaisons de protection du corps entier contre le brouillard de pulvérisation (particules liquides). Ces combinaisons répondent aux exigences en matière d’essai au brouillard de faible intensité selon la norme EN ISO 17491.
  • Protection partielle du corps. Vêtements ne couvrant qu’une partie du corps, mais répondant aux exigences en matière d’essai au brouillard de faible intensité selon la norme EN ISO 17491.

Les vêtements de protection contre le feu et la chaleur sont fabriqués à partir de fibres spéciales ininflammables ou difficilement inflammables (fibres de verre, aramides, polyimides ou toile de coton ou de laine ignifugée). Un revêtement réfléchissant en aluminium réduit considérablement l’effet du rayonnement thermique.

Les vêtements de protection destinés aux travailleurs industriels exposés à la chaleur protègent du contact bref avec les flammes et (ou) de la chaleur radiante, des grosses projections de métal en fusion ou encore de la combinaison de ces différents éléments. Il ne s’agit pas de vêtements de protection destinés aux pompiers ou aux soudeurs.

Une personne porte une combinaison de protection contre la chaleur.
Vêtements de protection contre la chaleur
Exigences et niveaux de performance pour les vêtements de protection contre la chaleur

Les vêtements de protection contre la chaleur répondent à différentes exigences de performance (A, B, C, D et E). Le niveau de performance est représenté par un chiffre dans le pictogramme correspondant (1 = niveau le plus bas).

  • A: propagation de flamme limitée, essai selon EN ISO 15025 et EN ISO 14116 (niveaux 1–3)
  • B: chaleur convective, essai selon EN 367 (niveaux 1–5)
  • C: rayonnement thermique, essai selon EN ISO 6942 (niveaux 1–4)
  • D: projection d’aluminium en fusion, essai selon EN ISO 9185 (niveaux 1–3)
  • E: projection de fer en fusion, essai selon EN ISO 9185 (niveaux 1–3)
Exemple de marquage

Les vêtements de protection conformes à la norme EN ISO 11612 doivent répondre aux exigences correspondant à la lettre A (propagation de flamme limitée) et satisfaire au moins à l’une des autres exigences énoncées (avec un niveau de performance 1 au minimum).

Protection contre le métal en fusion

Exigences de performance D et E: le vêtement présente des propriétés spécifiques additionnelles lui permettant de résister à la pénétration de métal fondu (coupe et dimensions appropriées des poches, de la veste ou du pantalon, etc.).

Marquage des vêtements de protection contre la chaleur et les flammes avec indication des exigences et des niveaux de performance
Marquage des vêtements de protection contre la chaleur et les flammes avec indication des exigences et des niveaux de performance
Protection contre le métal en fusion

Exigences de performance D et E: le vêtement présente des propriétés spécifiques additionnelles lui permettant de résister à la pénétration de métal fondu (coupe et dimensions appropriées des poches, de la veste ou du pantalon, etc.).

Ces vêtements s’utilisent lorsque la température ambiante est inférieure à –5 °C. Ils doivent protéger du froid extrême dans le cadre de travaux réalisés, par exemple, dans une chambre froide ou en plein air par des températures très basses, et en cas de travaux statiques à l’extérieur pendant la saison froide.

Niveaux de performance en matière d’isolation thermique

La norme EN 342 formule des exigences relatives à l’isolation thermique de l’ensemble vestimentaire (sous-vêtements inclus), à la perméabilité à l’air (trois niveaux: 1 = élevé, 3 = faible) et à la résistance à la vapeur d’eau (trois niveaux: 1 = élevé, 3 = faible).

L’isolation thermique, bien meilleure que celle des vêtements de protection contre les intempéries, est généralement garantie par plusieurs couches de toile synthétique ou naturelle ouatée et matelassée.

Ces vêtements doivent protéger contre les perles de soudures (petites projections de métal), un contact bref avec des flammes et les rayons UV. La surface de la combinaison doit être aussi lisse et fermée que possible. Les poches doivent être dotées d’une fermeture à pattes impossible à rentrer à l’intérieur. Il ne faut pas que des particules chaudes puissent y pénétrer ou s’y déposer.

Ces vêtements sont fabriqués à partir d’étoffes spéciales et de cuir thermorésistant. Le cas échéant, il convient de protéger les parties du corps particulièrement exposées aux dangers au moyen de manchettes, de guêtres et de tabliers protégeant la poitrine, l’abdomen, les cuisses et les jambes). La résistance au feu doit être testée selon la norme EN ISO 11611.

Ils offrent une protection contre la contamination radioactive par contact avec des substances liquides ou solides ou par la pollution atmosphérique (par des particules solides, des gaz ou des vapeurs).

