Un ouvrier accroche un mousqueton sur le harnais d’un de ses collègues.

Equipements de protection individuelle contre les chutes

  • Dans le cadre de la prévention des chutes de hauteur, il convient de privilégier dans la mesure du possible les dispositifs de protection collective (p. ex. un garde-corps) à l’utilisation d’équipements de protection individuelle (EPI).
  • Les collaborateurs recourant à une protection par encordement doivent impérativement avoir été formés à cet effet.
  • Le port d’EPI antichute peut sauver la vie des travailleurs.
  • Il convient de respecter l’ordre de priorité défini entre les différents types d’EPI antichute.
  • Les équipements doivent être choisis au cas par cas par une personne dûment formée.

Enseignements tirés de la pratique

Quelle que soit la hauteur, les chutes ont généralement de lourdes conséquences et peuvent occasionner de graves blessures. Il est par conséquent essentiel de s’assurer que les collaborateurs utilisent des EPI antichute adaptés.
Choisir minutieusement les points d’ancrage
Le point d’ancrage des EPI antichute doit être choisi avec le plus grand soin. Il doit pouvoir absorber l’énergie générée par l’arrêt de la chute d’une personne
(valeur indicative: 10 kN = 1 t).
Confier la planification à des spécialistes
La planification des interventions nécessitant le port d’EPI antichute et l’utilisation de ces derniers doivent être exclusivement confiées à des travailleurs disposant de la formation et des connaissances requises. Ceux-ci doivent définir l’emplacement et le nombre de points d’ancrage nécessaires, et veiller à ce que la hauteur de chute libre soit suffisante pour réduire au minimum le risque de chute pendulaire.
Schéma montrant une chute pendulaire
En cas de chute pendulaire depuis le rebord d’un bâtiment, la corde peut se rompre. Le travailleur risque alors de heurter un objet ou de s’écraser sur le sol.

Risques: dans quelles situations des EPI antichute peuvent-ils s’avérer nécessaires?

Voici quelques exemples de travaux à risque de chute de hauteur:

  • travaux sur des bâtiments, toitures et façades
  • travaux sur des grues (grues à tour pivotante, grues mobiles, ponts roulants)
  • travaux sur des machines et des installations situées en hauteur
  • travaux dans des entrepôts à rayonnages de grande hauteur
  • travaux sur des véhicules (bus, tramway, train, camion-silo, etc.)
  • travaux de construction métallique ou en bois, assemblage d’éléments
  • travaux sur des pylônes et des lignes aériennes
  • travaux sur des arbres
  • travaux sur des échelles
  • travaux sur des terrains en pente
  • travaux sur et dans des silos, fosses, canalisations, etc. (attention: le sauvetage est souvent très difficile!)
Il convient de respecter l’ordre de priorité défini entre les différents types d’EPI antichute. Un choix judicieux des équipements permet de réduire le risque résiduel.
Priorité 1: système de retenue

Les systèmes de retenue maintiennent l’utilisateur à distance des zones à risque de chute. Ils sont généralement constitués d’un harnais antichute et d’une longe (corde) équipée d’un système de réglage de la longueur.

Un ouvrier équipé d’un système de retenue travaille sur un toit.
La priorité absolue doit être accordée aux systèmes de retenue.
Priorité 2: système de maintien au poste de travail

Les systèmes de maintien au travail permettent aux utilisateurs de se positionner sur la zone d'intervention, de travailler les mains libres et d’éviter une éventuelle chute dans le vide.

Attention: en cas de risque de rupture de la corde, le système de maintien au poste de travail doit être complété par un système d’arrêt des chutes.

Système de maintien au poste de travail
Système de maintien au poste de travail
Priorité 3: système d’arrêt des chutes

Ces équipements retiennent les travailleurs en cas de chute et limitent l’impact de l’arrêt de la chute sur le corps humain. Même si le risque de blessure n’est pas exclu, il peut être réduit grâce à des points d’ancrage en hauteur et à des longes aussi courtes que possible.

Un plan de sauvetage doit être établi avant chaque intervention nécessitant un système d’arrêt des chutes.

