silo-kieswerk_4-3

Exemple d’accident: coincé dans un silo à gravier – les causes

Lors de travaux de maintenance, un collaborateur est resté coincé dans un silo et s’est grièvement blessé. La raison: le non-respect des consignes et l’absence de sens de la sécurité. Expliquez à vos collaborateurs et collaboratrices au moyen de cet exemple les causes à l’origine de cet accident de travail.

Table des matières

En bref

Les personnes qui pénètrent dans un silo sans prendre de mesures de sécurité prennent un risque énorme. C’est exactement ce qu’a fait le collaborateur d’une gravière. Il a fait fi de toutes les préoccupations de sécurité et a par ailleurs ignoré les consignes de son responsable d’exploitation. En conséquence, il a subi de graves blessures et a vécu une expérience traumatique.

Si vous ainsi que vos collaborateurs et collaboratrices vous conformez aux règles suivantes, évitez de tels accidents ainsi que d’autres similaires:

  • Ayez constamment conscience du fait que les silos peuvent se transformer en pièges mortels.
  • Observez l’intégralité des règles de sécurité à chaque fois que vous pénétrez dans un silo.
  • On ne gagne jamais à ignorer les règles et ainsi à risquer de se blesser grièvement, voire à mettre sa vie en jeu.

Reconstitution de l’accident

Cet exemple repose sur des événements réels et il est donc caractéristique de ce genre d’accident professionnel.

Dans une gravière, l’acheminement du matériel vers l’installation de concassage est interrompu parce que la trémie du silo de réception est bouchée. Le responsable d’exploitation commence par arrêter le vibrateur. Avec un collaborateur, il essaie ensuite de dégager la trémie en humidifiant le gravier qui se trouve dans le silo. Pour savoir si tout fonctionne à nouveau, le responsable d’exploitation s’éloigne et remet en marche le vibrateur. Ce qu’il ne sait pas, c’est qu’entretemps, le collaborateur est monté dans le silo pour résoudre le problème de l’intérieur.

Quand le convoyeur se remet en marche, tout va très vite. Le collaborateur voit le sol se dérober sous ses pieds et il est subitement attiré dans la trémie. Quand on parvient à arrêter le vibrateur, il est déjà trop tard. L’homme est déjà coincé jusqu’aux épaules dans le gravier froid et humide. Il faut plus de quatre heures aux pompiers et aux sauveteurs pour libérer le collaborateur grièvement blessé et en hypothermie.

La victime doit être héliportée à l’hôpital. Le collaborateur parviendra à s’en sortir, mais l’accident laissera des traces.

Règles vitales pour la maintenance: les bonnes choses vont par huit
Règles vitales pour la maintenance: les bonnes choses vont par huit
Quand vos collaborateurs participent à des opérations de maintenance, ils doivent obligatoirement respecter les règles vitales. Elles sont faciles à appliquer, préviennent les accidents et évitent à votre entreprise d’être confrontée aux absences de longue durée de collaborateurs importants.
Règles vitales

Analyse de la chaîne d’erreurs

Comment très souvent, plusieurs facteurs ont joué un rôle déterminant lors de cet accident professionnel. L’enquête d’accident de la Suva a permis de se faire une idée de la situation.

Non-respect des instructions

Avant d’aller remettre en marche le vibrateur, le responsable d’exploitation avait expressément interdit au collaborateur de pénétrer dans le silo. Ce dernier a non seulement ignoré cette consigne de son supérieur, mais il a aussi enfreint plusieurs règles de sécurité à observer au moment d’entrer dans un silo. Premièrement, il a agi seul. Aucune personne n’était là pour le surveiller, qui aurait pu réagir immédiatement. Deuxièmement, il a laissé de côté le dispositif de sécurité tel que la protection par encordement. Et troisièmement, le convoyeur n’avait pas été mis à l’arrêt au moyen d’un interrupteur de révision, qui aurait sécurisé l’installation contre tout démarrage intempestif.

