Dessin: une pelle excavatrice sur chenilles s’engage dans un talus en aval d’une route d’alpage. Une croix rouge d’interdiction est dessinée sur la machine de chantier.

Accident mortel de pelle hydraulique

Par souci de bien faire son travail, un machiniste s’engage dans un talus avec sa pelle mécanique. L’engin se met à glisser, puis se renverse, fait plusieurs tonneaux et écrase le conducteur. Nous analysons cet exemple de cas tragique pour contribuer à éviter de tels accidents à l’avenir.

Table des matières

En bref

Lors de travaux de construction d’une route dans les montagnes, un machiniste de 35 ans au volant d’une pelle excavatrice sur chenilles s’engage dans un talus. La pelle mécanique se met alors à glisser sur le terrain escarpé, se renverse et fait plusieurs tonneaux. Le conducteur meurt écrasé par l’engin après avoir été éjecté de la cabine.

Dans cet exemple de cas basé sur des faits réels, plusieurs causes ont été à l’origine de l’accident:

  • Selon les indications du constructeur, la pelle mécanique utilisée n’est pas adaptée aux travaux en terrain escarpé.
  • Le machiniste s’engage dans le talus avec la machine de chantier sans réelle nécessité.
  • L’intervention n’a pas été suffisamment planifiée.
  • Le système de retenue de la pelle mécanique (sangle ou étrier de sécurité) n’a pas été utilisé.

Servez-vous de cet exemple d’accident pour sensibiliser vos collaboratrices et collaborateurs aux dangers des machines de chantier et pour renforcer leur sens de la sécurité.

Que s’est-il passé?

Après l’élargissement d’une route d’alpage, Emilio S. souhaite remettre en ordre le talus en contrebas avec sa pelle mécanique. Ayant le souci du travail bien fait, il tente de débarrasser les branches gênantes qui jonchent le talus en aval.

Pour pouvoir charger ces branches dans la pelle, Emilio S. quitte la route et s’engage dans la pente avec son engin. Mais la machine de chantier glisse, se renverse et fait plusieurs tonneaux. Emilio S. est éjecté de la cabine et écrasé sous la machine. Il meurt sur le coup.

Son collègue de travail, qui était présent sur le chantier et a assisté à l’accident, a été tellement choqué qu’il n’a pas pu travailler pendant plusieurs semaines. Une enquête devra déterminer si l’employeur est également responsable de l’accident.

Analyse de la chaîne d’erreurs

Si vous examinez le cas d’Emilio S. avec votre personnel, vous vous rendrez compte rapidement que plusieurs causes ont été à l’origine de cet accident de travail.

Comment l’accident s’est-il produit?

La pelle mécanique à chenilles de 16 tonnes n’est pas, selon la notice d’instructions, adaptée aux travaux en terrain escarpé sans mesures de sécurité supplémentaires.

Dessin: une pelle excavatrice sur chenilles s’engage dans un talus en aval d’une route d’alpage. Une croix rouge d’interdiction est dessinée sur la machine de chantier.

Emilio S. s’engage dans la pente escarpée en aval d’une route d’alpage avec sa pelle mécanique, alors que, selon les indications du constructeur, la machine de chantier, vu son poids, n’est pas adaptée à un tel terrain.

Absence de mesures de sécurité

Emilio S. s’engage dans le talus avec son engin, sans prendre de mesures de sécurité supplémentaires. La pelle mécanique perd alors l’adhérence avec le sol.

Dessin: pelle mécanique en train de glisser dans la pente escarpée.

Comme le machiniste n’a pas pris les mesures de sécurité prescrites par le constructeur, la pelle mécanique, trop lourde, se met à glisser sur le terrain escarpé et se renverse.

Pas de ceinture de sécurité

La pelle mécanique commence à faire des tonneaux. Comme le machiniste n’a pas attaché sa ceinture de sécurité, il est éjecté de la cabine et écrasé par l’engin.

Dessin: pelle mécanique renversée, plus bas dans la pente. La cabine du conducteur est vide.

En contrebas, après avoir fait un dernier tonneau, l’engin se retrouve à nouveau sur les chenilles. La cabine du machiniste est vide: Emilio S. n’a pas survécu à l’accident.

Téléchargements et commandes

Bases légales

Différentes ordonnances et directives réglementent les points déterminants de ce cas, et notamment les exigences relatives à l’utilisation normale des équipements de travail.

 

Cette page vous a-t-elle été utile?