Système d’arrêt des chutes
Système d’arrêt des chutes
Antichutes à rappel automatique

Les antichutes à rappel automatique présentent l’avantage de réduire la hauteur de chute dans de nombreuses situations. En règle générale, ils ne sont autorisés que pour une utilisation verticale au-dessus de la tête. Une utilisation horizontale peut toutefois être admise, à condition que le fabricant ait indiqué dans la notice d’information que cet emploi particulier est conforme à la destination des équipements. Ces dispositifs ne doivent pas être utilisés au-dessus d’éléments liquides ou d’autres substances dans lesquelles le travailleur risque de s’enfoncer. Dans ce cas, il est impératif d’utiliser un antichute mobile complété par une corde de sécurité de longueur appropriée.

Un plan de sauvetage doit également être établi avant chaque intervention nécessitant un antichute à rappel automatique.

Antichutes à rappel automatique
Antichutes à rappel automatique
Solutions modernes

Les équipements doivent être choisis au cas par cas par une personne dûment formée.

Kit avec harnais antichute, absorbeur d’énergie et sangle d’ancrage

Dans le cas de travaux de faible ampleur ne devant être réalisés qu’occasionnellement, un simple kit composé d’un harnais antichute, d’un absorbeur d’énergie et d’une sangle d’ancrage suffit. Toutefois, si la sangle est fixée sur un élément présentant des angles vifs, elle doit être protégée de manière adéquate ou remplacée par un accessoire résistant à la coupure.

Kit antichute simple
Kit antichute simple
Sangle d’ancrage
Sangle d’ancrage
Combinaison d’un antichute mobile et d’un système d’arrêt des chutes

Pour les postes de travail difficilement accessibles, on recommande généralement l’utilisation combinée d’un antichute mobile, d’un système d’arrêt des chutes et d’une longe de maintien. Les différents réglages possibles permettent de se positionner avec précision et de travailler les mains libres.

Le dispositif antichute mobile monté sur une corde de sécurité constitue l’élément central du système d’arrêt des chutes. L’absorbeur d’énergie intégré réduit l’énergie cinétique à un degré supportable pour le corps humain et permet de contrôler le facteur de charge sur le point d’ancrage.

Pour les travaux sur des pylônes, on utilise actuellement des harnais antichute complétés par des ceintures de maintien au travail.

Un ouvrier travaillant sur un pylône est équipé d’un antichute mobile et d’un système d’arrêt des chutes.
Combinaison d’un antichute mobile et d’un système d’arrêt des chutes dans le cadre d’une intervention sur un pylône
Antichute mobile complété par des systèmes d’arrêt des chutes et de maintien au travail
Antichute mobile complété par des systèmes d’arrêt des chutes et de maintien au travail
Hauteur de chute libre

En cas d’utilisation d’un système d’arrêt des chutes, il est impératif de toujours veiller à une hauteur de chute libre suffisante. Cela dépend également des composants utilisés (p. ex. la longueur de la longe). Il est par ailleurs important d’éviter les collisions et les à-coups durant les chutes ou l’arrêt de celles-ci.

Selon les composants et le point d’ancrage choisis, la hauteur de chute libre nécessaire peut varier entre 0,5 m et plus de 10 m.

Schéma montrant une chute pendulaire
En cas de chute pendulaire depuis le rebord d’un bâtiment, la corde peut se rompre. Le travailleur risque alors de heurter un objet ou de s’écraser sur le sol.
Composants indispensables

Les EPI antichute doivent systématiquement inclure les éléments suivants (système de sécurité):

  • point d’ancrage, dispositif d’ancrage ou emplacement stable (résistance indicative: 10 kN (= 1 t) dans la direction de la charge)
  • longe (corde) avec absorbeur d’énergie ou antichute à rappel automatique
  • mousqueton ou crochet de sécurité
  • harnais antichute avec au minimum un anneau dorsal (EN 361)
  • casque avec jugulaire (EN 397, EN 12492)
Casques

Vous trouverez plus d’informations sur les casques dans notre fiche thématique «Protection de la tête». [Atomlink Materialbox Factsheet Kopfschutz]

Absorbeurs d’énergie
Un système d’arrêt des chutes doit inclure des fonctions ou des composants capables d’absorber l’énergie. Ils doivent faire en sorte que l’impact exercé par l’arrêt de la chute sur le corps humain ne dépasse pas 6 kN. La poursuite de la chute en cas de déchirure de l’absorbeur d’énergie doit être calculée dans la hauteur de chute libre.
Corde de sécurité équipée d’un amortisseur de chute servant d’absorbeur d’énergie
Corde de sécurité équipée d’un amortisseur de chute servant d’absorbeur d’énergie
Antichute mobile
Antichute mobile
Antichutes mobiles

Des antichutes mobiles sont utilisés sur les cordes de sécurité lorsque la longueur de la longe s’avère insuffisante. Ce dispositif permet de régler la longueur de la corde au fur et à mesure en fonction des besoins. Attention: plus la corde est longue et plus le risque de chute pendulaire est élevé.