Quelques conseils pour éviter ce type d’accident

Les règles suivantes vous permettent de prévenir les accidents professionnels pouvant entraîner des blessures, une invalidité, ou qui peuvent même avoir une issue fatale. Mais pour mettre en œuvre efficacement la sécurité au travail, les deux parties doivent veiller au respect des règles.

Ce que peuvent faire les employeurs et les cadres

  • Donnez des consignes claires et faites-les respecter.
  • Formez votre personnel sur les règles de sécurité et sur la manière d’utiliser correctement les dispositifs de protection.
  • En cas de comportement erroné de vos collaborateurs, dites STOP et corrigez leurs erreurs.
  • Affectez des collaborateurs qualifiés, en particulier pour les travaux présentant des risques élevés.
  • Empêchez que les personnes non autorisées puissent accéder au silo en plaçant par exemple une barrière de protection au niveau de l’entrée.
  • Apposez sur le silo un panneau sur lequel sont décrits les dispositifs de protection à utiliser et les règles de sécurité à observer.

Ce que peuvent faire les collaborateurs et collaboratrices

  • Informez-vous sur les dangers sur le poste de travail et demandez à votre employeur qu’il vous fournisse des instructions.
  • Pour les travaux dans le silo, respectez la procédure suivante: Coupez toutes les sources d’énergie (électrique, pneumatique et hydraulique), et arrêtez les flux de matériaux. Sécurisez l’installation avec votre cadenas personnel pour éviter que quelqu’un d’autre ne puisse la remettre en marche.
  • Il faut à tout prix éviter d’improviser pour remédier à un dysfonctionnement. En cas de dysfonctionnement, dites STOP, ne vous mettez pas dans une situation dangereuse, informez vos supérieurs et respectez la procédure convenue.
  • Avant d’entrer dans un silo, utilisez toujours les dispositifs de protection nécessaires et assurez-vous qu’une deuxième personne vous surveille.

Bases légales

L’ordonnance sur la prévention des accidents et des maladies professionnelles OPA

 définit les directives devant être observées par les entreprises et le personnel. Voici un résumé succinct des principaux articles:

  • L’art. 6
    dispose que tous les travailleurs et travailleuses occupés dans son entreprise doivent être bien informés des risques et instruits des mesures de sécurité au travail.
  • L’art. 8
    stipule que des travaux comportant des dangers particuliers ne peuvent être confiés qu’à des travailleurs ayant été formés spécialement à cet effet. De plus, le nombre d’installations sources de danger doit être réduit au strict minimum.
  • L’art. 11
    exige des travailleurs qu’ils suivent les directives de l’employeur en matière de sécurité. Cela vaut notamment pour le port de l’équipement de protection individuel.
  • L’art. 27
    définit que les équipements de travail doivent être accessibles sans danger pour les besoins de l’exploitation en conditions de service normales ou particulières et de l’entretien. À défaut, des mesures de protection doivent être prises.
  • L’art. 28
    se réfère aux dispositifs et mesures de protection. Les équipements de travail constituant un danger pour les travailleurs dû à des parties à température élevée ou très basse ou d’une autre nature doivent être munis de dispositifs de protection.
  • L’art. 30 al. 1
    prévoit que les équipements de travail et, au besoin, leurs unités fonctionnelles, doivent être munis de dispositifs permettant de les séparer de n’importe quelles sources d’énergie. Cela vaut notamment pour les énergies dangereuses.
  • L’art. 31 al. 1
    se rapporte aux travaux dans des silos et autres réservoirs. Ceux-ci doivent être munis des dispositifs de fermeture et de protection nécessaires, et les mesures de protection appropriées doivent être prises lors des travaux de remplissage, de vidange, d’entretien ou de nettoyage.
  • L’art. 43
    dispose que les opérations exécutées en conditions de service particulières, comme la recherche des défauts, le nettoyage et les travaux d’entretien, ne doivent être effectuées que sur des équipements de travail dont les dangers ont préalablement été écartés.

Téléchargements et commandes

Cette page vous a-t-elle été utile?