Ce type d’équipement est comparable aux vêtements de protection contre les produits chimiques selon la norme EN 943. Ils satisfont toutefois à une exigence complémentaire concernant la protection contre le tritium.

Ils se portent par-dessus les vêtements de travail en cas de travaux en plein air. Leurs principales propriétés sont l’imperméabilité et la respirabilité.

L’imperméabilité du matériau extérieur et des coutures est testée et subdivisée en trois classes, la classe 3 étant la plus élevée.

Le caractère respirant (ou la résistance évaporative) est également subdivisé en trois classes, la classe 3 correspondant à la meilleure respirabilité.

La norme EN 343 formule également des recommandations concernant la durée pendant laquelle ces vêtements peuvent être portés (en fonction des différentes classes de respirabilité).

Ils permettent à l’utilisateur d’être vu facilement dans les situations dangereuses, et ce quelles que soient les conditions de luminosité (de jour, au crépuscule et la nuit dans la lumière des phares).

Des exigences de performance sont définies pour la couleur et la rétroréflexion ainsi que les surfaces minimales et le positionnement des matières utilisées.
La matière de base doit être de couleur orange-rouge fluorescent, jaune fluorescent, ou rouge fluorescent.

Les vêtements de signalisation sont subdivisés en trois classes, selon la surface minimale de la matière de base et de la matière rétroréfléchissante.

Une personne équipée de vêtements de signalisation travaille au crépuscule à proximité d’une route.
Vêtements de signalisation destinés aux travaux sur les routes et les chantiers

La fiche thématique «Vêtements de signalisation pour les travaux de chantier et sur les routes» résume les différentes exigences devant être satisfaites par les vêtements de signalisation dans le cadre des travaux sur les routes et les chantiers.

Afin de compléter la norme SN EN ISO 20471 «Vêtements à haute visibilité – Méthodes d’essai et exigences», l’Association suisse des professionnels de la route et des transports VSS a récemment publié une nouvelle version de la norme SN 640710. La période de transition définie en vue de la mise en œuvre se termine à la fin de l’année 2016. Elle formule les exigences suivantes:

  • seuls les vêtements de classe 2 et 3 peuvent être utilisés en Suisse; ceux de classe 1 ne sont pas autorisés.
  • les personnes devant réaliser des travaux sur des routes, à proximité de celles-ci ou, dans le cadre de chantiers, dans des zones comportant des voies de circulation destinées à des engins logistiques ou de construction doivent porter:
    - un vêtement de classe 3 (combinaison) couvrant le torse et les jambes (pantalon long)
    - deux vêtements de classe 2 (combinaison d’un haut et d’un pantalon long)
    - deux vêtements (combinaison d’un haut et d’un pantalon long) répondant ensemble aux exigences de la classe 3 (certification conjointe); cette information doit figurer sur les étiquettes des deux vêtements
  • en cas de séjour temporaire sur les lieux (une heure max. par séjour, p. ex. pour un contrôle de chantier, une visite, etc.), un vêtement certifié de classe 2 couvrant le torse suffit

D’éventuelles prescriptions plus strictes édictées dans le cadre des solutions par branche doivent être respectées (p. ex. transport ferroviaire ou services sanitaires).

Marquage des vêtements de signalisation: le «X» indique la classe correspondante.
Marquage des vêtements de signalisation: le «X» indique la classe correspondante.
Shorts et vêtements sans manches

La norme SN 640710 «Vêtements de signalisation à haute visibilité pour des travaux dans l’espace routier public – Exigences» exige explicitement le port de pantalons longs.

La Suva préconise de renoncer aux shorts même si leur fabricant déclare de façon crédible qu’ils sont conformes aux normes.

Motifs:

  • les shorts n’assurent pas de protection suffisante contre les rayonnements, ni contre les risques mécaniques, chimiques et thermiques
  • les pantalons longs protègent en outre des tiques, des piqûres d’insectes ou des blessures dues aux plantes et autres
  • les vêtements recouvrant tout le corps offrent une protection contre les atteintes dues au rayonnement ultraviolet en cas de travaux en plein air (p. ex. cancer de la peau)

Lorsque vous achetez des vêtements de protection, assurez-vous qu’ils sont confectionnés avec des matériaux fonctionnels. Ces matériaux garantissent une meilleure régulation de la température corporelle.

Les normes EN 381 – 1 à 5 et 7 à 11 recensent les exigences devant être satisfaites par les vêtements de protection en cas de travaux avec des scies à chaîne tenues à la main.