L’absorbeur d’énergie peut être fixé soit sur l’antichute, soit directement sur la corde. Il est également possible de recourir à des absorbeurs d’énergie à frottement: le dispositif glisse alors sur la longe.

Les antichutes à rappel automatique offrent plus de confort et de sécurité.

Supports d’assurage horizontaux

Les supports d’assurage horizontaux (également appelés dispositifs d’ancrage horizontaux) sont utilisés pour se déplacer le long d’une zone à risque de chute. Il existe également des dispositifs temporaires pouvant être installés au cas par cas par l’utilisateur.

Les dispositifs installés à demeure sur la structure des bâtiments et incluant un support d’assurage mobile ou un rail d’assurage rigide garantissent à la fois une liberté de mouvement maximale et une protection optimale. Ces types de points et dispositifs d’ancrage doivent être conçus et réalisés par une entreprise spécialisée.

Antichute mobile
Antichute mobile
Un ouvrier travaille sur un toit. Il est relié par une longe à un support d’assurage horizontal installé à demeure.
Support d’assurage horizontal installé à demeure

Secours aux victimes de chutes

La personne responsable des travaux sur cordes doit prendre les dispositions nécessaires pour que les collaborateurs victimes d’une chute ou dont la corde est bloquée puissent être secourus à tout moment au moyen d’équipements disponibles sur place. Le facteur temps joue un rôle essentiel: une personne suspendue dans un harnais antichute risque des lésions graves (voire mortelles) après vingt minutes au plus tard (traumatisme de suspension, troubles cardio-vasculaires, etc.).

Si la personne concernée est toujours consciente, il existe des moyens simples de la décharger de la contrainte de suspension en attendant les secours. Des sangles anti-traumatisme peuvent être placées sous ses pieds, lui permettant ainsi de se redresser et de réactiver les muscles de ses jambes.

Contrôle et entretien

La norme EN 365 précise que les équipements de protection contre les chutes doivent être contrôlés annuellement par une personne compétente. En cas d’utilisation quotidienne, elle recommande par ailleurs de contrôler ces équipements de protection deux à trois fois par an.

Indépendamment de ces prescriptions générales, la règle veut que l’utilisateur contrôle lui-même ses EPI antichute avant chaque intervention. Les composants défectueux ou présentant des risques doivent être remplacés ou réparés dans les règles de l’art.

En raison du vieillissement des composants en fibre textile, les harnais antichute, les ceintures de maintien au travail, les cordes, les sangles et les boucles doivent être remplacés conformément aux indications du fabricant.

Le matériel utilisé de manière intensive (plusieurs fois par semaine) doit être remplacé plus fréquemment. Après une chute, les EPI utilisés doivent dans tous les cas faire l’objet d’un contrôle et d’un entretien approfondis. Les harnais, les ceintures, les cordes, les sangles et les boucles doivent être impérativement remplacés.

Normes

  • EN 353-1 et 2: Antichutes mobiles
  • EN 354: Longes
  • EN 355: Absorbeurs d’énergie
  • EN 358: Ceintures de maintien au travail et de retenue et longes de maintien au travail
  • EN 360: Antichutes à rappel automatique
  • EN 361: Harnais d’antichute
  • EN 362: Connecteurs
  • EN 363: Systèmes d’arrêt des chutes
  • EN 365: Exigences générales pour le mode d’emploi, l’entretien, l’examen périodique, la réparation, le marquage et l’emballage
  • EN 795: Dispositifs d’ancrage
  • EN 1496: Dispositifs de sauvetage par élévation
  • EN 1497: Harnais de sauvetage
  • EN 1498: Sangles de sauvetage

Informations complémentaires

 

Les contenus de cette page remplacent la publication «Tout ce que vous devez savoir sur les EPI» (réf. 44091.F).