Ouvrez l’œil!

Luk von Bergen,

La plupart des blessures au visage touchent les yeux. La Suva enregistre toutes les cinq minutes un accident professionnel avec blessure oculaire. Comment cela se fait-il et comment l’œil est-il affecté?

«L’œil est l’organe des sens le plus précieux», rappelle la voix off d’un film de la Suva sur la protection des yeux au travail. «Nous devons prendre grand soin de nos yeux, qui sont nos repères dans la vie.» Le narrateur est aveugle depuis qu’il a été victime d’un accident dans une fonderie. Les autres protagonistes de ce film des années 1990 ont eu plus de chance en ne perdant pas (complètement) la vue. Une seconde d’inattention ou l’absence de lunettes de protection au moment décisif peut suffire à nous en priver en totalité ou en partie. Pour toujours.


Même si le nombre de blessures aux yeux a baissé grâce à la promotion d’une culture de la sécurité et du port systématique des lunettes de protection, la Suva enregistre encore 36 000 blessures aux yeux* chaque année (diagnostic principal). Les trois quarts des cas se produisent au travail (27 500 environ) par projection de corps étrangers dans le cadre d’une tâche de routine, comme le fraisage, le meulage ou le soudage, le reste se produisant dans le cadre des loisirs.

Minuscules, mais dévastateurs

Nous avons tous déjà eu un jour cette sensation désagréable d’avoir quelque chose dans l’œil: poussière, sable, copeau, gravillon... Il est en général assez facile de retirer les corps étrangers qui se sont déposés sur la conjonctive ou la cornée. «Ce qui est dangereux, ce sont les liquides corrosifs», déclare Dominik Gerber Hostettler, médecin spécialiste en ophtalmologie à la Suva. Il faut alors rincer abondamment l’œil touché pour éviter de graves conséquences ultérieures.


Autres blessures redoutables: celles causées par l’irruption brutale dans l’œil d’un corps étranger. «Il faut intervenir au plus vite, avant qu’il n’altère la structure oculaire et ne provoque une infection.» Les contusions faisant suite à un coup violent peuvent elles aussi conduire à la cécité. «La microchirurgie permet de nos jours d’obtenir de bons résultats sur cet organe complexe d’à peine 3 cm de diamètre», précise-t-il. En dernier recours, il peut arriver qu’il faille retirer un œil complètement aveugle et le remplacer par une prothèse oculaire (œil de verre).

Zoom sur les lunettes de protection

Il existe des équipements de protection individuelle (EPI) adaptés: les lunettes de protection. Elles se choisissent selon différents critères, comme la commodité, la morphologie du porteur et leur fonction. «Les apprentis et les jeunes, surtout, ne sont pas habitués à en porter. Mais elles sont indispensables dès le premier jour», souligne Heinz Graf, chef du service spécialisé EPI de la Suva. Et pour cause: chez les apprentis, un accident du travail sur cinq touche l’œil, contre 15 % pour les autres travailleurs. Les formateurs jouent un rôle essentiel à cet égard: «La nécessité de se protéger doit être ancrée dans le subconscient. Et il est important que les responsables donnent l’exemple». Les lésions oculaires engendrent des frais de traitement d’environ 20 millions de francs par an, soit 430 francs par cas. Si ce coût est relativement faible en soi, comparé à d’autres postes de dépenses de la Suva, comme les fractures, le prix payé par les victimes est parfois inestimable, car c’est leur vue qui est en jeu, leur «repère dans la vie».

Interview avec Maurus Adam, ingénieur de sécurité à la Suva

Dans la construction métallique, la construction d’appareils et les entreprises de montage, un accident professionnel sur trois touche les yeux. Pourquoi?


Cette branche recouvre de nombreuses tâches manuelles (meulage, découpe, soudage, etc.) effectuées dans des conditions parfois difficiles, p. ex. dans des espaces restreints ou sur des chantiers nécessitant des travaux au-dessus de la tête.


Cette branche prend-elle assez à cœur les mesures de protection?


Même si le manque de discipline concernant les lunettes de protection et l’insuffisance des contrôles de la part des responsables y contribuent, certains accidents se produisent parce que les lunettes de protection ne sont pas adaptées au porteur ou au travail prévu. Il arrive aussi que des corps étrangers atteignent les yeux par le biais des mains ou des cheveux.

«La prévention et la responsabilisation individuelle sont essentielles pour éviter les accidents oculaires.»

Maurus Adam, ingénieur de sécurité à la Suva

Quelles mesures la Suva prend-elle pour réduire le nombre d’accidents oculaires dans la branche évoquée?


Cela fait longtemps que nous avons identifié les manques et élaboré des listes de contrôle, des obligations et des règles pour sensibiliser les travailleurs et les responsables. Et les lunettes de protection ne cessent de se perfectionner. Depuis 2005, les blessures oculaires recensées dans la branche ont reculé de 40 %. Aujourd’hui, 59 travailleurs à plein temps sur 1000 sont victimes d’un accident oculaire, contre 97 auparavant.

«Voir ou ne pas voir»: de l’importance des premiers secours

Retirer le corps étranger

Retirer prudemment le corps étranger de l’œil à l’aide d’un mouchoir. S’il est enfoncé dans l’œil, consulter immédiatement un médecin.


Rincer

En cas de substance corrosive, rincer immédiatement l’œil pendant au moins 15 min avec de l’eau, du lait ou même de la limonade. L’œil doit rester ouvert pendant le rinçage.


Consulter un médecin

En cas de blessure oculaire, il est important de consulter immédiatement un médecin.

Links

Infos sur la protection des yeux: suva.ch/protection-des-yeux  

Pour commander des lunettes de protection: sapros.ch/protection-des-yeux