Photo d’une plateforme de bétonnage conforme aux prescriptions de sécurité avec garde-corps périphérique en trois parties.

Accident de travail mortel: chute de la plateforme de bétonnage

Alors que deux ouvriers se trouvent sur une plateforme de bétonnage, un plateau d’échafaudage abîmé se rompt sous leurs pieds. Ils tombent tous les deux. Si les règles vitales avaient été respectées, cet accident ne se serait pas produit. Servez-vous de cet exemple de cas pour la prévention des accidents.

Table des matières

En bref

La façade d’un immeuble en construction doit être bétonnée. Sur une plateforme de bétonnage, un plateau d’échafaudage endommagé se rompt sous le poids de deux ouvriers de chantier. Les deux hommes font une chute dans le vide de près de trois mètres, l’un meurt sur les lieux de l’accident et l’autre se blesse grièvement.

Lors du montage déjà, on avait constaté que la planche était défectueuse, mais elle avait été posée malgré tout. De plus, la plateforme de bétonnage présentait d’autres défauts de sécurité comme l’absence de protection latérale. Selon les prescriptions, une protection latérale en trois parties doit être utilisée à partir d’une hauteur de chute de deux mètres.

Si les règles vitales avaient été observées dans ce cas, il aurait été possible d’éviter l’accident.

Les ouvriers du bâtiment font une chute dans le vide

Deux ouvriers chargés de bétonner la façade d’un immeuble en construction sont juchés sur l’échafaudage à console d’une plateforme de bétonnage, à une hauteur de 2,75 m. L’échafaudage est composé de deux planches, qui sont fixées au coffrage.

Pendant les travaux, l’un des plateaux d’échafaudage se rompt subitement sous le poids des hommes, qui tombent tous les deux dans le vide. L’un des travailleurs, grièvement blessé à la tête après s’être écrasé sur le sol en béton, décède sur les lieux de l’accident. Son collègue survit à sa chute, mais son état de santé est préoccupant.

Règles vitales pour la branche du bâtiment
Règles vitales pour la branche du bâtiment
Sur les chantiers, la sécurité est la priorité. Les règles vitales de la Suva réduisent le risque d’accident si tout le monde les respecte. Prenez vos responsabilités et assurez-vous que vos collaborateurs et collaboratrices rentrent chez eux sains et saufs le soir.
Règles vitales

Analyse de la chaîne d’erreurs

Une étude plus précise du cas a révélé qu’il aurait été facile d’éviter l’accident de travail. Des défauts de sécurité supplémentaires ont en outre été décelés dans ce cas.

Des défauts ont été constatés, mais il n’y a pas eu de réaction

Lors du montage du platelage, le contremaître avait déjà remarqué que l’un des plateaux avait été scié et présentait une grosse échancrure. À cet endroit, la planche était deux fois moins large qu’ailleurs. Il était donc impossible que cette pièce supporte le poids des deux hommes.

Malgré ce défaut manifeste, les ouvriers se sont mis au travail sur la plateforme de bétonnage. Cette erreur fatale a coûté la vie à l’un d’entre eux, alors qu’il n’aurait fallu que quelques minutes pour remplacer la planche endommagée.

Autres défauts de sécurité

L’analyse du cas a révélé que la plateforme de bétonnage présentait d’autres graves défauts de sécurité. Ainsi, le coffrage n’était pas tenu par des stabilisateurs conformes aux prescriptions du fabricant, mais par de simples étais.

La plateforme de bétonnage ne présentait pas de garde-corps périphérique, ce qui constitue clairement un manquement aux prescriptions de sécurité. À partir d’une hauteur de chute de deux mètres, un garde-corps périphérique en trois parties (lisse haute, lisse intermédiaire, plinthe) doit être installé aussi bien au niveau des bords de chute arrière et avant qu’au niveau des bords de chute latéraux. Ces mesures permettent d’éviter des accidents similaires.

Photo du lieu de l’accident. La hauteur de chute de 2,75 mètres de la plateforme de bétonnage est indiquée par une flèche.
Un plateau d’échafaudage endommagé de cette plateforme de bétonnage s’est rompu sous le poids des deux ouvriers du bâtiment, ce qui a entraîné leur chute fatale.
Photo du plateau d’échafaudage cassé avec un mètre pliant posé dessus. La planche s’est précisément cassée à l’endroit de la partie sciée.
La raison de la rupture du plateau d’échafaudage est évidente. La planche, d’une largeur de 28 cm, présente une échancrure de 12 x 16 cm à l’endroit où elle s’est cassée. Dans sa partie étroite, la planche n’a pas pu supporter le poids des deux ouvriers de chantier.
Photo d’une plateforme de bétonnage conforme aux prescriptions de sécurité avec garde-corps périphérique en trois parties.
À titre de comparaison: coffrage avec plateforme de bétonnage présentant de tous les côtés un garde-corps périphérique en trois parties.

Quelques conseils pour éviter ce type d’accident

Tant les employeurs que le personnel sont tenus d’entreprendre tout ce qui peut raisonnablement l’être pour réduire le risque d’accident.

Employeurs et supérieurs

  • Si vous constatez des lacunes en matière de sécurité, dites STOP. Faites cesser immédiatement les travaux et demandez la réparation des défauts.
  • Sur les plateformes de bétonnage d’une hauteur de chute de deux mètres ou plus, installez toujours un garde-corps périphérique en trois parties (lisse haute, lisse intermédiaire, plinthe) au niveau des bords de chute arrière et avant, mais aussi au niveau des bords de chute latéraux.
  • Contrôlez et entretenez les éléments de l’échafaudage, et éliminez le matériel défectueux.
  • Donnez à vos collaboratrices et collaborateurs les instructions sur les conseils de prudence lors de l’utilisation des échafaudages et informez-les des prescriptions applicables en la matière. Indiquez-leur qu’en cas de défauts de sécurité, ils doivent arrêter de travailler.
  • Contrôlez et imposez le respect de ces prescriptions.

Collaboratrices et collaborateurs

  • Respectez les consignes de sécurité et les instructions de vos supérieur·e·s.
  • Ne montez jamais sur un échafaudage défectueux. Remédiez d’abord aux défauts ou signalez-les à votre supérieur·e. Mettez en garde vos collègues.
  • Avant de vous mettre au travail, contrôlez visuellement les échafaudages quant aux défauts de sécurité (platelage, garde-corps périphérique, etc.).
  • Si vous constatez des lacunes, dites STOP et interrompez-vous dans votre travail. Ne reprenez pas le travail avant qu’il ait été remédié aux défauts.
  • N’utilisez que des éléments en parfait état pour monter des échafaudages.
  • À partir d’une hauteur de chute de 2 mètres, ne travaillez jamais sans protection latérale.

Bases légales

Les employeurs sont responsables de la protection de leur personnel.L’ordonnance sur les travaux de construction OTConst et l’ordonnance sur la prévention des accidents OPA réglementent différents points déterminants dans ce cas, notamment pour les travaux sur des échafaudages.

Ordonnance sur les travaux de construction OTConst

  • Contrôle visuel et entretien art. 61
  • Capacités de charge et de résistance art. 47
  • Utilisation du garde-corps périphérique art. 23

Ordonnance sur la prévention des accidents OPA

  • Capacité de charge des équipements de travail art. 25

Téléchargements et commandes

Cette page vous a-t-elle été utile?

Cela pourrait aussi vous intéresser