La classification se base sur la vitesse de la chaîne.
Classe de protection 1: 20 m/s
Classe de protection 2: 24 m/s
Classe de protection 3: 28 m/s

Les tabliers de protection anti-coupures en métal sont essentiellement utilisés dans les entreprises du secteur de la boucherie et de la charcuterie (risques de coupures au niveau du tronc). Les exigences correspondantes sont spécifiées dans la norme EN ISO 13998.

Les sous-vêtements jouent souvent aussi un rôle important. Ils doivent être adaptés aux vêtements de protection pour que ces derniers soient pleinement efficaces.

Exemples:

  • en cas de manipulation de substances inflammables, les sous-vêtements ne doivent pas réagir de manière dangereuse à la fusion
  • les exigences relatives aux propriétés antistatiques s’appliquent aussi bien aux vêtements de protection qu’aux sous-vêtements
  • les sous-vêtements fabriqués à partir de matières isolantes font partie intégrante des vêtements de protection contre le froid (EN 342)
  • sous les vêtements respirants, il est judicieux de porter également des sous-vêtements évacuant la transpiration

Quels sont les critères de choix des vêtements de protection?

La diversité des exigences fait qu’il n’existe pas de vêtements de protection universels et qu’il n’est pas possible d’en développer. La matière et la coupe des vêtements de protection doivent être choisies en fonction des risques spécifiques aux différents postes de travail.

Le besoin de vêtements fonctionnels doit être examiné au cas par cas. La matière et la coupe exercent une influence directe sur les échanges de chaleur et d’humidité corporelles, et jouent par conséquent un rôle capital en termes de bien-être, de performance et d’acceptation des EPI.
Marquage des vêtements de protection

Les vêtements de protection doivent porter la marque CE ainsi que le marquage correspondant à la norme européenne applicable. Ce dernier doit inclure au minimum les indications suivantes:

  • nom, marque commerciale ou autre élément d’identification du fabricant et (ou) de son représentant autorisé
  • type, marque commerciale ou code
  • taille
  • numéro de la norme européenne applicable
  • pictogrammes avec niveaux de performance (si nécessaire)
  • dénomination des textiles
  • instructions d’entretien

Pictogrammes

La norme EN 340 formule des exigences fondamentales concernant les vêtements de protection ainsi que leur marquage et indique la signification des différents pictogrammes.

Pictogramme représentant deux roues dentées
Protection contre les pièces en mouvement
Pictogramme représentant un couteau
Protection contre les coupures et les blessures par arme blanche
Pictogramme représentant une éprouvette
Protection contre les produits chimiques
Pictogramme représentant une scie à chaîne
Protection contre les scies à chaîne
Pictogramme représentant une flamme
Protection contre la chaleur et les flammes
Pictogramme représentant un parapluie ouvert
Protection contre les intempéries
Pictogramme symbolisant la biologie
Protection contre les dangers liés aux microorganismes
Pictogramme représentant un cristal de glace
Protection contre le froid
Pictogramme représentant un éclair
Protection contre les décharges électrostatiques
Pictogramme représentant une particule radioactive
Protection contre la contamination radioactive sous forme de particules
Pictogrammes symbolisant les risques contre lesquels une protection est offerte
Pictogramme représentant un pompier
Vêtement (équipement) de protection pour les pompiers
Pictogramme représentant un motocycliste
Vêtement (équipement) de signalisation pour motocyclistes
Pictogramme représentant un gilet de signalisation
Vêtement (équipement) de protection de haute visibilité
Vêtement (équipement) de protection pour opérateurs de projection abrasive
Niveaux de performance

Les niveaux de performance sont représentés par un ou plusieurs chiffres et indiquent dans quelle mesure un vêtement de protection satisfait à certaines exigences particulières. Les exigences de performance se rapportent, par exemple, à des valeurs telles que la résistance à l’abrasion (EN 943-1), la résistance à la perforation (EN 943-1) ou la chaleur radiante (EN ISO 11612). Un chiffre élevé correspond à un niveau de performance ou de protection élevé.

Informations complémentaires

www.sapros.ch/vetements-de-protection  

Normes

EN 340 Vêtements de protection – Exigences générales

EN 342 EN 14058 Vêtements de protection contre le froid

EN 343 Vêtements de protection contre la pluie

EN 381 – 1 à 5 et 7 à 11 Vêtements de protection pour utilisateurs de scies à chaîne tenues à la main

EN 469 Vêtements de protection pour sapeurs-pompiers

EN 20471 Vêtements à haute visibilité

SN 640710 Vêtements de signalisation à haute visibilité pour des travaux dans l’espace routier public – Exigences

 

Les contenus de cette page remplacent la publication «Tout ce que vous devez savoir sur les EPI» (réf. 44091.F).