44046_Titel.tif

Accident professionnel: monteur et cabine d’ascenseur sont précipités dans le vide lors de travaux de montage

Les accidents sont souvent la conséquence d’une suite de prises de risque. À quoi sert-il de contrôler les dispositifs de protection et de porter l’EPI contre les chutes? Il ne va rien arriver. Et pourquoi non? Utilisez cette exemple d’accidents pour montrer à vos spécialistes que les risques sont considérables lors des travaux sur les ascenseurs.

Table des matières

En bref

Quand les ascenseurs ne sont pas inspectés pour détecter défauts techniques et dispositifs de protection manquants, l’accident guette. Et si les règles vitales ne sont pas respectées, les conséquences sont dramatiques. Comme dans ce cas. Car lorsque le câble du treuil se rompit, le monteur fit une chute de vingt mètres dans le vide et fut grièvement blessé.

L’analyse de l’accident révéla plusieurs causes:

  • Une protection contre les chutes manquait sur l’ascenseur.
  • Le treuil ne disposait pas de sécurité avec arrêt automatique.
  • Le monteur travaillait sans équipement de protection individuelle contre les chutes (EPI contre les chutes).

Sensibiliser vos collaboratrices et collaborateurs aux dangers lors de l’entretien est essentiel pour éviter ce type d’accidents professionnels.

Circonstances de l’accident

Un monteur est en train de réaliser des travaux d’entretien sur l’ascenseur d’un immeuble. Il monte pour cela sur le haut de l’ascenseur.

Ayant besoin de courant électrique, le travailleur hisse la cabine au moyen d’un treuil électrique – auquel l’ascenseur a été fixé provisoirement après le retrait du câble de suspension – pour atteindre le dernier étage du bâtiment. Il veut passer un câble électrique par une trappe dans le plafond du puits d’ascenseur pour rejoindre la salle des machines située au-dessus.

Pour mieux atteindre la trappe, le monteur fait monter encore un peu la cabine d’ascenseur. Il ne remarque pas que le crochet auquel est suspendu l’ascenseur est déjà arrivée en butée contre le boîtier du treuil. Étant donné que le treuil n’est pas équipé d’une sécurité avec arrêt automatique, le câble se rompt.

La cabine et le monteur chutent. L’homme est retrouvé grièvement blessé. Il a survécu mais les conséquences physiques et psychiques de cet accident professionnel sont considérables et l’accompagneront jusqu’à la fin de sa vie

illustration-liftunfall-d.tif

Une illustration montre la vue en coupe d’un puits d’ascenseur. La cabine d’ascenseur se trouve entre la salle des machines inférieure et la salle supérieure.

Analyse détaillée de l’accident

Pour mieux comprendre les tenants et aboutissants, il faut examiner en détail l’accident.

Défauts techniques importants

Au moment de l’accident, aucune protection contre les chutes n’était montée sur l’ascenseur.

Peu avant la chute, le parachute de la cabine avait été démonté. De plus, le limiteur de vitesse qui active le parachute manquait. Ce dispositif de protection avait été retiré quelques jours auparavant et n’avait pas encore été remplacé.

La cabine d’ascenseur n’était donc suspendue qu’au treuil. Son utilisation était interdite pour le transport de personnes étant donné qu’il ne s’agissait pas d’un appareil autorisé et soumis à un examen de type.

Règles de sécurité enfreintes

Les défauts techniques et le contrôle insuffisant des dispositifs de sécurité ont conduit à la chute de la cabine. Mais le monteur aurait pu éviter l’accident s’il n’avait pas omis une règle essentielle: se protéger contre les chutes.

En raison du danger important que représente l’entretien d’un ascenseur, il est irresponsable d’oublier l’équipement de protection individuelle contre les chutes (EPI contre les chutes) ou de ne pas l’enfiler par commodité. Rappelez à votre personnel qu’il ne ferait pas non plus de l’alpinisme sans corde de sécurité.

La sécurité est un travail d'équipe

Ce type d’accident et d’autres accidents professionnels ne peuvent être évités que si tous comprennent que la sécurité est primordiale dans le contexte professionnel. Par conséquent, les responsables de l’entreprise mais aussi les employé·e·s doivent y participer.

Prescriptions pour le personnel et les supérieurs:

  • Sur la base d’une analyse des risques, créez un concept de sécurité pour le poste de travail.
  • Lors des transformations d’ascenseur, prévoyez en détail les différentes étapes et rédigez des directives de travail détaillées, spécifiques à l’ordre, à l’intention de vos spécialistes.
  • Les ascenseurs sans parachute opérationnel ne doivent jamais être utilisés pour le transport de personnes.
  • Assurez-vous que vos monteuses et monteurs sont formés et ont reçu des instructions.
  • Contrôlez régulièrement si la totalité des employé·e·s respecte les règles de sécurité en vigueur.
  • Utilisez les équipements de travail conformément aux consignes du fabricant. Pour le transport de personnes, utilisez uniquement les appareils de levage autorisés avec examen de type.

Consignes à l’intention des employé·e·s:

  • Évaluez les risques existant sur le poste de travail.
  • Travaillez conformément aux instructions et aux méthodes prescrites.
  • Suivez les règles de sécurité en vigueur et informez vos supérieur·e·s en cas d’incident inhabituel.
  • N’utilisez jamais un ascenseur dont le parachute est désactivé ou démonté.

Bases légales

L’Ordonnance sur la prévention des accidents (OPA

) définit les obligations des employeurs pour assurer la santé de leur équipe.

  • L’art. 3 Mesures et installations de protection
     définit les mesures à prendre pour la sécurité du travail. L’article traite également de l’utilisation des machines, appareils et installations.
  • L’art. 6 Information et instruction des travailleurs
     stipule que tous les travailleurs occupés dans une entreprise doivent recevoir des instructions adaptées et être informés des dangers et des mesures pour la sécurité du travail.
  • L’art. 8 Travaux comportant des dangers particuliers
     stipule que les travaux particulièrement dangereux doivent être confiés uniquement aux collaboratrices et collaborateurs formé·e·e·s dans ce domaine. De plus, le nombre d’installations sources de danger doit être réduit au strict minimum.
  • L’art. 32a Utilisation des équipements de travail
     se résume ainsi: Les équipements de travail doivent être contrôlés après chaque montage pour vérifier qu’ils sont correctement montés, fonctionnent parfaitement et peuvent être utilisés conformément à leur destination.

Téléchargements et commandes

Cette page vous a-t-elle été utile?

Cela pourrait aussi vous intéresser